• Articles
  • No 85 - automne 2020

    Éditorial du numéro 85

    La pandémie comme catalyseur d’inégalités

    La pandémie a mis en lumière toutes les failles d’un système public mis à mal depuis des décennies par des coupes drastiques. À un fragile point d’équilibre où l’on arrivait tout juste à répondre aux besoins avant la crise, une grande part des services publics ont été rapidement submergés par l’ampleur des demandes d’aide de la population et d’adaptation pour les travailleurs et travailleuses.

  • No 79 - avril / mai 2019

    Éditorial du numéro 79

    L’heure du compte

    Ils disent que nous les enfants ne savons pas de quoi nous parlons, que nous sommes trop jeunes pour savoir comment le gouvernement fonctionne. Nous disons : foutaises !

    Emma Gonzalez, février 2018

    Vous n’êtes pas assez matures pour dire les choses comme elles sont. Même ce fardeau-là, vous le laissez à nous, les enfants.

    Greta Thunberg, décembre 2018

  • No 84 - été 2020

    Éditorial du numéro 84

    La culture sous le choc de la pandémie

    Les conditions déplorables de vie et de soins dans les CHSLD, conséquences directes de la mauvaise gestion des gouvernements provinciaux des dernières décennies, font l’objet d’analyses nombreuses et de sentiments d’indignation très forts. Devant une situation aussi préoccupante, particulièrement en temps de pandémie, une réflexion et un réaménagement radical des soins de santé au Québec s’imposent. Pourquoi alors dans un tel contexte, et devant d’autres enjeux sociaux criants, écrire un éditorial sur l’importance de la culture ?

  • No 81 - novembre 2019

    Éditorial du numéro 81

    Une droite radicale décomplexée

    « Retour du peuple québécois  », « moment historique », « renaissance politique du Québec »… Le conservateur Mathieu Bock-Côté ne cachait pas sa jubilation, en juin dernier, quant à l’adoption sous bâillon du projet de loi 21 (interdisant le port de signes religieux chez les enseignant·e·s, policiers·ères et juges) dans le sillage du projet de loi 9 (éliminant plus de 18 000 dossiers d’immigration).

  • No 71 - oct. / nov. 2017

    Éditorial du numéro 71

    Bienvenue aux réfugié·e·s, plus que jamais !

    S’arracher à sa terre natale. Tout laisser derrière soi, pour faire le grand saut vers un autre monde, celui qui offrirait, peut-être, la paix, la sécurité et de meilleures chances de s’épanouir. Que de souffrances recèle un tel déracinement ! Dans les sociétés d’accueil, comme la nôtre, qui sait vraiment à quel point ce processus est douloureux ?

  • No 62 - déc. 2015 / janv. 2016

    Éditorial du no 62

    Solidarité avec les femmes autochtones

    Les femmes algonquines soutenues par le Centre d’amitié autochtone de Val-d’Or ont rompu le silence. En révélant les abus sexuels criminels dont elles disent avoir été victimes de la part d’agents de la Sûreté du Québec, ces femmes ont déclenché un raz-de-marée médiatique qui a forcé le gouvernement à « agir ». Comment ? En proposant une rencontre qui s’est avérée infructueuse avec les chefs autochtones et en promettant de l’argent pour appuyer les organismes qui travaillent avec les femmes autochtones de Val-d’Or. Une goutte d’eau en pleine tempête... De haut en bas, d’un bout à l’autre, les appareils gouvernementaux ont failli à protéger et soutenir ces femmes en situation de grande vulnérabilité.

  • No 61 - oct. / nov. 2015

    Éditorial du no 61

    Élections, piège à cons ?

    Surgie dans la foulée de Mai 1968, cette question en forme d’affirmation était et demeure provocatrice. Elle signale toutefois un problème réel, celui de la démocratie en tant qu’exercice de la souveraineté politique du peuple. Les élections et les péripéties souvent peu glorieuses qui les accompagnent favorisent-elles effectivement l’idéal démocratique ou n’en sont-elles que la caricature ? Quelques exemples récents incitent à se poser à nouveau la question.

  • No 51 - oct. / nov. 2013

    Éditorial du no 51

    Élections municipales

    En kiosque le 11 octobre

    Le 3 novembre prochain, des élections sont prévues dans toutes les municipalités du Québec. Règle générale, le taux de participation à ce type d’exercice est très faible (environ 45 % pour l’ensemble du Québec en 2009, 38 % à Montréal) et plusieurs candidates et candidats sont même élus par acclamation (56 % des élu·e·s, maires et conseillers, en 2009). Au cours des derniers mois, dans la foulée des « révélations » dont la commission Charbonneau a rendu compte sur la collusion, les malversations et les prévarications dans diverses municipalités québécoises, les maires de Montréal et de Laval ont dû démissionner. Ce fut ensuite le tour de leurs substituts. D’autres maires québécois, faisant face à des accusations criminelles, se sont également vus dans l’obligation de quitter leur poste, dans la tourmente. Or, cette désolante suite de révélations et d’abdications ne semble pas avoir suscité de regain d’intérêt pour la politique municipale ou de mobilisations d’importance. Elle a plutôt alimenté un cynisme généralisé, qui, croyons-nous, peut s’expliquer par la dépolitisation des enjeux municipaux.

Rechercher un article, un auteur ou un sujet

Thèmes de recherche

Les auteur.e.s