Articles

  • No 10 - été 2005

    Institut d’études anarchistes

    Nouveaux arguments

    Par Louis-Frédéric Gaudet

    L’influence de l’anarchisme dans les récentes vagues de mobilisations sociales au Québec et à travers le monde ne fait aucun doute. Au cœur des luttes pour la justice sociale résonnent de nouveaux arguments pour la liberté, l’autonomie, la démocratie directe et l’égalité. Portrait d’une initiative qui met l’épaule à la roue en créant des espaces propices au développement d’une culture intellectuelle publique libertaire : l’Institut d’Études Anarchistes (IAS).

  • No 10 - été 2005

    Statut de l’artiste et financement de la culture

    Une entrevue avec Stanley Péan

    Le dernier budget des Libéraux a montré une fois de plus quelle était l’attitude de nos gouvernements face à la culture : on s’en enorgueillit, mais on ne la finance plus adéquatement. Depuis des années, et malgré des demandes fermes du milieu culturel, le budget de la culture stagne. Ce qui revient en réalité à une baisse marquée du financement, puisque le milieu doit faire face à une croissance régulière des coûts. Le MAL (Mouvement pour les arts et les lettres) se bat depuis six ans pour améliorer les conditions de vie des artistes. Ses campagnes ont donné leurs fruits, mais leurs résultats demeurent encore insuffisants. Nous avons demandé à Stanley Péan, porte-parole du MAL, de réfléchir avec nous sur le combat pour un meilleur financement de la culture.

  • No 10 - été 2005

    Réflexions sur la grève étudiante

    On peut rêver

    par Claude Rioux

    La grève étudiante de 2005 passera à l’histoire comme un immense cube rouge dont on a peine à mesurer les dimensions. Une mobilisation d’une largeur sans précédent, avec 250 000 étudiantEs ayant fait au moins un jour de grève, rassemblant des associations aussi disparates que celles de Saint-Laurent et du Vieux-Montréal (les « classiques »), et celles de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal et des HEC (du jamais vu). Une grève d’une longueur remarquable, certains cégeps et associations (...)

  • No 10 - été 2005

    Mouvement étudiant et démocratie

    Le pouvoir de la définition

    par Martin Jalbert

    Le récent mouvement étudiant a été le lieu d’affrontement de différentes visions de la démocratie. Afin de rétablir la « paix sociale » qui serait l’état normal du monde et la guérison d’une fièvre démocratique, on a invoqué la médecine des « négociations » et du « dialogue ». Fin mars, au plus fort d’une solide mobilisation, des voix « autorisées » insistent sur la nécessité de « passer au stade des rencontres », ne plus « utiliser l’espace public pour faire passer ses messages  » et ne pas « dévoiler la teneur des discussions  » que les parties doivent avoir entre elles (Pier-André Bouchard dans Le Devoir, 29 mars 2005). Cette drôle de démocratie a détourné un mouvement qui ne se pensait pas du tout sur ce modèle.

  • No 10 - été 2005

    À l’ère du supra-impérialisme

    Un non-alignement souhaitable !

    par Aziz Fall

    Pour consolider le fragile acquis politique des indépendances, la Conférence des non alignés du Caire de 1962 esquisse les termes d’une coopération essentielle entre le Nord et le Sud au niveau économique. Cela permettra l’avènement, deux ans plus tard, de la Commission des Nations Unies pour le Commerce et le Développement. L’ordre international s’avère de plus en plus pervers pour ces sociétés périphériques. Certes, à sa faveur se dispersent, dans le prétendu tiers-monde, des itinéraires selon qu’on dispose de certains atouts pour être intégré favorablement dans le marché mondial. Naturellement donc, les préoccupations du mouvement des non alignés se focalisent sur le dialogue Nord-Sud. Ce fut davantage, et cela le demeure d’ailleurs, un monologue du Sud.

  • No 10 - été 2005

    Mexique

    Quand la démocratie fait des vagues

    par Oscar Moreno

    Plus d’un million de personnes défilent, rivière interminable qui se dirige vers la place principale de la ville de Mexico. C’est la marche du silence, le dimanche 24 avril 2005, la manifestation la plus fréquentée que ces rues aient jamais connue dans leur histoire. Des milliers de pancartes écrites de leur main par ceux qui les brandissent désignent le président Vicente Fox. Ils l’accusent de s’en prendre à la démocratie.
    Un an auparavant, Fox avait décidé d’empêcher qu’Andrés Manuel López Obrador, (...)

  • No 10 - été 2005

    Iran

    La nouvelle cible de la croisade états-unienne

    par Roksanna Bahramitash

    La crise en Irak est source d’inquiétude pour bien des militantes pour la paix à travers le monde. Il y a en effet de bonnes chances que cette crise s’aggrave et s’étende au-delà de ce pays. Alors qu’en Irak des factions radicales se consolident et résistent à la coalition dirigée par les États-Unis, les conservateurs religieux ont déjà remporté les élections en Iran. L’exportation de la démocratie au Moyen-Orient, une priorité numéro un de l’administration Bush, est clairement un échec.

  • No 10 - été 2005

    Actualité du Discours sur la servitude volontaire de La Boétie

    La nouvelle servitude volontaire

    par Claude Vaillancourt

    Il existe certaines histoires que l’on ne peut s’empêcher de relier. Aux États-Unis, George W. Bush diminue l’impôt des riches, accumule en quelques années un déficit monstre, justifie une guerre coûteuse et impopulaire contre l’Irak par de grossiers mensonges. Ses entreprises guerrières reçoivent l’appui enthousiaste d’un Tony Blair désavoué par ses électeurs, qui sacrifie son indépendance devant le grand frère américain au point d’en perdre toute dignité.

  • No 10 - été 2005

    Mémoire ouvrière

    Les 70 ans de la grande marche des chômeurs sur Ottawa

    par Christian Brouillard

    Le chômage et la misère ressemblent beaucoup à un hiver qui n’en finit plus : gris et sordide. Considérés trop souvent comme une défaillance ou une « catastrophe », les problèmes sociaux sont naturalisés et, par le fait même, semblent sans Histoire . Le désarroi qui en résulte nous laisse alors sans prise sur le présent. Il est donc urgent de nous réapproprier notre passé afin, au minimum, d’en tirer des leçons pour l’avenir.
    1935-2005, soixante-dix ans nous séparent ainsi de la Marche des (...)

  • No 10 - été 2005

    Travailleurs migrants au Canada

    Des Mexicains exploités dans nos champs

    par Roberto Nieto

    C’est en 1966 que le Canada a instauré le premier programme visant à faire venir des travailleurs migrants pour combler les besoins de main-d’œuvre dans le secteur agricole. Ils sont aujourd’hui plus de 17 000, en majorité des Mexicains, et travaillent souvent dans des conditions insoutenables et injustes.

  • No 10 - été 2005

    Réforme de la réglementation sur les semences

    Fèves et fascisme

    par Richard Rothschild

    « Une réforme souhaitée par l’industrie met en péril l’agriculture traditionnelle » pouvait-on lire à la une du Devoir le 22 mars 2005. On y apprend qu’un Comité consultatif chargé de faire des recommandations en vue de modifier les réglementations gouvernementales actuelles en matière de semences propose des réformes majeures qui visent à assurer des résultats concrets. Lesquelles ?
    1. Obliger les agriculteures à payer des redevances à l’industrie pour les semences dites certifiées (graines améliorées en (...)

  • No 10 - été 2005

    Protocole de Kyoto et bourse de la pollution

    L’effet de « serres » s’accentue

    par Antoine Casgrain

    La signature du Protocole de Kyoto pour réduire les gaz à effet de serre (GES) et le réchauffement climatique marquait une victoire du bon sens pour la survie de l’humanité face à l’irresponsabilité du capital envers la préservation de l’environnement. Or, plus les détails se précisent, plus le Protocole de Kyoto apparaît comme un pacte avec le diable. À l’encontre du principe pollueur/payeur, concept discutable certes mais néanmoins juste, le Protocole de Kyoto octroie des quotas de polluer, applicables arbitrairement selon les pays. Par le revers des choses, on voit ainsi apparaître une nouvelle marchandise sale (GES), un nouveau marché (celui de la pollution par GES), une nouvelle bourse et une nouvelle monnaie d’échange. La duperie atteint son comble quand on apprend que les grands pollueurs canadiens seront exemptés en partie par un taux de réduction moindre, le reste étant financé par les contribuables à même les fonds publics. La question se pose : si l’air est si vicié, serait-ce parce que la politique serait aussi devenue vicieuse ?

  • No 10 - été 2005

    Arrestation au sommet de l’OMC à Montréal

    Une série d’abus de pouvoir

    par Pierre-Louis Fortin-Legris

    Prologue : La mobilisation Mobilisation anti-capitaliste à Montréal contre ce que les puissants appellent une « mini-ministérielle » de l’OMC. On est en juillet 2003. La réponse de la rue : cinq jours d’ateliers, de rencontres et de manifestations. La Ville de Montréal annonce un bouclage du quartier des affaires. La coalition organisatrice promet de perturber la rencontre. Réplique de Pettigrew, alors ministre du Commerce international : « If they want to stop us, fine, good luck ».
    Acte I : (...)

  • No 10 - été 2005

    Éditorial No. 10

    Urgence en Palestine : le Canada n’est pas pressé

    Les mesures d’Israël pour étendre son contrôle sur les territoires palestiniens occupés prennent une ampleur sans précédent. Elles sont accompagnées d’actions politiques ciblées et coordonnées, au cœur de la diplomatie canadienne, pour les faire légitimer. Il faut réagir ! Pour cette dixième livraison de la À bâbord !, le Collectif de rédaction a demandé à Rachad Antonius, sociologue, mathématicien et militant de longue date de la solidarité internationale, d’écrire ce texte d’opinion, qui traduit bien l’exaspération que nous ressentons face au déni des droits des Palestiniens et Palestiniennes.

Dossier : Le mouvement communautaire

  • 31 juillet 2008

    Présentation du dossier

    Le mouvement communautaire autonome

    Que ce soit dans des domaines aussi divers que celui de la santé, de l’environnement, des communications ou des loisirs ; que ce soit auprès des jeunes, des femmes, des personnes immigrantes ou des locataires, plusieurs milliers d’organismes communautaires au Québec œuvrent sur une base quotidienne à tenter d’améliorer la qualité de vie des populations souvent les plus défavorisées et/ou discriminées. Chacun selon sa mission, ces organismes travaillent à la réalisation de leurs objectifs dans un cadre, (...)

  • 30 juillet 2008

    D‘hier à aujourd‘hui

    Constitution d’un mouvement

    par Christian Brouillard

    Dans la foulée de la « Révolution tranquille », où l’on assiste à la modernisation de l’État et de la société québécoise, on voit, en parallèle, des couches de citoyens et citoyennes marginalisés par le système politique et économique tenter de s’organiser sur leur propre base. Constitués dans les limites des paroisses des grandes villes, ces groupes exerçaient des pressions pour résoudre des problèmes quotidiens très pointus. Très rapidement, les comités de citoyens vont déborder cet espace limité pour se (...)

  • 29 juillet 2008

    Les relations entre le communautaire et l’État

    Splendeurs et misères de l’autonomie

    Dans la conscience que les organismes communautaires québécois ont d’eux-mêmes, leurs actions contribuent à la transformation sociale de la société dans l’optique d’une plus grande justice sociale en autant qu’ils reçoivent la reconnaissance par la puissance publique du statut d’autonomie. Mais autonomie envers quoi ? Envers cette même puissance publique, l’État, qui doit lui remettre, cependant, les clés de son autonomie par l’entremise de subventions publiques sans contrepartie. Formidable ambiguïté ! Subventions qui, faut-il le rappeler, servent aussi à donner une relative autonomie au monde communautaire vis-à-vis la charité intéressée du monde des affaires. Et, si le retour en arrière ne fait pas peur, il est bon de réfléchir sur le fait que l’histoire des organismes communautaires commence, dans les années 60, par une action qui tend à s’affranchir du maillage de l’Église.

  • 28 juillet 2008

    Développement immobilier à Montréal

    Plus le Plateau est IN plus les locataires sont OUT

    par Simon Dumais

    Sur le front de lutte pour le droit au logement, les locataires et les mal-logées du Grand Plateau sont véritablement frappés par plusieurs aspects de la crise du logement et subissent les conséquences négatives du type de développement : la gentrification. Pour remédier à la situation, les groupes du quartier œuvrant dans le domaine de l’habitation ont développé la lutte pour le logement social avec des moyens d’action non seulement traditionnels mais aussi originaux.
    Depuis 1999, le coût du loyer a (...)

  • 27 juillet 2008

    Un pédagogue influent du communautaire

    Paolo Freire

    La conception conscientisante de l’éducation ne peut être au service de l’oppresseur. Aucun « ordre » oppressif ne supporterait que tous les opprimés se mettent à dire : « pourquoi ? »

    - Paolo Freire

  • 26 juillet 2008

    Le Mouvement communautaire autonome

    Un mouvement de résistances

    Une entrevue avec Jean-Yves Joannette

    Jean-Yves Joannette travaille et milite dans les milieux populaires et communautaires autonomes depuis une trentaine d’années. Il a débuté au Comité Logement Centre-Sud, et il a été le premier coordonnateur du Mouvement d’éducation populaire et d’action communautaire du Québec (MÉPACQ) au début des années 80. Depuis une douzaine d’années, il est permanent à la Table des regroupements d’organismes volontaires d’éducation populaire (TROVEP) de Montréal. Il a contribué à la mise sur pied de plusieurs coalitions dont J’ai jamais voté pour ça ! Il est aussi reconnu pour son travail d’animateur ou de monologuiste lors de manifestations ou de colloques.

La revue

dans votre poche

Depuis 2013, la revue est disponible au format numérique. Que vous utilisiez un téléphone, une tablette, une liseuse Kindle ou un ordinateur, vous pourrez lire la revue sur le support qui vous convient.

Téléchargez gratuitement une application pour lire la revue À bâbord !

Le module EPUBReader permet de lire les fichiers ePub dans le navigateur Firefox (MAC, PC)

Le logiciel FBReader (MAC, PC, Linux, Android, Blackberry)

Le logiciel Calibre (MAC, PC, Linux)

Le logiciel Adobe Digital Editions (MAC, PC)

Le site Google Play Livres permet de téléverser la revue dans l’onglet "Mes livres". Vous pourrez ensuite lire la revue sur tous les navigateurs (Chrome, Firefox, Internet Explorer, Safari) ou sur votre téléphone intelligent via l'application Google Play Livres (MAC, PC, iPad/iPhone, Android).

Le site Google Play Livres permet de téléverser la revue dans l’onglet "Mes livres". Vous pourrez ensuite lire la revue sur tous les navigateurs (Chrome, Firefox, Internet Explorer, Safari) ou sur votre téléphone intelligent via l'application:
Google Play Livres pour Android
Google Play Livre pour iPhone/iPad

Kindle pour liseuse Kindle

iBooks pour iPhone/iPad

Le logiciel FBReader pour Blackberry