Education et enseignement

  • Articles
  • No 72 - déc. 2017 / janv. 2018

    Enseignement secondaire

    À qui profite la littératie financière ?

    Retour du cours d’économie (2e partie)

    Selon l’OCDE, la financiarisation de l’économie exige le renforcement de l’éducation à la finance. En développant un nouveau savoir-agir, les jeunes sauront poser les bons gestes en matière d’épargne, de crédit, de consommation de biens et de services, et atteindront ainsi un prétendu « bien-être financier ».

  • No 71 - oct. / nov. 2017

    Retour du cours d’économie

    L’école au service de la classe financière

    En mars 2017, le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, s’empressait de modifier le régime pédagogique pour rendre obligatoire un cours d’éducation financière d’une durée de 50 heures en 5e secondaire, plaidant la nécessité d’outiller les jeunes pour leur permettre « d’exercer leur jugement et de développer leur capacité à prendre position sur des enjeux financiers ».

  • Dossier : Ouvrir l’école

    Présentation du dossier du numéro 76

    Ouvrir l’école

    Dans une prétendue société du savoir, l’accès universel à l’éducation devrait faire l’unanimité. À plus forte raison en ce qui concerne l’école primaire, qui permet d’acquérir les habiletés de base en lecture, en écriture et en mathématiques. Les enfants, nos enfants, vos enfants, doivent aller à l’école. Or, au-delà de la fréquentation et de l’accès à celle-ci, les types d’établissements scolaires, les contenus enseignés, les approches pédagogiques utilisées et les rouages du système scolaire font l’objet de polémiques, voire de luttes constantes entre les différentes actrices et acteurs de l’éducation. L’école primaire, pourtant bien établie en substance, continue de faire l’objet du débat social et politique.

  • No 70 - été 2017

    Chronique Éducation

    Russell et l’université

    Un peu partout en Occident, l’université est en ce moment en profonde transformation, pour ne pas dire en crise. Bien malin qui pourrait nommer avec quelque certitude tous ces changements ; plus malin encore qui pourrait dire avec assurance ce qu’ils apporteront de bénéfique ou de nuisible. Mais de grands bouleversements ont lieu.

  • Le blogue de la Rédac

    Importantes victoires dans le conflit à la TELUQ

    Suspension du DG de la TELUQ et démission du président du SPPTU

    Il faut maintenant s’attaquer au statut d’emploi de professeur·e sous contrat

    Le 27 juillet dernier, le directeur général de la TELUQ est relevé de ses fonctions, dans la foulée des enquêtes ouvertes par le ministère de l’Enseignement supérieur et de la demande d’injonction introduite par la FNEEQ contre la sous-traitance de l’encadrement des étudiant·e·s à un institut privé. Moins d’un mois plus tard, le président du Syndicat des professeures et professeurs de la Télé-université (SPPTU), Denis Robichaud, démissionne devant le désaveu d’une partie de ses membres. Cependant, le SPPTU a signé une convention collective entérinant la création d’un nouveau statut d’emploi, les « professeur·e·s sous contrat », faisant un travail similaire aux personnes tutrices, dans des conditions de travail dégradées. Cette création unilatérale d’un nouveau statut d’emploi n’est pas nécessairement plus légale, par rapport au droit du travail, et représente certainement un geste antisyndical qu’il faudra combattre dans les mois qui viennent.

  • No 69 - avril / mai 2017

    Regards féministes

    Soyez des hommes

    En février dernier, un reportage de l’émission Corde sensible de Radio-Canada portant sur les safe spaces (ou « espaces sécuritaires ») et la question de la liberté d’expression au sein de l’université a créé bien des remous. Beaucoup a été dit sur le sujet, mais une question demeure : à qui profite cette défense inconditionnelle de la liberté d’expression ?

  • No 69 - avril / mai 2017

    Chronique Éducation

    Le téléphone intelligent rend-il bête ?

    Au moment où j’écris ces lignes, on annonce que la France, et c’est une première mondiale, s’apprête à mettre en place ce qu’on appelle un « droit à la déconnexion » [1]. C’est qu’avec les nouvelles technologies et les possibilités de rester partout et en tout temps connecté, des maux autrefois insoupçonnés envahissent le monde du travail et nécessitent qu’on prenne des mesures pour les contrer.

  • No 69 - avril / mai 2017

    États généraux de l’enseignement supérieur

    Reprendre possession de l’éducation

    Entretien avec Jean Murdock

    Le milieu de l’éducation supérieur en a assez de se faire dicter ses priorités par les gouvernements et les directions d’établissement après un minimum de consultations. Pour remédier à cette situation, des États généraux de l’enseignement supérieur (EGES) auront lieu les 18, 19 et 20 mai prochains. Propos recueillis par Claude Vaillancourt.

  • Dossier : Cégeps – 50 ans d’existence

    Dossier : Cégeps. 50 ans d’existence

    Un demi-siècle de réformes

    Petite histoire politique

    Le 29 juin 1967, la Loi sur les collèges d’enseignement général et professionnel était sanctionnée, mettant ainsi en œuvre l’une des propositions les plus originales du rapport Parent. L’idée semble assez consensuelle pour se concrétiser sous un gouvernement dirigé par l’Union nationale, qui vient de prendre la place des libéraux de Jean Lesage. Cinquante ans plus tard, on peut cependant constater que l’institution n’a pas cessé d’être remise en cause au fil des décennies.

  • Dossier : Cégeps – 50 ans d’existence

    Dossier : Cégeps. 50 ans d’existence

    Harmoniser le système aux valeurs néolibérales

    Les politiques publiques sont des programmes d’action inspirées de valeurs et de normes. Elles mettent de l’ordre dans la société et dans chacun de ses espaces. Un référentiel est un paradigme sociétal qui rend légitime cet ordre global et sectoriel. Le référentiel néolibéral se traduit sur le plan administratif par la nouvelle gestion publique (NGP) et il se décline en éducation grâce à l’assurance qualité et à l’approche par compétences.

Rechercher un article, un auteur ou un sujet

Thèmes de recherche

Les auteur.e.s