Articles

  • No 50 - été 2013

    Le PQ et l’aide sociale

    « Couper les moins nantis, c’est cheap en esti. »

    C’est par la Gazette officielle du Québec que la ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Agnès Maltais, a choisi d’informer les personnes assistées sociales de son intention de faire des coupes majeures à l’aide sociale. Pourtant, deux jours avant cette publication, elle rencontrait un groupe de défense des droits des personnes assistées sociales, mais elle n’a pas eu assez de respect pour annoncer ces compressions aux personnes directement.

  • No 50 - été 2013

    Économie

    L’angoisse fiscale

    Une maladie de riches

    Lors des premières semaines du gouvernement péquiste, le Québec a été la scène d’un mélodrame d’une rare intensité. La main sur le cœur, de nombreux représentants et représentantes du monde des affaires sont venus nous entretenir de leur angoisse fiscale créée par les velléités du nouveau gouvernement de mettre en place ses promesses électorales (abolition de la taxe santé, création d’un quatrième palier d’imposition et révision du niveau des redevances minières). Le Québec, comme chacun sait, serait déjà un enfer fiscal, alors pourquoi diable vouloir empirer la situation ? Malheureusement pour ce mythe idéologique des plus tenaces, la situation est tout autre. Voyons-y de plus près.

  • No 50 - été 2013

    L’état des lieux en 2012

    Mourir en travaillant

    La Journée internationale de commémoration des travailleuses et des travailleurs morts ou blessés au travail rend hommage annuellement aux personnes victimes au travail. En 2012, pas moins de 211 personnes sont décédées des suites d’une maladie professionnelle ou d’un accident de travail. Quelques éclaircissements sur la situation au Québec.​

  • No 50 - été 2013

    Droit de grève étudiant

    Perspectives douteuses à la lumière du droit récent

    Il s’est passé des choses riches en contradictions, durant les mois de janvier et de février 2013, au sujet de la portée réelle des droits de négociation et de grève des salariéEs des secteurs public et parapublic et à propos de la reconnaissance, par le législateur, d’un éventuel droit de grève étudiant accompagné d’un régime de négociation. Dans l’ordre chronologique, il y a d’abord eu le jugement de l’honorable Claudine Roy, à propos de la requête syndicale portant sur le caractère inconstitutionnel de certaines dispositions de la Loi concernant les conditions de travail dans le secteur public (« loi 43 »). Ensuite, la publication par la clinique Juripop de l’étude de Guillaume Rousseau intitulée « La grève étudiante à la lumière du droit : de l’impasse judiciaire aux solutions politiques ». Enfin, l’analyse de l’Association des juristes progressistes dont le titre est « Grève étudiante : Perspectives juridiques et historiques ».

  • No 50 - été 2013

    Les universitaires

    Mercenaires des pharmaceutiques ?

    Santé

    L’industrie pharmaceutique des médicaments d’origine vit des changements importants ces dernières années. En effet, les brevets de plusieurs produits vedettes sont échus ou en voie de l’être d’ici quatre à cinq ans. L’industrie appelle ça la falaise des brevets (patent cliff). Les fabricants de génériques pourront donc commercialiser des copies à moindre coût, ce qui représente une économie pour les régimes d’assurances, publics comme privés, et on peut collectivement s’en réjouir.

  • No 50 - été 2013

    Droit à l’éducation pour les sans-papiers

    Cette école vous est interdite

    En réaction à un article de La Presse faisant écho aux efforts du Collectif éducation sans frontières, un sombre chroniqueur du Journal de Montréal invitait récemment ses lecteurs à ne pas « se laisser intimider » par la rhétorique des « idéologues du sans-frontiérisme » évoquant l’« inhumanité » des décisions du système d’immigration canadien qui se débarrasse d’un nombre grandissant d’êtres humains jetables venus d’ailleurs et qui deviendront des sans-papiers privés de droits fondamentaux s’ils refusent l’ordre de déportation et les pénibles conséquences d’un retour forcé au pays qu’ils ont fui. Il était alors question d’enfants – des milliers au Québec – exclus des écoles faute de statut migratoire. Avertissement : le présent article pourrait vous intimider.

  • No 50 - été 2013

    La cuisine populaire à l’UQAM

    Un Ras-le-bol collectif

    Éducation

    C’est par la distribution de centaines de repas gratuits les jeudis soir et les mardis midis que le Ras-le-bol, un groupe autonome formé d’étudiantes de l’UQAM, se fait connaître. Directement inspiré des soupes populaires People’s Potato (à Concordia) et Midnight’s Kitchen (à McGill), le Ras-le-bol a d’abord comme objectif de contrer la pauvreté étudiante grandissante, mais caresse également l’envie de créer un espace collectif rassembleur permettant l’échange d’idées, la construction de débats, l’apprentissage réciproque et la détente.

  • No 50 - été 2013

    International

    Casseroles contre feux d’artifice

    La dernière bataille pour le Venezuela

    Explosion de protestations au Venezuela au lendemain de l’élection présidentielle pour la succession de Chávez. La courte victoire de Nicolas Maduro, le dauphin chaviste, a fait dire au candidat défait Henrique Capriles Radonski qu’on lui avait volé l’élection. Il a appelé ses partisans à « déverser leur rage » en tapant sur leurs casseroles (cacerolazos). Cette rage en aura poussé certaines à dépasser cet appel formel et le résultat de leurs actions se compte en nombre de morts (entre sept et dix), de blessés (plus d’une soixantaine), de bureaux du parti chaviste [1] (PSUV) incendiés (entre trois et sept), de cliniques de santé partiellement brûlées ou saccagées.

  • No 50 - été 2013

    International

    Projet de Déclaration universelle du bien commun de l’humanité

    À l’initiative du Forum mondial des Alternatives, un projet de Déclaration universelle du bien commun de l’humanité a été présenté au Sommet des peuples, en marge du Sommet de Rio+20, en juin 2012. Il devait être présenté formellement au Forum social mondial de Tunis en mars dernier. Bien qu’aucune activité autour de ce projet de déclaration n’ait été inscrite formellement au FSM par le Forum mondial des Alternatives, les discussions autour du texte se poursuivent.

  • No 50 - été 2013

    L’urgence d’un débat

    Les drones, le droit et l’éthique

    Il existe désormais des avions sans pilote (UAV, pour
    unmanned aerial vehicle) contrôlés à distance et très perfectionnés. Ces appareils sont couramment appelés des drones. Grâce à eux, on peut contrôler, disons depuis le désert du Nevada, un appareil volant au-dessus de la ville de Saint-Louis, au Sénégal. Les drones sont de plus en plus nombreux et de plus en plus utilisés par de nombreux pays. Leur nombre est certainement appelé à grandir encore.

  • No 50 - été 2013

    L’acquisition du bâtiment 7 à Pointe-St-Charles

    Rien de moins qu’une expropriation populaire

    Un courant porteur d’alternatives autonomes s’élargit à travers le monde. Peu visible dans les médias de masse, rejetant la politique traditionnelle, il lutte contre la mainmise du capitalisme mondialisé qui souhaite faire des rapports sociaux et de la vie humaine une simple marchandise. L’action du centre social autogéré de Pointe-Saint-Charles s’inscrit dans cette perspective : résister et construire une autre vie.

  • No 50 - été 2013

    Culture

    Le météore

    Mystères humains et cosmiques

    François Delisle est un cinéaste déterminé qui crée, depuis près de vingt-cinq ans, une œuvre intimiste et personnelle, largement méconnue des grands publics québécois et étrangers. Contrai­rement à un Robert Morin (La récep­tion [1989]) ou à un Philippe Falardeau (La moitié gauche du frigo [2000]), Delisle n’a jamais cherché à profiter des succès d’estime qu’il a remportés comme réalisateur indépendant pour tenter d’élargir son auditoire en faisant des films susceptibles de plaire à un public important, quantita­tivement parlant.

  • No 50 - été 2013

    Université populaire d’été des NCS - 2013

    Tout est possible !

    Du 15 au 17 août 2013 à l’UQAM

    Le Col­lectif d’analyse po­li­tique (CAP) et les Nou­veaux Ca­hiers du so­cia­lisme (NCS) pré­sentent l’Université po­pu­laire d’été des NCS 2013.L’université po­pu­laire des NCS re­pose sur plus de qua­rante per­sonnes pro­ve­nant d’organisations syn­di­cales, po­pu­laires, fé­mi­nistes, éco­lo­gistes et du monde de l’enseignement. C’est un vé­ri­table « in­tel­lec­tuel col­lectif » au ser­vice des luttes et de la construc­tion du mou­ve­ment po­pu­laire. L’Université des NCS n’est pas une uni­ver­sité au sens « clas­sique » du terme. L’approche n’est ni aca­dé­mique, ni li­vresque. Le sa­voir et les com­pé­tences sont nour­ries par l’interaction entre des pra­tiques et théo­ries qui émanent de tous ceux et celles qui luttent pour changer le monde.

  • No 50 - été 2013

    Pour la démocratie

    Éloge de la fuite

    La transparence devrait être l’un des plus importants fondements de la démocratie. Seuls des individus informés sont aptes à prendre des décisions éclairées. Pourtant, beaucoup de politiques sont adoptées sous le couvert du secret et plusieurs pratiques économiques inacceptables n’existent que parce qu’elles sont cachées. Il arrive toutefois que certains individus courageux provoquent d’importantes fuites de documents. À leurs propres risques et pour le bien collectif.

  • No 50 - été 2013

    Éditorial du no 50

    Dix ans au service de luttes sociales et politiques

    À bâbord ! célèbre cette année le dixième anniversaire de sa création. Dix ans pour un individu, c’est encore le début de la vie et ça ne représente rien de très particulier, pas de quoi sabrer le champagne. Pour une revue, et une revue de gauche de surcroît, ça mérite d’être signalé, en raison notamment des conditions adverses dans lesquelles cette entreprise se déploie, tant sur le plan matériel qu’idéologique, depuis les débuts ; cela ne l’a cependant pas empêché de perdurer et de progresser contre vents et (...)

  • No 50 - été 2013

    Sommaire du no 50

    Actualité
    Le PQ et l’aide sociale / Amélie Châteauneuf
    L’angoisse fiscale / Philippe Hurteau
    Mourir en travaillant / Léa Fontaine
    Les « right-to-work laws », une charge antisyndicaliste / Louis Gill
    Droit de grève étudiant / Yvan Perrier
    Universitaires : mercenaires des pharmaceutiques ? / Daniel Chapdelaine
    L’éducation populaire menacée. Entrevue avec Paul Bélanger / Normand Baillargeon
    Droit à l’éducation pour les sans-papiers / Martin Jalbert
    Un Ras-le-bol collectif. Cuisine (...)

Dossier : Mutations de l’univers médiatique

  • 30 octobre 2013

    Média, médiation, immédiateté

    Portrait du journaliste en hamster dans sa roue

    Les journalistes observent tout, y compris leurs propres travers. Dean Starkman, reporter, blogueur et critique des médias pour la Columbia Journalism Review a observé son monde récemment et il a vu que le journaliste est maintenant comme un hamster dans sa roue [2]. Il s’active beaucoup, mais ne va nulle part.

  • 30 octobre 2013

    Journalismes : institutionnel vs citoyen

    Quelles collaborations possibles ?

    Il m’est avis que le Web social marque la fin du monopole des journalistes institutionnels (formés aux écoles de journalistes, accrédités, etc.) sur l’information. Cela ne signifie pas qu’ils sont appelés à disparaître, mais plutôt à voir des transformations dans leur rôle, dans leurs pratiques et dans leur manière d’interagir avec les citoyennes, qu’on ne peut plus simplement appeler « public ».

  • 30 octobre 2013

    Journalisme et relations publiques

    Qui raconte quelle histoire sur quelle plateforme ?

    La journaliste souhaite raconter chaque jour une histoire d’intérêt public. Une histoire qu’elle a développée elle-même. Pour réaliser cette aspiration : fabriquer des reportages originaux d’intérêt public, la journaliste doit surmonter plusieurs obstacles. Celui qui nous préoccupe ici est l’industrie des relations publiques.

  • 30 octobre 2013

    Les nouveaux médias

    Promesses et périls

    Ce qu’on appelle les « nouveaux médias », ce ne sont pas tant des nouveaux outils ou encore une nouvelle manière de diffusion, rendus possibles par l’agencement de textes, photos et vidéos qui circulent via diverses plateformes sur le Web. Ces outils auraient très bien pu se développer sans que nous ayons à parler de nouveaux médias. Il aurait été simplement question d’extensions de la presse écrite, de la photo, de l’audio ou de la vidéo sur de nouvelles plateformes.

  • 30 octobre 2013

    Critique, censure et riposte

    À l’ère des médias participatifs

    Cette ère n’est pas toute jeune. Cela fait bientôt quinze ans que le Web héberge des médias citoyens alternatifs, autogérés. Les formes de censure qui lui sont propres non plus. Elles se reproduisent, se globalisent, prennent des boucs émissaires. Les pouvoirs menacés par ces formes médiatiques comprennent de plus en plus les risques associés à ces fuites, ces inscriptions, ces circulations, ces prises de parole, mais ils comprennent rarement leur mode de fonctionnement. Au contraire, les réponses et la riposte à ces formes de censure se renouvellent et s’organisent en un réseau de solidarités de plus en plus souple et conscient de ses forces.

  • 30 octobre 2013

    Les nouveaux médias

    Aliénation ou émancipation ?

    D’Émilie-Gamelin à Tahrir, les réseaux se sont invités partout où l’actualité s’est faite brûlante. Prenons le conflit étudiant et la campagne électorale dans la foulée. Ils ont servi de moult façons. Un événement Facebook pour organiser une manifestation, le mot-clic #manifencours pour la suivre en direct sur Twitter et Instagram pour la revivre façon rétro. On a aussi pu voir des personnalités publiques croiser le fer sur Twitter – ce qu’on appelle un « tweet-fight » –, par exemple celui entre Martine Desjardins et François Legault sur le financement des universités.

  • 30 octobre 2013

    Médias, politique et objectivité

    Quand le « quatrième pouvoir » est pris à partie

    Le « Printemps érable » a entraîné une sérieuse remise en question des institutions au Québec, et les médias de masse n’y ont pas échappé. Sur la ligne de front des manifestations étudiantes, le « quatrième pouvoir » a été perçu bien naïvement comme le complice du pouvoir politique. Les raccourcis idéologiques pris par une frange de ce mouvement social, au demeurant pacifique et exemplaire dans son ensemble, ont ouvert la porte à des dérives inattendues dans une société pourtant démocratique.

  • 30 octobre 2013

    Journalisme, militantisme et impartialité

    De nos jours, dans les codes d’éthique ou de déontologie qui balisent modérément les activités professionnelles liées aux métiers de l’information, il n’est plus tant question d’objectivité journalistique que d’autres valeurs, telles l’exactitude, l’équité, la rigueur, la vérité et l’impartialité, dont on ne manquera pas de préciser ici qu’elle reste encore et toujours synonyme d’objectivité. Ces mêmes qualités déterminent a contrario ce que la journaliste Colette Beauchamp nomme « la tare de la subjectivité » des militantes, laquelle renvoie à de moins nobles vocables – tels idée reçue, parti pris, partialité – et dote ces acteurs du monopole de l’idéologie.

  • 30 octobre 2013

    GAPPA

    Un média citoyen amateur, militant et collaboratif

    Actif depuis juillet 2012, GAPPA (Guet des activités paralogiques propagandistes et anti­démocratiques) s’inscrit parmi les nombreuses initiatives médiatiques citoyennes ayant émergé récemment au Québec. À l’instar des autres médias citoyens, GAPPA s’approprie les nouvelles technologies de l’information et de la communication afin de produire et diffuser du contenu médiatique original, une possibilité jusqu’à tout récemment presque exclusivement réservée à des corporations et à l’État.

  • 30 octobre 2013

    Les mutations de l’univers médiatique

    Étant appelé à agir comme témoin au colloque intitulé « Les mutations de l’univers médiatique » tenu le 12 avril dernier, j’ai signalé d’entrée de jeu que nous traversions une période privilégiée. Il suffit de quelques clics pour avoir accès aux journaux de la planète entière. Internet a fait vivre aux passionnés de l’information un bond prodigieux.

  • 10 juin 2013

    Présentation du dossier du no 50

    Mutations de l’univers médiatique

    La plupart des gens ont probablement eu conscience de l’existence d’Internet il y a une quinzaine d’années environ, souvent sans savoir que ce formidable outil avait été développé depuis deux décennies au moins avec des fonds publics, mais en y voyant, non sans raison, de grandes promesses de démocratisation, de liberté et d’enrichissement de notre conversation collective.
    Les choses ont bien changé, et cette fois encore sans que trop de gens en prennent pleinement conscience. Internet est en (...)

La revue

dans votre poche

Depuis 2013, la revue est disponible au format numérique. Que vous utilisiez un téléphone, une tablette, une liseuse Kindle ou un ordinateur, vous pourrez lire la revue sur le support qui vous convient.

Téléchargez gratuitement une application pour lire la revue À bâbord !

Le module EPUBReader permet de lire les fichiers ePub dans le navigateur Firefox (MAC, PC)

Le logiciel FBReader (MAC, PC, Linux, Android, Blackberry)

Le logiciel Calibre (MAC, PC, Linux)

Le logiciel Adobe Digital Editions (MAC, PC)

Le site Google Play Livres permet de téléverser la revue dans l’onglet "Mes livres". Vous pourrez ensuite lire la revue sur tous les navigateurs (Chrome, Firefox, Internet Explorer, Safari) ou sur votre téléphone intelligent via l'application Google Play Livres (MAC, PC, iPad/iPhone, Android).

Le site Google Play Livres permet de téléverser la revue dans l’onglet "Mes livres". Vous pourrez ensuite lire la revue sur tous les navigateurs (Chrome, Firefox, Internet Explorer, Safari) ou sur votre téléphone intelligent via l'application:
Google Play Livres pour Android
Google Play Livre pour iPhone/iPad

Kindle pour liseuse Kindle

iBooks pour iPhone/iPad

Le logiciel FBReader pour Blackberry