Articles

  • No 45 - été 2012

    Grève étudiante

    Le bon mot...

    « On ne peut plus jouer sur les mots ». Line Beauchamp, 25 avril 2012.

    Rome brûle ! Non. Reprenons. Le Québec brûle ! Pendant ce temps, le Premier ministre (Pm) Jean Charest, trouve que sa pièce est un peu trop surchauffée. Insensible à la souffrance sociale qui sévit à l’extérieur de son bunker et fort conscient que la surchauffe vient de ses décisions impopulaires en tout point conformes à ses orientations néolibérales, le Pm souhaite qu’on rafraîchisse la pièce qu’il occupe. Pour ce faire, il demande à son serviteur de démarrer… le climatiseur. Le bon mot pour résumer le comportement de Jean Charest durant le conflit étudiant édition 2012 : irresponsabilité.

  • No 45 - été 2012

    Grève étudiante

    De l’État de droit à l’État de la droite !

    « (…) on ne peut jouir des droits qu’en les exerçant. » Jurgen Habermas. [1]

    « Dans les pays démocratiques, la science de l’association est la science mère ; le progrès de toutes les autres dépend des progrès de celle-là. » Alexis de Tocqueville. [2]

    Nous vivons dans une société qui se présente comme étant régie par des règles qui relèvent de l’État de droit, c’est-à-dire un État politique et juridique au sein duquel triomphent normalement la suprématie constitutionnelle et le contrôle judiciaire de la constitutionnalité. Le conflit étudiant, de la session hiver 2012, nous a confrontés à un certain nombre d’événements qui ont mis à mal ce concept.

  • No 45 - été 2012

    Grève étudiante

    Pour une université publique

    Au moment où j’écris ces lignes, on ne connaît toujours pas l’issue de la grève étudiante qui dure, en certains cas, depuis neuf semaines. Mais il est très clair que cette grève ne porte pas seulement sur les frais de scolarité et que ce qui s’y joue concerne également la définition et la fonction même de l’enseignement supérieur. Qu’en attend-t-on, au juste ? Pourquoi les cégeps et les universités existent-ils ?

  • No 45 - été 2012

    Grève étudiante

    Les échos du passé sur la gratuité scolaire

    « 93 % de nos enfants n’iront jamais à l’université ! » Telle était la phrase-choc clamée en juin 1960 par une publicité du Parti libéral du Québec parue dans le journal L’Enseignement. Cette phrase tirée du rapport Lefebvre produit en avril 1960 précède le rapport Parent, dont le premier tome est déposé en 1963. Jean-Paul Lefebvre , qui signe le rapport du même nom, est considéré comme faisant partie de la « minorité dynamique » qui, lors de la Conférence provinciale sur l’éducation tenue à l’Université de (...)

  • No 45 - été 2012

    Économie

    La juste part : fétichisme et artifices

    Lors du dépôt du dernier budget du Québec, le ministre des Finances, Raymond Bachand, a fortement insisté sur le concept de « juste part ». Le budget comme tel ne contient pas de nouvelles annonces d’augmentation de tarifs, mais il est facile de comprendre que le ministre a tenu ces propos afin de désolidariser la population québécoise d’avec la grève étudiante du printemps.

  • No 45 - été 2012

    Travail

    Le mépris absolu des travailleurs et travailleuses !

    Air Canada, Aveos et Harper

    En mars dernier, les travailleurs de l’entreprise Aveos ont appris, sans préavis, qu’ils perdaient leur emploi. Leur syndicat, l’Association internationale des machinistes et des travailleurs et travailleuses de l’aérospatiale (AIMTA), n’avait pas été informé de l’intention des dirigeants d’Aveos de mettre la clef sous la porte. Ainsi, ce sont environ 2 600 employé.e.s qui perdent leur emploi, dont 1 800 à Montréal. Air Canada se défile face à ses responsabilités, tout autant qu’une partie de la classe politique.

  • No 45 - été 2012

    Société

    La fabrication du leader

    Entre flexibilité et pragmatisme

    La téléréalité et ses dérivés ne cessent de nous étonner tant par leur médiocrité que par leur capacité à se renouveler dans le même genre de cochonneries : des immigrants risquant l’expulsion des Pays-Bas et rivalisant pour gagner quelque deux mille dollars en faisant valoir leur connaissance du pays, intervention psychorépressive sur de jeunes délinquants ; du dressage cognitivo-comportemental d’animaux et d’enfants.

  • No 45 - été 2012

    Santé

    Quand l’environnement nous rend malades

    Pour une approche écosystémique de la santé

    Notre santé et notre bien-être dépendent de notre environnement – de l’eau que l’on boit, de l’air que l’on respire et de la nourriture que l’on consomme. Le premier environnement est celui du foetus, constitué, entre autres, d’un filtrat du sang maternel, qui contient les nutriments nécessaires à la croissance, mais aussi d’un grand nombre de produits toxiques, certains accumulés durant toute la vie de la mère.

  • No 45 - été 2012

    International

    Bienvenue en Palestine

    Indésirables en Israël

    La mission Bienvenue en Palestine, une action internationale de solidarité avec le peuple palestinien, a eu lieu du 15 au 21 avril 2012. Seize personnes du Québec étaient associées au projet qui visait à dénoncer l’enfermement de la population palestinienne par le gouvernement israélien et à aider à la mise en place d’une école internationale à Bethléem. Mais elle est loin d’avoir eu lieu sous la forme prévue.

  • No 45 - été 2012

    International

    La Barbe !

    Activisme féministe

    Figurez-vous un homme discourant devant une assemblée d’autres hommes (cela n’est pas une situation bien difficile à imaginer). Figurez-vous que pendant que cet homme parle, une femme se lève… et qu’elle porte une fausse barbe. Multipliez cette femme par cinq, six, dix ou plus, et imaginez maintenant les réactions du public et de l’orateur.

  • No 45 - été 2012

    International

    Vers l’imposition d’un nouvel ordre mondial

    Menaces de guerre l’Empire

    Aux prises avec le déclin d’un ordre mondial qu’il ne maîtrise plus, l’Occident cherche-t-il à réimposer sa volonté par une nouvelle grande guerre, qui serait cette fois vraiment planétaire ? Ce terrifiant scénario s’alimente à l’inexorable escalade de pressions et menaces contre la Syrie et l’Iran, opposant pour la première fois depuis la fin de la guerre froide le trio occidental du club du veto à l’ONU (États-Unis, Royaume-Uni, France) au duo non occidental (Russie et Chine).

  • No 45 - été 2012

    Point de vue

    Est-il trop osé de critiquer les préjugés ?

    L’industrie de la pornographie

    Dans le Québec d’avant les années 1960, il était mal vu qu’une femme enceinte enseigne en exposant aux yeux des enfants cet état impudique qu’était la grossesse. Un demi-siècle plus tard, le préjugé selon lequel un adulte qui n’a pas l’apparence d’un être asexué est inapte à occuper certains emplois est toujours bien vivant.

  • No 45 - été 2012

    Culture

    Peut-on encore vivre de son art ?

    Qu’ils crèvent les artistes !

    Il devient de plus en plus difficile aujourd’hui de gagner sa vie par un travail d’artiste. Nos sociétés archi fonctionnelles arrivent difficilement à intégrer une matière aussi insaisissable et imprévisible que l’art à ses structures économiques. L’archivage illimité et l’accès gratuit à d’innombrables oeuvres sur Internet permettent au public de cueillir des chefs-d’oeuvre en série, sans penser aux intérêts de ceux et celles qui les ont conçus. Dans cette abondance, il y aura toujours des artistes prêts à travailler pour moins, dans le but de se faire connaître.

  • No 45 - été 2012

    Débat politique

    L’anthropomorphisme et ses dérives

    Un jour, à la télévision, j’ai vu une équipe de pompier en train de sauver un chien labrador qui dérivait sur un morceau de glace au milieu d’un embâcle, en plein milieu des rapides. Le pompier qui voulait le prendre pour le mettre dans le bateau, et qui ne se méfiait aucunement, a eu la surprise de sa vie lorsque le chien l’a mordu en plein visage. Ce pauvre pompier avait fait une supposition dangereuse : que ce chien pensait comme un être humain et qu’il comprenait qu’on essayait de le sauver. Cette (...)

  • No 45 - été 2012

    Culture

    Annie Ernaux

    L’écriture : une exploration totale du réel

    Il faut toujours se méfier des préconceptions et des préjugés, à commencer par les siens. Ils m’ont retenu longtemps dans ma venue à la lecture de l’oeuvre d’Annie Ernaux qui ne s’est amorcée qu’avec Les années, publié en 2008 et dont le titre signale d’emblée la dimension et la portée historiques. Je l’associais, à tort, à la nébuleuse des écrivaines s’adonnant complaisamment à l’autofiction, au récit de leurs petites histoires personnelles, amoureuses et érotiques, un peu à la manière de leurs équivalents masculins, Miller ou Bukowski par exemple.

  • No 45 - été 2012

    Godin

    Les limites de l’hagiographie

    Culture

    Même s’il n’a jamais pu accéder au grand rôle politique auquel il était en droit d’aspirer, Gérald Godin a su s’affirmer comme un député et un ministre importants durant les deux premiers mandats gouvernementaux du Parti québécois à l’Assemblée nationale. Après la défaite électorale de sa formation politique en 1985, malgré une tumeur cancéreuse au cerveau qui ralentissait considérablement le rythme de ses activités, Godin a exercé, dans l’opposition officielle, ses fonctions de député avec dignité et professionnalisme jusqu’à la fin du dernier mandat qu’on lui a confié.

  • No 45 - été 2012

    S’organiser, résister, vaincre

    Université populaire des Nouveaux Cahiers du Socialisme

    16, 17, 18 août 2012 à l’UQÀM

    Les Nouveaux Cahiers du Socialisme (NCS) invitent la population et les représentants des médias à participer à la troisième édition de son université populaire les 16, 17 et 18 août 2012, à l’UQAM. 
    Plus d’informations ici.
    Soirée d’ouverture
    De la lutte étu­diante à la lutte ci­toyenne : pouvons-nous en­core faire une société ?
    Le jeudi 16 août 2012 à 19h à l’UQAM
    Uni­ver­sité du Québec à Mont­réal, Pa­villon Hubert-Aquin, Am­phi­théâtre AM-050, 400, rue Sainte-Catherine Est
    Avec :
    • Ga­briel Nadeau-Dubois (...)

  • No 45 - été 2012

    Loi 78

    Désobéissance, j’écris ton nom...

    En kiosque

    Le 18 mai 2012, alors que la grève étudiante s’éternise et qu’on n’y trouve pas d’issue, l’Assemblée nationale du Québec, à la demande du gouvernement Charest, adopte à 68 voix contre 48 une loi spéciale depuis connue sous le nom de Loi 78. Cette « Loi permettant aux étudiants de recevoir l’enseignement dispensé par les établissements de niveau postsecondaire qu’ils fréquentent » a aussitôt soulevé un tollé de protestations et a très vite été judiciairement contestée. Au moment de mettre sous presse, nous ne connaissons pas encore le résultat de cette contestation. Mais nous savons au moins deux choses qu’il nous paraît nécessaire de rappeler ici avec insistance.

  • No 45 - été 2012

    Sommaire du no 45

    En kiosque

    Grève étudiante
    Désobéissance, j’écris ton nom... / Normand Baillargeon
    Crise étudiante : le bon mot / Yvan Perrier
    De l’État de droit à l’État de la droite / Léa Fontaine et Yvan Perrier
    Pour une université publique / Normand Baillargeon
    Les échos du passé sur la gratuité scolaire / Anik Meunier
    Actualité
    La juste part : fétichisme et artifice / Philippe Hurteau
    Air Canada, Aveos et Harper : le mépris absolu des travailleurs / Léa Fontaine
    La fabrication du leader / Audrey Laurin-Lamothe
    Quand (...)

  • No 45 - été 2012

    Grève étudiante

    La relance de la lutte sociale

    Éditorial du no 45 - en kiosque

    Il est trop tôt pour proposer des analyses approfondies, et encore moins un bilan de la grève étudiante. Mais on peut déjà formuler un certain nombre d’observations sur la nature de cet événement extraordinaire qui rappelle, par certains aspects, le Mai 1968 français.
    On notera d’abord qu’il s’agit sans doute, par son ampleur et son intensité, de la grève la plus longue et la plus massive que le Québec ait connue. Pour en trouver des équivalents, il faut évoquer des précédents aussi célèbres que la grève (...)

Dossier : Le sport en ville - une appropriation citoyenne

  • 6 décembre 2012

    Dossier : Le sport en ville - une appropriation citoyenne

    Le programme "Bleu, Blanc, Bouge"

    L’appropriation citoyenne d’un espace sportif

    Au Canada, les problèmes de surpoids et de manque d’activité physique deviennent de plus en plus alarmants. En effet, selon une enquête menée par Statistique Canada et publiée en 2011, 85 % des adultes et 93 % des enfants et des jeunes Canadiens n’atteignent pas le niveau minimal quotidien d’activité physique nécessaire pour maintenir une bonne santé et un bien-être satisfaisant (Statistique Canada, 2011). Selon le Canada’s House of Commons Standing Committee on Health, le Canada présente l’un des plus hauts taux d’obésité infantile du monde dit développé et se classerait au 5e rang parmi les pays de l’OCDE.

  • 5 décembre 2012

    Dossier : Le sport en ville - une appropriation citoyenne

    Les laissés-pour-compte du baseball

    Récemment, Moneyball a été mis en nomination pour six Oscars, phénomène plutôt rare pour un film portant sur le baseball. C’est qu’au lieu de s’attarder à la grandeur et aux misères d’une équipe négligée qui ferait fi des divergences internes pour cimenter son esprit de corps et triompher dans un match ultime contre des favoris arrogants, Moneyball est une fable économique portant sur le fonctionnement décisionnel des propriétaires d’un club. En prenant appui sur les As d’Oakland de 2002, équipe qui a remporté le championnat de sa division malgré une très faible masse salariale et la perte de trois de ses meilleurs joueurs sur le marché des joueurs autonomes, le film plaide pour l’innovation dans un univers capitaliste féroce et évidemment inéquitable.

  • 5 décembre 2012

    Dossier : Le sport en ville - une appropriation citoyenne

    La coupe est pleine

    Mundial et Jeux olympiques à Rio de Janeiro

    Le film de Fernando Meirelles (The Constant Gardener ; Blindness) présentant la candidature de la ville de Rio auprès du Comité international Olympique (CIO) avait quelque chose de magique. En 2 minutes et demie, Rio y est présenté comme une ville où la pratique des sports, de l’escalade à la natation en passant par le volleyball et le vélo, cohabite avec l’urbanité la plus vibrante dans une complète convivialité. Lorsque Rio a obtenu les Jeux olympiques de 2016, le 2 octobre 2009, c’est comme si une partie de la magie avait acquis une existence réelle. Tout comme en octobre 2007, au moment où le Brésil obtenait la Coupe du Monde FIFA 2014, cela a soulevé l’enthousiasme dans toutes les couches de la population. Pouvait-on être contre la Coupe du Monde dans un pays si fortement associé au soccer ?

  • 5 décembre 2012

    Dossier : Le sport en ville - une appropriation citoyenne

    Roller, genre et politique

    Inventé en 1930, puis tombé dans l’oubli, le roller-derby connait aujourd’hui un regain de popularité, porté par des groupes issus de la culture alternative. En plus d’être une discipline hautement spectaculaire et réjouissante, ce sport bouscule les carcans de genre, expose la diversité et cultive la communauté.

  • 5 décembre 2012

    Dossier : Le sport en ville - une appropriation citoyenne

    Roulodrôme et Skatepark

    Le TAZ à Montréal

    L’aventure du TAZ débute en 1994, à même la rue. Ses deux fondateurs, Janet McNulty et Michel Comeau, adeptes de patin, de skateboard et artistes de la scène, veulent monter des spectacles sur patins, skateboard et BMX. Aucun lieu ne veut les accueillir puisque ces sports sont alors très alternatifs et associés à la délinquance. Ils s’entraînent donc sur la rue avec les jeunes qui cherchent un lieu où l’on respectera leur style de vie.

  • 5 décembre 2012

    Dossier : Le sport en ville - une appropriation citoyenne

    Un stade démontable...permanent ?

    Jeux Olympiques de Londres

    Le stade olympique de Londres comptera 80 000 places. Afin d’en assurer la pérennité, on a pensé à édifier une structure démontable permettant de réduire l’ensemble à 25 000 places, en faisant du coup une infrastructure moins coûteuse à gérer, et s’intégrant davantage dans l’East End de Londres, fortement défavorisé, en lui fournissant des installations sportives de proximité. Mais c’était sans compter sur les intérêts du sport professionnel…

  • 5 décembre 2012

    Dossier : Le sport en ville - une appropriation citoyenne

    Le stade du coin de la rue

    Il est gros. Il a coûté cher. On aimerait bien collectivement mettre le pic dedans, tout en sachant bien qu’on ne peut pas : ce serait plus cher encore, et puis que mettrait-on à la place ? De toute façon, n’est-ce pas délicieusement gros ? La seule construction qui atteigne ce niveau de démesure dans la province entière. On en parle comme d’un équipement métropolitain. Les rapports d’enquête, d’étude, de faisabilité vous le diront tous : le plus gros stationnement intérieur de l’Est du Canada. Peut-être même du Nord-Est de l’Amérique. BIG !

  • 5 décembre 2012

    Dossier : Le sport en ville - une appropriation citoyenne

    Oubliez Rocky

    Pratiques populaires de la boxe et des sports de combat

    Du spectacle le plus brutal à la réinsertion scolaire et sociale en passant par la boxe olympique, amateur et récréative, les sports de combat ont de multiples finalités. Pour étayer quelques impressions sur cette pratique sportive, j’ai consulté sociologues et boxeurs. Pourquoi boxer ? Les sports de combat peuvent-ils servir à tisser des liens dans une communauté ? La boxe ne fait-elle que réfléchir la violence de la société où les rapports de force sont inégaux, où tous les coups sont permis, où la règle du jeu est celle du plus fort ?

  • 6 juin 2012

    Présentation du dossier du no. 45

    Le sport en ville

    Pour une appropriation citoyenne

    Le sport est à la fois un domaine à forte teneur symbolique susceptible de rassembler des masses importantes d’individus et un secteur qui appelle fréquemment de grands investissements en matière d’infrastructures. Dans des espaces urbains de plus en plus privatisés, aseptisés diront certains, c’est également par la pratique des sports que nous prenons possession de la ville, que nous en en détournons les règles ou que nous en exploitons toutes les opportunités. La pratique du sport fait sortir le (...)

La revue

dans votre poche

Depuis 2013, la revue est disponible au format numérique. Que vous utilisiez un téléphone, une tablette, une liseuse Kindle ou un ordinateur, vous pourrez lire la revue sur le support qui vous convient.

Téléchargez gratuitement une application pour lire la revue À bâbord !

Le module EPUBReader permet de lire les fichiers ePub dans le navigateur Firefox (MAC, PC)

Le logiciel FBReader (MAC, PC, Linux, Android, Blackberry)

Le logiciel Calibre (MAC, PC, Linux)

Le logiciel Adobe Digital Editions (MAC, PC)

Le site Google Play Livres permet de téléverser la revue dans l’onglet "Mes livres". Vous pourrez ensuite lire la revue sur tous les navigateurs (Chrome, Firefox, Internet Explorer, Safari) ou sur votre téléphone intelligent via l'application Google Play Livres (MAC, PC, iPad/iPhone, Android).

Le site Google Play Livres permet de téléverser la revue dans l’onglet "Mes livres". Vous pourrez ensuite lire la revue sur tous les navigateurs (Chrome, Firefox, Internet Explorer, Safari) ou sur votre téléphone intelligent via l'application:
Google Play Livres pour Android
Google Play Livre pour iPhone/iPad

Kindle pour liseuse Kindle

iBooks pour iPhone/iPad

Le logiciel FBReader pour Blackberry