Articles

  • No 35 - été 2010

    Billet

    Ça va marcher aux puce$

    Dans le très haut d’une tour à bureaux, saisissons les pensées d’un homme de tête, qui prend un instant dans son bureau vitré pour contempler ce qu’il a à ses pieds.
    Le Président de Power Puce$ est content. Maintenant, les puces sont partout et lui, il fait des sous. Sans ses puces, l’économie ne peut plus fonctionner. Les puces vont refaçonner le monde à leur image.
    Bientôt, Power Puce$ contrôlera la majorité des réseaux de gestion de fichiers sur la planète. La compagnie est maintenant assurée (...)

  • No 35 - été 2010

    Droits et démocratie

    Le lobby sioniste

    Droits et Démocratie a toujours été un organisme ambigu. Créé par Mulroney pour offrir un job à Ed Broadbent qui prenait sa retraite, il est financé par le Parlement, et son conseil d’administration est nommé par le gouvernement. Pendant 15 ans, perçu à tort comme une ONG, il a fidèlement servi le Canada comme rampe de lancement de ballons d’essais politiques. Il servait, dans le domaine des droits, à tester ou à promouvoir indirectement une politique que l’État ne voulait pas assumer directement. (...)

  • No 35 - été 2010

    Les Conservateurs contre les droits et libertés d’expression : Jeu de massacre

    Ce n’est un secret pour personne : depuis qu’ils ont pris le pouvoir, les Conservateurs ont causé plus d’atteintes aux droits humains et à la liberté d’expression que tous les gouvernements des années précédentes. L’inquiétude provoquée par de telles atteintes s’accentue par l’absence de réactions fortes et significatives de la population du Canada. Les Conservateurs continuent même d’occuper une position confortable dans les sondages. Les Canadiens sont-ils donc tombés sur la tête ?

  • No 35 - été 2010

    Stratégie canadienne en matière de carbone : des choix discutables

    Le budget fédéral du 4 mars 2010 sonne le glas de la Fondation canadienne pour les sciences du climat et de l’atmosphère, qui finance les groupes de recherche sur le réchauffement climatique. En revanche, il contient très peu de nouvelles mesures environnementales, si on excepte l’annonce d’investissements d’un milliard de dollars pour la recherche sur le captage et le stockage du carbone (CSC). Un pas dans la bonne direction ? Rien n’est moins sûr...

  • No 35 - été 2010

    La stabilité artificielle des banques canadiennes

    Depuis le déclenchement de la récente crise économique et financière, le gouvernement de Stephen Harper manque rarement les occasions qui lui sont offertes de vanter, sur la scène internationale, les mérites et la solidité du système bancaire canadien. Il est vrai que, contrairement à d’autres pays du G8, le gouvernement fédéral n’a finalement pas eu besoin d’avoir recours aux moyens qu’il s’était donnés pour acheter des actions de banques canadiennes. En revanche, celui-ci est beaucoup plus discret sur les raisons de cette stabilité, laquelle est en grande partie attribuable aux sommes colossales qu’il a lui-même injectées dans les coffres des banques pour leur permettre de poursuivre leur croissance. Ces sommes qui, per capita, sont d’ailleurs du même ordre que celles accordées par d’autres pays industrialisés en soutien à leurs banques, ont également engagé le système financier canadien dans un nouveau cycle de croissance qui, toutefois, repose sur des mécanismes semblables à ceux qui ont provoqué la récente crise mondiale.

  • No 35 - été 2010

    Chronique Éducation

    Quelques préférences internet en éducation

    J’ai pensé que ce numéro était l’occasion idéale de partager avec vous quelques-unes de mes meilleures adresses en éducation sur Internet. Je les classe, un peu arbitrairement, en trois catégories : les revues ; les sites ; les blogues. Notez que pour ne pas alourdir inutilement ce texte, je ne donne pas les adresses url des sites dont je parle : vous les trouverez cependant facilement, simplement en mettant quelques mots-clés de ma description des sites dans un moteur de recherche, par exemple Google.

  • No 35 - été 2010

    Éducation

    Pour être efficace, il faut d’abord être équitable

    Afin de rendre le système éducatif québécois plus efficace, les tenants de l’idéologie néolibérale préconisent depuis 30 ans l’accroissement de la concurrence et de la sélection scolaires. Cette thèse bat de l’aile aujourd’hui. En fait, il semble que les systèmes d’éducation qui font réussir le plus grand nombre d’élèves sont souvent ceux qui mettent en place des mesures fondées sur l’équité. Ainsi, se pourrait-il qu’il faille d’abord être équitable avant d’être efficace ?

  • No 35 - été 2010

    Gagner sa vie sans la perdre

    L’exportation de la mort

    L’amiante était dangereux pour la santé des travailleurs et de tous ceux qui entraient en contact avec lui. La fibre chrysotile de l’amiante, contrairement aux autres fibres, ne le serait pas, en étant employée de façon sécuritaire. C’est du moins ce que tentent de nous en convaincre l’Institut du chrysotile, largement financé par les deux ordres du gouvernement, et son principal porte-parole, Clément Godbout. Quels sont leurs arguments ?

  • No 35 - été 2010

    International

    L’entente canada États-Unis

    Marchés publics

    La politique commerciale québécoise s’est récemment enrichie d’une Stratégie du gouvernement du Québec à l’égard des États-Unis, l’une des cinq priorités étant de favoriser les échanges économiques. C’est bien l’orientation suivie par le gouvernement du Québec, signataire d’un nouvel accord commercial.

  • No 35 - été 2010

    International

    BDS ou la résistance pacifique palestinienne

    La terrible réalité de la situation sur le terrain en Palestine occupée fait du boycott total d’Israël et des institutions complices non seulement une obligation morale, mais aussi une nécessité politique urgente pour empêcher le génocide et une explosion incontrôlable de l’ensemble du système géopolitique moyen oriental. - Omar Barghouti [1]

  • No 35 - été 2010

    German Gutiérrez, cinéaste indépendant

    L’affaire Coca-Cola

    Faire de l’horreur une histoire de solidarité internationale

    German Gutiérrez, réalisateur d’origine colombienne, vit au Québec depuis 30 ans. Il est arrivé à Montréal après avoir étudié pendant trois ans à Paris. Il vous dira que c’est un hasard de la vie s’il s’est arrêté ici à Montréal. Il est d’abord venu au pays pour cueillir des feuilles de tabac en Ontario en vue de se ramasser de l’argent pour retourner en Colombie, il voulait faire un road trip. Après avoir travaillé dans les champs pendant 43 jours, il vient habiter à Montréal. Le road trip ? Il ne le fit (...)

  • No 35 - été 2010

    Débat politique

    Le faux débat sur l’interculturalisme et la question identitaire

    Par le biais de lettres aux journaux, des universitaires québécois débattent présentement de l’identité québécoise et des valeurs communes qui devraient être partagées dans le contexte d’une société moderne. Trois grandes orientations cadrent ce débat. D’une part, les signataires du « Manifeste pour un Québec pluraliste » [2] prônent une vision ouverte et pluraliste de la société québécoise. D’autre part, les tenants d’une conception nationaliste conservatrice (les « néo-traditionnalistes ») remettent en question les pratiques d’accommodements raisonnables qui auraient pour effet de nier la mémoire de la majorité historique. Enfin, un troisième groupe propose une « vision stricte de la laïcité », qui « récuse les manifestations religieuses ostentatoires dans la sphère publique [3] ».

  • No 35 - été 2010

    Culture

    Journal d’un coopérant

    Les faux-semblants du travail humanitaire

    Depuis le début de sa carrière artistique, Robert Morin s’impose comme un cinéaste ou vidéaste indépendant, qui ne craint pas de bousculer les clichés dominants de notre société pour favoriser la prise de conscience, chez le spectateur d’une réalité troublante. Aussi, malgré ses maladresses stylistiques et le caractère parfois inaccompli de ses explorations thématiques, la dimension sociopolitique de son œuvre a le mérite de susciter des interrogations contemporaines pertinentes.

  • No 35 - été 2010

    Avatar

    Mythe fondateur du capitalisme vert

    Dernier blockbuster à émerger de l’usine à rêves hollywoodienne, Avatar raconte la rencontre entre des Terriens assoiffés d’énergie et les Na’vis, peuple extraterrestre vivant en harmonie avec l’environnement de leur lune. Le film a battu les records nord-américain et mondial d’entrées au box-office. Or, si la 3D et la machine hollywoodienne peuvent expliquer une partie de cette réussite, il faut néanmoins s’attarder au contenu du film lui-même si l’on veut comprendre la fascination qu’il exerce chez plusieurs.

  • No 35 - été 2010

    La littérature sert-elle à quelque chose ?

    Deux ouvrages récents, La littérature est inutile de Gilles Marcotte (2009) et Une idée simple d’Yvon Rivard (2010), semblent écrits en contrepoint, à commencer par les titres qui sont tous les deux péremptoires et provocateurs. L’air de rien, involontairement même, voici deux auteurs aguerris qui ferraillent dans leur champ, la littérature. Sert-elle à quelque chose ?

  • No 35 - été 2010

    Éditorial du no. 35

    Corruption et politique

    Combattre le cynisme par l’engagement

    C’est devenu un lieu commun que de constater, de concert avec les experts politiques des grands médias, qu’un certain cynisme s’est installé dans la population à l’endroit de la classe politique. À chaque nouveau scandale de corruption, nous trouvons un Michel C. Auger ou un Jean Lapierre pour venir nous servir le même discours : les Québécois et les Québécoises ne font plus confiance à leurs éluEs. Cette simple phrase, récitée comme un mantra, expliquerait à elle seule l’humeur de l’électorat. (...)

Dossier : Promesses et périls du monde numérique

  • 5 décembre 2010

    Internet, militaires et chemins de fer

    L’histoire d’Internet est reliée aux développements technologiques de la communication humaine et c’est pourquoi nous amorçons notre histoire avec le développement des réseaux de communication et de transport dans le monde. Comme le téléphone et le télégraphe qui naissent à la même époque, le réseau de chemin de fer devient aiguillé électriquement (à partir de 1832), manuellement au départ (à la manière des téléphonistes d’antan), puis automatiquement. On établissait un chemin complet qu’on pouvait ensuite utiliser. Il s’agissait alors de commutations de circuits.

  • 5 décembre 2010

    Intelligence artificielle

    La chambre chinoise

    Est-ce que les ordinateurs et, plus généralement, les machines digi-tales peuvent être intelligents, conscientes, et penser ? Vastes questions, mais auxquelles, dans les années 1960 et 1970, plusieurs chercheurs en Intelligence artificielle répondaient par un « oui » enthousiaste, assurant même qu’on mettrait au point sous peu de telles machines intelligentes.

  • 5 décembre 2010

    Militantisme en réseaux

    De l’utopie technologique à la société autogérée

    Les nouvelles technologies de l’information et des communications offrent d’immenses ressources au processus planétaire de colonisation de l’espace, du temps, des consciences et des cultures que l’on désigne comme la mondialisation. En même temps, ces technologies, desquelles sont issus Internet et le principe de la mise en réseau, constituent l’une des formes privilégiées de résistance à ce nouvel impérialisme décentralisé. Reste à savoir comment cette résistance parviendra à se fédérer de manière relativement unifiée pour instaurer de manière durable les bases d’une société à la mesure de ses valeurs libertaires.

  • 27 novembre 2010

    Robots et éthique

    Un récent film de science-fiction, I, Robot, a pour prémisse le drame suivant, douloureusement vécu par un homme : lors d’un accident de voiture, un robot a préféré l’extirper, lui, de la voiture accidentée, plutôt qu’une petite fille. C’est que le robot avait estimé à 45 % ses chances de survie et seulement à 13 % celles de l’enfant.

  • 27 novembre 2010

    Promesses et périls du numérique

    Au-delà du réel

    L’usage croissant d’Internet, tant en termes quantitatifs (le nombre d’usagerEs) que qualitatifs (la place du web dans nos vies respectives), amène progressivement un nouveau rapport au monde qu’on n’arrive pas encore à bien esquisser. Les communautés virtuelles, dans lesquelles des individus se créent une nouvelle identité, à partir de laquelle ils peuvent interagir dans un univers alternatif, nous fournissent une illustration frappante des frontières que nous sommes en train de franchir, tant sur le plan identitaire, social qu’économique.

  • 27 novembre 2010

    Promesses et périls du monde numérique

    Wikis publics et enjeux politiques

    Wiki vient de l’hawaïen et signifie « vite », informel. Les wikis publics sont des sites Internet dont les pages sont modifiables par tous ou une partie de leurs visiteurs. En misant sur la contribution publique, plusieurs projets ont adopté ce type de site Internet pour construire et organiser leur contenu. Comment fonctionnent les wikis ? Comment s’organise-t-on dans un wiki public ? Quelles sont les inquiétudes et les enjeux soulevés par ce système de rédaction ouvert au public ?

  • 27 novembre 2010

    Les T.I.C. en éducation

    Un tiens vaut-il mieux que deux tu l’auras ?

    L’information circule plus vite que jamais par l’explosion des dispositifs numériques et de leurs usages ; les gens disposent de nouveaux moyens pour s’affirmer et plusieurs s’en servent. Là s’arrêtent les certitudes sur ce qu’on observe en termes de valeur ajoutée par les Technologies de l’Information et des Communications (TIC) en éducation. La conversation qui brise l’isolement, des jeunes plus connaissants et l’avènement d’une vaste communauté d’apprentissage en réseau… c’est de l’ordre de la pieuse promesse. Mais c’est intéressant en diable que de l’envisager. À tout prendre, l’essentiel n’est-il pas de se dire que le numérique est – aussi – un espace où se définissent des valeurs !

  • 27 novembre 2010

    Promesses et périls du numérique

    Meurtre d’une végétarienne

    Pan, t’es morte !

    Magasiner en ligne, rien de plus commun ! Rencontrer des amis, voire des amants, se marier certificat à l’appui… Les seules limites du monde virtuel résident dans l’imagination des internautes. À l’instar de Sal9000 , j’ai voulu me marier. Le ridicule ne tuant pas, ce matin, j’ai épousé ma bicyclette : « Léa et Bicyclette se sont présentées à l’adresse www.lemariagevirtuel.com et devant nous, ont déclaré vouloir être unies virtuellement pour le rire et la bonne humeur. Selon les pouvoirs d’Internet, les sus (...)

  • 27 novembre 2010

    Promesses et périls du monde numérique

    Assez de culpabilité

    En mars dernier, le Canada a connu son premier condamné pour piratage de contenu culturel. Stephen Harper a déposé le projet de loi à Ottawa au printemps 2007, deux jours après avoir rencontré Arnold Schwarzenegger, gouverneur de Californie (et, doit-on le rappeler, ex-acteur). Il n’en tient qu’à nous d’éviter que cette criminalisation du partage ne se répande. À moins qu’on ne se sente déjà trop coupable de télécharger ? Si c’est le cas, nous avons déjà perdu.
    La plupart d’entre nous adoptons un petit (...)

  • 27 novembre 2010

    Plaidoyer pour le métier de journaliste

    Grandes peurs et petites misères du numérique

    Les nouvelles technologies de l’information ont bien évidemment transformé de bout en bout le secteur de l’information. La dématérialisation combinée à la gratuité, mais aussi à la chute des revenus publicitaires, ont fait perdre pied à des empires de presse et vaciller un large pan de la maison médiatique. Dans le monde journalistique, cette mutation fait généralement évaluer les enjeux de plusieurs manières, d’ailleurs non exclusives. En voici trois, parmi les plus prégnantes, toutes liées au numérique, tour à tour présentées comme le moteur d’un avenir radieux, le fossoyeur d’un passé glorieux ou simplement le propulseur dans une éternelle immédiateté.

  • 27 novembre 2010

    Promesses et périls du monde numérique

    Le monde digital et l’éducation

    Six bémols

    On trouve désormais, dans la littérature scientifique et philosophique, de nombreux arguments qui sont de nature à tempérer l’enthousiasme technophile que peut provoquer le monde numérique chez certains pédagogues. Ils méritent d’être médités et il revient à chacun – lourde tâche, dans un domaine fort complexe et bougeant à une aussi fantastique vitesse – de décider ce qu’ils impliquent exactement.

  • 27 novembre 2010

    Promesses et périls du numérique

    Les logiciels libres

    Entre collaboration en réseau et accès libre à la connaissance

    Depuis quelques années, les principes du logiciel libre ont permis le développement de nombreux logiciels tels Firefox, OpenOffice ou Linux et ont suscité un intérêt accru de la part de plusieurs secteurs de la société. C’est avant tout la dimension éthique soulevée par les acteurs de ce mouvement qu’il convient d’articuler aux pratiques et discours des mouvements sociaux.

  • 27 novembre 2010

    Le livre numérique

    Écrire une page d’histoire

    De l’encre d’impression odorante aux caractères inodores affichés à l’écran, du bouquin sur vélin à la liseuse électronique, de l’objet qu’on aime toucher à celui qu’on peut télécharger, c’est toute l’industrie de l’édition et de la librairie qui est bouleversée par la plus importante des révolutions de son histoire : le livre numérique. En inventant l’imprimerie typographique au XVe siècle, Gutenberg a permis la transmission du savoir à grande échelle. L’édition électronique, elle, en se libérant du carcan physique, changera carrément le visage du livre.

  • 3 juin 2010

    Présentation du dossier du #35

    Promesses et périls du monde numérique

    Né dans le contexte de la Guerre froide, pour ensuite migrer au sein de la communauté scientifique universitaire, le réseau Internet est aujourd’hui accessible à une proportion sans cesse grandissante de TerrienNEs. Inévitablement, avec les percées de la numérisation et le développement des infrastructures à haute vitesse, les fonctions qu’on lui demande d’accomplir ont elles aussi explosé. On se trouve donc devant un univers où se côtoient ragots et information indépendante, éloge de la médiocrité et (...)

La revue

dans votre poche

Depuis 2013, la revue est disponible au format numérique. Que vous utilisiez un téléphone, une tablette, une liseuse Kindle ou un ordinateur, vous pourrez lire la revue sur le support qui vous convient.

Téléchargez gratuitement une application pour lire la revue À bâbord !

Le module EPUBReader permet de lire les fichiers ePub dans le navigateur Firefox (MAC, PC)

Le logiciel FBReader (MAC, PC, Linux, Android, Blackberry)

Le logiciel Calibre (MAC, PC, Linux)

Le logiciel Adobe Digital Editions (MAC, PC)

Le site Google Play Livres permet de téléverser la revue dans l’onglet "Mes livres". Vous pourrez ensuite lire la revue sur tous les navigateurs (Chrome, Firefox, Internet Explorer, Safari) ou sur votre téléphone intelligent via l'application Google Play Livres (MAC, PC, iPad/iPhone, Android).

Le site Google Play Livres permet de téléverser la revue dans l’onglet "Mes livres". Vous pourrez ensuite lire la revue sur tous les navigateurs (Chrome, Firefox, Internet Explorer, Safari) ou sur votre téléphone intelligent via l'application:
Google Play Livres pour Android
Google Play Livre pour iPhone/iPad

Kindle pour liseuse Kindle

iBooks pour iPhone/iPad

Le logiciel FBReader pour Blackberry