Articles

  • No 34 - avril / mai 2010

    Travail

    Ne lisez pas le Journal de Montréal

    Jetés sur le trottoir comme de « vieilles chaussettes » il y a plus de 13 mois, les lock-outés du Journal de Montréal ne lâchent pas ! De son côté, Quebecor laisse entendre qu’elle subit les effets néfastes de la surpuissance syndicale. Sans revenir en détail sur la triste histoire du conflit, puisque chacun la connaît (sinon, voir notamment le site Internet www.ruefrontenac.com), il importe de discuter du rapport de force opposant l’employeur à ses salariés, en l’occurrence Quebecor et ses lock-outés [1].

  • No 34 - avril / mai 2010

    Politique

    Vers la fin des arrestations de masse à Montréal ?

    De la participation à un crime collectif

    Depuis la généralisation de l’utilisation de la technique d’arrestation massive des participant-es aux manifestations par la police de Montréal à la fin des années 1990, les tribunaux avaient été généralement constants dans leur capacité à mettre tous les gens dans le même panier. Il y avait autant de criminels que de participants à la manifestation. Or, voilà que la Cour d’appel du Québec vient rappeler aux policiers et aux tribunaux que les principes généraux du droit criminel s’appliquent aussi à la répression des actions collectives à caractère politique.

  • No 34 - avril / mai 2010

    Droits et responsabilités sont-ils compatibles ?

    Plus que jamais, les réalités qui se dissimulent derrière le mot RESPONSABILITÉ sont inquiétantes. Lorsque nos gouvernants – le gouvernement Harper par exemple – affirment agir de manière responsable, il est devenu impossible de les croire. Ce n’est pas un hasard ! On a confié beaucoup de responsabilités formelles aux gouvernements en prenant pour acquis que c’était leur rôle de voir à notre bien-être. Nos espoirs sont largement déçus.
    La collusion entre les élites politiques et économiques, désormais (...)

  • No 34 - avril / mai 2010

    Gagner sa vie sans la perdre

    L’idéologie gestionnaire

    Les dirigeants des grandes entreprises, dont le montant des émoluments a été scandaleusement multiplié depuis 20 ans, prennent tous les moyens pour soutenir la valeur des actions, dont la suppression de personnel présentée sous la forme de réduction des dépenses de fonctionnement. Vincent de Gaulejac analyse, dans La société malade de la gestion (Seuil, 2005), l’idéologie gestionnaire qui cherche à obtenir l’adhésion des travailleurs et, s’il y a lieu, de leurs syndicats aux objectifs de l’entreprise, (...)

  • No 34 - avril / mai 2010

    Chronique Éducation

    Apprendre de ses erreurs

    Le gâchis causé par la réforme de l’éducation devient chaque jour de plus en plus évident. Dans un ouvrage dirigé par mon collègue Marc Chevrier et dont la sortie est imminente, je signe un texte qui suggère de tirer 12 leçons de l’expérience de cette réforme, histoire de ne pas répéter les erreurs qui furent commises. Les voici.

  • No 34 - avril / mai 2010

    Social

    L’INESSS : une machine à privatiser

    En novembre 2009, le gouvernement du Québec a déposé le projet de loi 67 visant à fusionner deux organismes existants, l’Agence d’évaluation des technologies et des modes d’intervention en santé (AÉTMIS) et le Conseil du médicament, afin de créer un Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS). Nous tenterons de mettre en lumière quelques enjeux passés sous silence à cette occasion. De plus, nous nous demanderons si l’INESSS constitue un organisme nécessaire et avantageux du pour la population québécoise.

  • No 34 - avril / mai 2010

    International

    Les OlympInc

    Un spectacle de la société marchande

    Alors que sont en cours les olympiques de Vancouver, il est intéressant de s’interroger sur le phénomène olympien. D’entrée de jeu, il apparaît important de souligner que même si le point de vue ici adopté se veut largement critique, l’objectif est tout autre que de reprocher à quiconque d’apprécier le spectacle des JO (Jeux Olympiques). Le but est plutôt de proposer une réflexion sur les dimensions sociales et politiques liées aux Jeux tels qu’ils sont actuellement organisés et présentés.

  • No 34 - avril / mai 2010

    International

    Le recrutement de la jeunesse au profit de l’empire de guerre

    La plus grande campagne de recrutement militaire canadienne depuis la Seconde Guerre mondiale est en cours. Lancée par le ministère de la Défense nationale peu après l’arrivée des conservateurs au pouvoir, cette entreprise colossale doit se poursuivre jusqu’à ce que soit rencontré l’objectif d’augmenter de 20 % la taille de l’armée. Les analystes militaires eux-mêmes reconnaissent que cet objectif ne pourra pas être atteint avant plusieurs années et que la campagne de recrutement actuelle devra se (...)

  • No 34 - avril / mai 2010

    International

    La gauche et l’après Copenhague

    Le Sommet de Copenhague a été un échec si retentissant qu’aucune firme de relations publiques n’est parvenu à complètement en masquer la profondeur au grand public. Naomi Klein, avec raison, a décrit les deux maigres pages et demi (sic) de l’entente conclue comme « un sordide pacte convenu entre les plus gros pollueurs : je vais faire semblant de constater que tu te préoccupes de l’environnement et tu feras semblant de constater que je m’en préoccupe moi aussi. D’accord ? Tope là ! »
    Mais par-delà ce constat que Copenhague a été un monumental échec, on découvre bien vite de profondes divergences, notamment quant à la gravité de la situation et quant à ce qu’il convient de faire.

  • No 34 - avril / mai 2010

    International

    Des centres sociaux autogérés à la lutte avec les sans-papiers en Andalousie

    Entrevue avec Carlos Serrano Espinoza

    Militant anarchiste, travailleur social et fondateur du Bureau des droits sociaux de Séville[Voir : http://ods-sevilla.org/], Carlos S.E s’investit depuis plus de 20 ans dans divers collectifs qui partagent les principes de l’auto-organisation basée sur la gestion horizontale ainsi que la démocratie et l’action directes. Nous l’avons rencontré afin qu’il dresse un portrait de ces expériences qui prennent racine dans la transformation de la réalité socioéconomique contemporaine.

  • No 34 - avril / mai 2010

    Analyse du discours

    De la démocratie à la gouvernance

    Certains mots surgissent de nulle part et deviennent tout à coup indispensables. Le mot « gouvernance » par exemple. Inconnu au bataillon il y a à peine dix ans, voilà qu’il envahit les discours officiels comme un parasite. Le mot rassure dans sa juvénilité, par le flou qui l’entoure et par ses racines technocratiques — n’a-t-il pas été utilisé au départ par des experts et par des consultants ultra compétents ? Mais surtout, comme la gouvernance ne peut être que « bonne » (rarement parle-t-on d’une « mauvaise gouvernance »), elle s’impose comme une nécessité. Pourtant, il fuat se méfier de cette gouvernance, peu importe la sauce avec laquelle on l’apprête.

  • No 34 - avril / mai 2010

    Analyse du discours

    Qui parle lorsque parle Mathieu Bock-Côté ?

    Les thèses nationalistes conservatrices de Mathieu Bock-Côté (MBC) sont de plus en plus remarquées et discutées. Celui qui sévit depuis une douzaine d’années dans les pages d’organes intellectuels vendus à sa cause semble avoir acquis un capital intellectuel qui force la réplique de ses adversaires. Cette trajectoire apparemment ascendante n’est pourtant pas le produit d’un génie particulier ou le fait héroïque d’un auteur isolé qui signe des camouflets incendiaires dont la seule originalité s’imposerait à la lecture. C’est tout le contraire.

  • No 34 - avril / mai 2010

    Culture

    Dany Laferrière, L’énigme du retour

    Roman du désastre et du recommencement

    Un écrivain qui se complaît dans la séduction et le succès médiatiques court le risque de se livrer pieds et poings liés aux attentes du marché du livre, relayées et alimentées par les médias. Cette surveillance médiatique y est pour beaucoup dans ce que Dany Laferrière appelle la « dictature du plaisir », dans une auto-entrevue qui dénote un sens aigu de la lucidité et de l’autocritique :
    « D. – […]. Des fois j’ai l’impression que tu t’es perdu à force de vouloir te faire voir. Tout cet étalage sexuel… (...)

  • No 34 - avril / mai 2010

    Culture

    J’ai tué ma mère

    Une haine irrépressible

    Xavier Dolan a baigné très tôt dans les univers connexes du cinéma et de la télévision québécois. Durant sa tendre enfance et son adolescence, il a joué tour à tour dans des publicités, des séries télévisées et des courts métrages. Cependant, Dolan a profité de ses moments de loisir pour s’initier au cinéma d’auteur en autodidacte. Animé d’une volonté de création rimbaldienne et s’inspirant d’une nouvelle autobiographique inédite, il tente de mettre en scène son premier film dès qu’il atteint l’âge adulte. Face au (...)

  • No 34 - avril / mai 2010

    Culture

    Joyeux Noël ou joyeux décembre, monsieur Orwell ?

    Un autre point de vue

    Dans un « Devoir de philo » intitulé « Joyeux Noël ou Joyeux décembre, monsieur Orwell ? », publié le 24 décembre dans Le Devoir, un étudiant au doctorat en sociologie de l’UQAM, Mathieu Bock-Côté, écrit en se référant à George Orwell : « Tout comme le socialisme, le multiculturalisme s’impose par une forme particulière de terreur idéologique, la rectitude politique, dont l’écrivain aura probablement été le premier théoricien ».
    Cette affirmation est particulièrement perverse à divers points de vue. Elle laisse (...)

  • No 34 - avril / mai 2010

    Éditorial du no. 34

    Propagande

    Rendons à César ce qui est à César : les Libéraux de Jean Charest viennent de réussir l’une des plus eff icaces opérations de propagande de ces dernières années. À moins que, à force de répétitions, leurs idées finissent tout simplement par passer, ce qui serait encore plus extraordinaire... Chose certaine, la crise économique aidant, les Libéraux ont ramené devant tous, comme si elles étaient neuves, les idées qui leur collent à la peau depuis qu’ils ont pris le pouvoir : il faut (...)

Dossier : Libérer des espaces - Résister, créer, militer

  • 3 septembre 2010

    Présentation du dossier du #34

    Libérer des espaces : Résister, créer, militer

    Le projet d’un dossier sur les formes contemporaines du militantisme a émergé lors de la rencontre de plusieurs générations militantes. À travers les récits, le partage des expériences et des points de vue, un constat s’est peu à peu imposé : les modes d’engagement des plus jeunes sont une énigme ou, pour le moins, une source d’interrogations pour la plupart de leurs collègues plus agéEs : queer ? Fanfare anarchiste ? Manger ce qu’on trouve dans les poubelles ? Devant l’avalanche de questions, (...)

  • 29 août 2010

    Libérer des espaces : résister, créer, militer

    Pointe St-Charles : des libertaires dans leur quartier

    On connaît peu ce petit quartier enclavé de Montréal, sinon pour ses conditions socio économiques difficiles et ses luttes locales. Mais quelles formes prend la militance actuelle du quartier ? Comment se vivent la cohabitation et la collaboration entre libertaires et milieu communautaire ? Et quels en sont les résultats ? Voici, d’un point de vue libertaire, un très bref historique des luttes récentes du quartier.

  • 29 août 2010

    Libérer des espaces : résister, créer, militer

    Jeunes féministes en lutte

    Le Mouvement RebELLEs s’organise

    En octobre 2008 se tenait le 1er Rassemblement pancanadien des jeunes féministes qui a réuni à Montréal plus de 500 jeunes femmes de 14 à 35 ans de toutes les régions du Québec et du Canada. L’objectif de cet événement était d’ « enraciner, dynamiser, mobiliser et réseauter le mouvement des jeunes féministes au Canada ». Un an plus tard, qu’en est-il ?

  • 29 août 2010

    Libérer des espaces : résister, créer, militer

    Ça va pas se PASCer comme ça !

    Né de la rencontre d’activistes lors des mobilisations continentales contre les accords de libre-échange, le Projet Accompagnement Solidarité Colombie s’est donné comme mission d’articuler une solidarité directe entre le Nord et le Sud, dans l’optique de mettre en pratique les principes
    libertaires en faisant vivre les idées anti capitalistes dans des relations durables entre mouvements de résistance, allant ainsi au-delà de la solidarité internationale et de l’aide humanitaire.

  • 29 août 2010

    Libérer des espaces : résister, créer, militer

    Montréal est un grand pink bloc

    Queers anti-autoritaires dans la métropole québécoise

    Queer. C’est un mot qu’on entend de plus en plus souvent, tellement qu’on finit par ne plus oser demander ce que ça veut dire. Pourtant, des incompréhensions persistent quant à ce concept, ainsi qu’une méconnaissance de la militance queer en général.
    Décrire en quelques lignes ou paragraphes un mouvement qui se caractérise notamment par son refus des définitions universalistes est une tâche très difficile et probablement injuste. Mais à laquelle on va s’essayer.

  • 29 août 2010

    Libérer des espaces : résister, créer, militer

    {Avatar} et les véritables DéfenseurEs de la Terre

    Le film Avatar, la plus récente réalisation de James Cameron, raconte comment les humains entreprennent de coloniser une planète et de déplacer puis d’exterminer le peuple d’indigènes qui y habitent afin de s’emparer des riches ressources de leur territoire. Cette allégorie nous donne de nombreux sujets de réflexion.

  • 29 août 2010

    Libérer des espaces : résister, créer, militer

    Les gazous de la colère

    Le 25 mai 2006 on a monté la rue Saint-Laurent, derrière la bannière de
    Solidarité sans frontières
    avec des semblants d’instruments, des embryons d’partitions,
    et l’urgence de pas encore une fois, au pas, côte à côte, bien drilléEs,
    répéter les mêmes slogans

    On a joué faux, mais ça sonnait vrai

    C’est le temps des agrais [2], de retour dans nos rues,
    pour le temps d’un parfait crash sonore absolu

    Défoncer les limites de l’acceptable
    pour que l’odeur d’la mort devienne intolérable
    qu’on la sente quand on passe à travers les façades
    des images qu’les médias nous servent en rafale
    des commentaires des experts qui réitèrent que
    « l’enfer, c’est l’autre »
    et que nos bombes les libèrent.

    C’est l’temps de garder le rythme comme on peut
    le temps de taper plus fort si on veut
    dérégler la cadence
    réinventer les sens
    faire taire les silences
    c’est le temps de l’insolence.

    Tiré de « Honk You Very Much » (moyen métrage, O.D. Asselin, 2008),
    texte d’une membre de l’Ensemble Insurrection Chaotique.

  • 29 août 2010

    Libérer des espaces : résister, créer, militer

    Ni Dieu, ni Maître : la mouvance anarchiste contemporaine

    Récupérer de la nourriture dans les conteneurs à poubelles, s’organiser avec ses voisinEs pour construire un centre social autogéré dans son quartier, s’impliquer dans une fanfare de rue : hors de l’arène partisane, point de salut pour l’action politique ? Alors que de nombreux indicateurs confirment une baisse de la confiance envers les éluEs et un déclin de l’intérêt de la population pour la politique des partis, de nombreuses activités militantes se présentent comme autant d’expressions d’une façon originale de faire de la politique à l’extérieur des voies institutionnalisées. Dans le Québec d’aujourd’hui, plusieurs de ces initiatives sont porteuses d’un projet politique dont la forme et la
    finalité s’inspirent d’un renouveau de la pensée politique libertaire.

  • 29 août 2010

    Libérer des espaces : résister, créer, militer

    Militer au quotidien

    Sur la résonance politique des pratiques écologistes

    Compost, vélo, récupération de nourriture et de matériaux, jardinage en pot sur le balcon, la liste de nos pratiques quotidiennes s’allonge et se réinvente chaque jour. Mais au delà d’un simple mode de vie alternatif, nous tendons à inscrire notre quotidienneté dans une démarche politique qui dépasse la révolution personnelle.

  • 29 août 2010

    Libérer des espaces : résister, créer, militer

    Regard extérieur d’un vieux militant

    Depuis 35 ans je m’implique dans les groupes populaires de défense de droits. Hier nous étions une nouveauté, aujourd’hui nous faisons partie, selon certaines définitions, de « la gauche traditionnelle ». C’est à titre de « vieux militant » que l’on m’invite ici à réfléchir. J’espère que ce dossier contribuera à renouveler le dialogue entre ceux et celles qui poursuivent la lutte dans le cadre d’organisations structurées et ceux et celles qui, dans le cadre de collectifs plus souples, cherchent à construire de (...)

La revue

dans votre poche

Depuis 2013, la revue est disponible au format numérique. Que vous utilisiez un téléphone, une tablette, une liseuse Kindle ou un ordinateur, vous pourrez lire la revue sur le support qui vous convient.

Téléchargez gratuitement une application pour lire la revue À bâbord !

Le module EPUBReader permet de lire les fichiers ePub dans le navigateur Firefox (MAC, PC)

Le logiciel FBReader (MAC, PC, Linux, Android, Blackberry)

Le logiciel Calibre (MAC, PC, Linux)

Le logiciel Adobe Digital Editions (MAC, PC)

Le site Google Play Livres permet de téléverser la revue dans l’onglet "Mes livres". Vous pourrez ensuite lire la revue sur tous les navigateurs (Chrome, Firefox, Internet Explorer, Safari) ou sur votre téléphone intelligent via l'application Google Play Livres (MAC, PC, iPad/iPhone, Android).

Le site Google Play Livres permet de téléverser la revue dans l’onglet "Mes livres". Vous pourrez ensuite lire la revue sur tous les navigateurs (Chrome, Firefox, Internet Explorer, Safari) ou sur votre téléphone intelligent via l'application:
Google Play Livres pour Android
Google Play Livre pour iPhone/iPad

Kindle pour liseuse Kindle

iBooks pour iPhone/iPad

Le logiciel FBReader pour Blackberry