Articles

Dossier : Les non-lieux de la culture

  • 26 juillet 2008

    Présentation du dossier

    Les non-lieux de la culture

    Un dossier coordonné par Normand Baillargeon et Martin Jalbert

    Dans La bulle d’encre, Suzanne Jacob écrivait que les arts proposent des « versions diversifiées du monde », « d’autres matrices de perception » qui donnent à voir « les espaces du possible, du non-advenu, du renouveau, des mutations », en somme « les espaces où nous pouvons continuer à naître ». Les arts nous permettraient en ce sens de percevoir que la « convention de réalité » qui assure notre survie dans le monde, auquel elle confère une cohérence, n’est qu’une « version » et que, si « tout peut être comme (...)

  • 25 juillet 2008

    Culture et cultures

    Une approche anthropologique

    par Marie-Hélène Côté

    En français, le mot « culture » possède plusieurs sens, tous issus de sa racine latine : cultus, « action de prendre soin ». Par exemple, les agriculteurs « prennent soin » de la terre et exploitent son potentiel à travers un ensemble d’opérations appelées la culture. Les croyants « prennent soin » de leurs dieux et entretiennent leur relation avec eux par le culte. Les êtres humains « prennent soin » et développent le potentiel de leur corps et de leur esprit par diverses activités regroupées sous les (...)

  • 24 juillet 2008

    Les non-lieux de la culture

    Divertir et le reste...

    par Léon Bernier

    En apparence et sous sa forme la plus spectaculaire, la culture, au Québec, n’a jamais été aussi présente. Le cinéma québécois fait salle comble et gagne des prix à l’étranger. Céline Dion et le Cirque du Soleil font fortune à Las Vegas. Robert Lepage est devenu une sommité mondiale du théâtre, sans parler des divers groupes rock québécois qui, nous dit-on, font fureur à New York. De cela tout le monde parle et tout le monde se congratule, comme si ces succès témoignaient de la vitalité de la culture (...)

  • 23 juillet 2008

    Culture à vendre

    par Claude Vaillancourt

    Les artistes produisant de grandes œuvres pensent rarement au marché. Leur travail se fait en fonction de hautes exigences, d’aspirations élevées, il exprime en profondeur – et souvent aussi avec légèreté – leur vision du monde et de la condition humaine. Leurs œuvres s’intègrent à un grand tout qu’on appelle la culture, avec laquelle se forme l’identité des peuples. Ces mêmes artistes seraient sans aucun doute surpris de constater comment leur art est traité dans les accords commerciaux internationaux.

  • 22 juillet 2008

    Les industries culturelles

    Autant en emporte l’argent

    par Luciano Benvenuto

    À l’origine, l’expression « industrie culturelle » désignait un concept critique élaboré par les sociologues de l’École de Francfort, dans les années 1950, afin de dénoncer le mouvement global de production industrielle de la culture sous forme de marchandise, et dont la tendance croissante ne pouvait que conduire à une culture sérialisée, standardisée, voire normative, c’est-à-dire à une culture de masse.
    Peine perdue. Deux décennies plus tard, ce processus d’industrialisation de la culture tant redouté (...)

  • 20 juillet 2008

    Les non-lieux de la culture

    Empire sur l’édition

    par Jean-François Nadeau

    À l’heure où l’empire Quebecor met la main sur Sogides, le plus gros groupe d’édition et de distribution de livres au Québec, les puissants continuent d’opérer une véritable révolution conservatrice dans ce secteur. En effet, avec l’achat successif de la plupart des maisons d’édition bien établies depuis dix ans, des entreprises comme Bertelsman, Editis, Vivendi, Privat et désormais Quebecor contrôlent, dans une très large mesure, le processus de publication, c’est-à-dire l’ensemble des étapes permettant au texte d’un auteur d’accéder, de la meilleure façon possible, à une existence publique.

  • 19 juillet 2008

    Les non-lieux de la culture

    Multiculturalisme et politique de l’identité culturelle

    par Normand Baillargeon

    A u Québec, le mot « multiculturalisme » est si lourdement chargé du poids des politiques fédérales portant ce nom, qu’on a pu oublier qu’il renvoie aussi à un profond débat philosophique et politique. Ce vaste débat traverse toutes les sociétés occidentales, où il met la neutralité libérale au défi du fait sociologique du pluralisme culturel (et religieux). Or, tout indique que nous sommes récemment entrés dans une phase de (relative) remise en cause des principes au fondement du multiculturalisme. Les (...)

  • 18 juillet 2008

    Renouveler l’enseignement de la culture

    par Étienne Beaulieu

    Comment penser l’enseignement de la culture aujourd’hui dans une Amérique de plus en plus poussée vers ses penchants économistes ? Face au rabattement de la culture sur l’économie, il est nécessaire de rappeler que l’économie est elle-même une forme culturelle, mais aussi que l’accès à la culture ne saurait être contrôlé par la possession de capitaux. La gratuité scolaire doit ainsi demeurer l’objectif premier de toute action dans le champ culturel et de toute réflexion sur la répartition du bien symbolique (...)

  • 16 juillet 2008

    Se réapproprier la culture

    par Éric Méchoulan

    Le dressage des hommes par eux-mêmes est consubstantiel à leur espèce, mais la « culture savante » n’en est qu’une figure historique, lentement mise en place entre le XVe et le XVIIIe siècle. Il faut réaliser que la « culture » ne constitue pas une donnée objective et neutre, mais une instance historiquement circonscrite et politiquement déterminée.

Regards croisés sur le système public de santé

  • 10 août 2008

    Privatisation de la santé au Québec

    Non aux évangélistes du marché

    par Nicole de Sève

    Depuis la signature de l’ALÉNA, les pressions se font de plus en plus fortes afin de libéraliser les services de santé. Ainsi, en 1996 le président du Conseil du trésor de l’époque, Jacques Léonard, invitait à une plus grande participation des « partenaires non-gouvernementaux », notamment « le troisième secteur, dit communautaire, qui pourrait jouer un rôle actif dans la prestation des services sociaux ». Du Comité Arpin (1998) qui recommandait la création de cliniques affiliées aux hôpitaux et des (...)

  • 9 août 2008

    Privatisation de la santé au Québec

    La fausse impasse

    par Claude Saint-Georges

    Les chantres de la libéralisation des services de santé et des services sociaux au Québec nous assènent régulièrement des statistiques présentant l’impasse budgétaire du gouvernement québécois en matière de dépenses gouvernementales dans ce réseau. Pourtant, un examen attentif des données fournies par les gouvernements provinciaux à l’Institut canadien d’information sur la santé permet de contredire ce scénario catastrophique.
    Premier constat : Le Québec est l’une des provinces consacrant la plus faible (...)

  • 8 août 2008

    Cimité de travail sur la pérennité du système de santé et de services sociaux

    Les raisons de notre dissidence

    par Louise Chabot

    Le Comité de travail sur la pérennité du système de santé et de services sociaux du Québec, lequel a accouché du rapport Ménard, a été mis sur pied par le premier ministre Charest à la suite du Forum des générations de décembre 2004. Son mandat général était de poursuivre les réflexions et d’explorer les pistes de solution au regard de l’organisation des services et du financement de la santé et des services sociaux.
    À la fin de juillet 2005, Louis-Jacques Ménard, président de la Banque de Montréal Groupe (...)

  • 7 août 2008

    Un système public de santé

    Pourquoi s’en priver ?

    par Marie Pelchat

    Le rapport Ménard pave la voie à une rupture sociale. En effet, si les jeunes n’ont plus à payer pour les services de santé des vieux, pourquoi les vieux paieraient-ils alors des impôts pour financer les garderies et des taxes scolaires pour financer le système d’éducation ? Dans la même veine, pourquoi financer des services publics quand les groupes communautaires ou d’économie sociale peuvent prendre le relais à rabais ?
    Les groupes communautaires sont nés de la volonté des citoyens et des citoyennes (...)

  • 6 août 2008

    Le droit à la santé, un droit fondamental

    par Nicole Filion

    Le Québec doit indiquer à la Cour suprême, d’ici juin 2006, les mesures qu’il entend adopter en réaction au jugement Chaoulli, lequel rend inconstitutionnelles les dispositions législatives interdisant le recours à des assurances privées afin d’accéder à des services de santé privés. Dans sa requête pour demande de sursis, il a annoncé qu’il devait procéder à une analyse de toutes les solutions disponibles et de leurs effets sur le système juridique, social, organisationnel et budgétaire du système de santé (...)

  • 4 août 2008

    Décision Chaoulli et AGCS

    Menaces majeures au système public de santé

    par Lucie Mercier

    L’arrêt Chaoulli et la levée de l’interdiction de l’assurance privée qu’il impose risque d’avoir des conséquences importantes si on l’analyse à la lumière de l’Accord général sur le commerce des services (AGCS). En vertu de cet accord obligatoire pour les pays membres de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), le Canada s’est engagé à ouvrir graduellement le commerce des services au marché. Pour ce faire, il a soumis la liste de ses engagements, laquelle ne comprend pas la santé et les services sociaux. (...)

La revue

dans votre poche

Depuis 2013, la revue est disponible au format numérique. Que vous utilisiez un téléphone, une tablette, une liseuse Kindle ou un ordinateur, vous pourrez lire la revue sur le support qui vous convient.

Téléchargez gratuitement une application pour lire la revue À bâbord !

Le module EPUBReader permet de lire les fichiers ePub dans le navigateur Firefox (MAC, PC)

Le logiciel FBReader (MAC, PC, Linux, Android, Blackberry)

Le logiciel Calibre (MAC, PC, Linux)

Le logiciel Adobe Digital Editions (MAC, PC)

Le site Google Play Livres permet de téléverser la revue dans l’onglet "Mes livres". Vous pourrez ensuite lire la revue sur tous les navigateurs (Chrome, Firefox, Internet Explorer, Safari) ou sur votre téléphone intelligent via l'application Google Play Livres (MAC, PC, iPad/iPhone, Android).

Le site Google Play Livres permet de téléverser la revue dans l’onglet "Mes livres". Vous pourrez ensuite lire la revue sur tous les navigateurs (Chrome, Firefox, Internet Explorer, Safari) ou sur votre téléphone intelligent via l'application:
Google Play Livres pour Android
Google Play Livre pour iPhone/iPad

Kindle pour liseuse Kindle

iBooks pour iPhone/iPad

Le logiciel FBReader pour Blackberry