Articles

  • No 51 - oct. / nov. 2013

    Éducation

    Communication assistée : une farce cruelle

    La Presse canadienne du 24 novembre 2009 rapportait l’extraordinaire nouvelle suivante : « Rom Houben a vécu la torture pendant 23 ans, incapable de communiquer avec l’extérieur, qui le croyait plongé dans un coma végétatif. “Au début, j’étais en colère, puis j’ai appris à vivre avec”, raconte ce Belge de 46 ans, qui s’exprime aujourd’hui grâce à un appareillage spécial. Quand de nouveaux examens ont finalement révélé qu’il était conscient, ç’a été “une deuxième naissance”, dit-il. Il peut désormais (...)

  • No 51 - oct. / nov. 2013

    Débat politique

    Éthique consommée

    Le meilleur des mondes serait-il à vendre ?

    La consommation peut-elle être une façon d’agir politiquement ? Une somme d’actes de consommation individuels peut-elle améliorer le monde ? « Acheter, c’est voter » est la prémisse fondamentale du discours des organismes qui font la promotion de la consommation « responsable » comme Équiterre. C’est la croyance qu’un monde meilleur peut s’acheter. Vous voulez sauver l’environnement ? On vous dira d’acheter des aliments biologiques. Vous voulez combattre la pauvreté dans les pays en voie de développement ? (...)

  • No 51 - oct. / nov. 2013

    Économie

    Le coût du capital

    Dans l’univers du management, la tendance est au contrôle et au resserrement des coûts du travail. Au nom de la compétitivité des entreprises ou des États, une pression permanente s’est installée en visant toujours les mêmes – mauvaises – cibles : revoir à la baisse des niveaux de rémunération jugés exorbitants, défaire les filets de protection sociale à la charge des employeurs, flexibiliser les liens d’emploi, etc. Cette obstination masque pourtant une autre réalité, soit que l’un des principaux freins à la compétitivité des entre­prises des pays dits développés n’est pas tant un coût du travail trop élevé, mais bien le coût du capital.

  • No 51 - oct. / nov. 2013

    Alimentation

    Souveraineté alimentaire à la sauce PQ

    La nouvelle politique québécoise de souveraineté alimentaire mise en place par le gouvernement Marois au mois de mai était censée incarner une réponse au rapport de la commission Pronovost déposé cinq ans plus tôt. Quelques mois seulement après l’entrée en scène d’un gouvernement péquiste à Québec, le délice avec lequel la première ministre et son ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, François Gendron, faisaient usage du label « souveraineté alimentaire » laissait voir leur plaisir de découvrir ce qui n’est rien de plus qu’une coïncidence linguistique faisant le pont entre agriculture et lexique politique québécois.

  • No 51 - oct. / nov. 2013

    Barrage à Val-Jalbert

    Pourquoi et pour qui ?

    Environnement

    En 1994, le gouvernement libéral a l’étrange idée de construire un barrage hydroélectrique en amont de la chute Ouiatchouan, à Val-Jalbert au Lac-Saint-Jean. Une forte opposition du milieu fait alors abandonner le projet privé. Le gouvernement Charest remet le projet sur la table en 2010. En février dernier, le gouvernement Marois annule le programme de petites centrales, à l’exclusion de Val-Jalbert.

  • No 51 - oct. / nov. 2013

    Environnement

    L’affaire valjalbert.ca

    Cas de censure grave

    Qui se serait douté le 24 mars 2013 lors de la mise en ligne du site satirique www.valjalbert.ca que celui-ci finirait censuré quelques jours plus tard ? Le site dénonçait d’une façon élégante et caricaturale le projet de mini-centrale hydroélectrique à Val-Jalbert. Des huissiers de justice, de multiples mises en demeure et des injonctions allaient s’abattre sur l’hébergeur du site (le Réseau Koumbit), le registraire du nom de domaine (BareMetal.com), l’autorité responsable des noms de domaines .ca (l’ACEI) et finalement son auteur, Nicolás Andrade.

  • No 51 - oct. / nov. 2013

    Les négociations dans le secteur public

    Un iceberg à éviter

    Le récent jugement Roy : une absurdité liberticide

    Le 10 janvier 2013, la juge Claudine Roy de la Cour supérieure du Québec a rendu sa décision en lien avec la loi spéciale imposée autoritairement le 15 décembre 2005 par le gouvernement de Jean Charest. Rappelons que la Loi 43 avait pour effet de mettre un terme unilatéralement à la ronde de négociation des secteurs public et parapublic qui s’est échelonnée de 2003 à 2005 et d’interdire l’exercice de la grève dans ces deux secteurs jusqu’en mars 2010. À la lumière de ce jugement, on peut se poser les deux questions suivantes : à quoi correspond la protection constitutionnelle appa­rentée à la liberté d’association et à la liberté d’expression pour les salarié·e·s des secteurs public et parapublic ? Y a-t-il encore un avenir pour les négociations collectives dans ces secteurs ?

  • No 51 - oct. / nov. 2013

    Travail

    Le Club Med : le miroir aux alouettes ?

    Attiré.e.s par des lieux de travail magnifiques, voire paradisiaques, un peu partout à travers le monde, bon nombre de jeunes et de moins jeunes se lancent à corps perdu dans la profession de GO (gentils organisateurs) au service des GM (gentils membres). Mais dès que l’on s’intéresse un peu aux GO, que l’on soulève délicatement le voile et qu’on accède à quelques documents, la réalité apparaît beaucoup moins idyllique…

  • No 51 - oct. / nov. 2013

    International

    La coopération québécoise en péril ?

    Depuis plus de cinquante ans, le Québec a développé une forte expertise en solidarité internationale axée sur le partenariat à long terme et le développement de proximité. En 2006, une réflexion sur les valeurs et la vision de la société civile québécoise sur le développement international a donné lieu à la « Déclaration du Québec » qui met de l’avant des principes et des engagements qui permettent aux représentants et représentantes des organisations de la société civile du Québec de jouer pleinement leur rôle dans la construction de rapports plus justes et solidaires entre les peuples. Cette déclaration se veut une contribution spécifique à cet autre monde possible et de plus en plus nécessaire.

  • No 51 - oct. / nov. 2013

    International

    Résistances à la crise

    Espagne

    MADRID. Dans les rues, des milliers de nouveaux itinérants dans leur sac de couchage, blottis ensemble par douzaines ou peaufinant leur cabane en carton. Dans les médias, les images terribles d’un nouveau suicide, celui d’une professionnelle au chômage de 54 ans, accablée par son éviction imminente, et que l’étouffement financier a fait se jeter par la fenêtre de son immeuble.

  • No 51 - oct. / nov. 2013

    Mémoire des luttes

    Repenser la démocratie « par le bas »

    Justice et assemblée constituante

    C’est entre 2011 et 2012, avec l’avènement du printemps chilien, vaste mouvement social initié par les grèves étudiantes massives, que les observateurs du monde entier prennent la mesure de changements majeurs survenus dans la démocratie stable – considérée parfaite par bien des spécialistes – du Chili. La véritable explosion des mobilisations, mais aussi la montée d’un projet d’assemblée constituante – du jamais-vu dans ce pays – a bouleversé les conceptions traditionnelles faisant du Chili post-dictature une société « apathique », réconciliée avec son passé.

  • No 51 - oct. / nov. 2013

    Mémoire des luttes

    Chili 40 ans plus tard

    À la recherche de l’équité sociale

    Le Chili qui commémore cette année le 40e anniversaire du coup d’État a changé par rapport à des anniversaires antérieurs. Pinochet et d’autres responsables du coup sont décédés. Des élections ont lieu régulièrement depuis 1989 et des partis politiques de toutes les tendances y participent. La situation économique du pays a fait des progrès. Quarante ans après 1973, peut-on dire que la transition vers la démocratie a été réussie ?

  • No 51 - oct. / nov. 2013

    Culture

    Montréal. Ville autochtone

    Aujourd’hui, la majorité des Autochtones du Canada devient urbaine. Alors que cela risque de bouleverser définitivement la vision passéiste que l’on a trop souvent d’eux, j’ai souhaité rencontrer dans le cadre d’un projet photographique une dizaine de jeunes habitant à Montréal. Celles et ceux y ayant presque toujours vécu ont bien voulu m’expliquer ce qui les a retenus en ville ; celles et ceux arrivé·e·s il y a peu m’ont évoqué les raisons de leur venue et les conséquences que cela a eues sur leur vie et leur identité. Voici une partie de ce qu’il m’a été permis d’apprendre.

  • No 51 - oct. / nov. 2013

    Culture

    Vidanger les radios-poubelles au Saguenay

    « Ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire. » La maxime picturale des trois singes de la sagesse prend beaucoup de sens en l’associant aux façons dont les rapports de domination sont reproduits au quotidien dans notre société. Voilà que nous entendons constamment au sujet de la radio-poubelle qu’il faudrait feindre l’ignorance, banaliser les propos qui y sont tenus et la portée de ceux-ci, ou encore les accepter sous le couvert d’un humour grossier. Pour décrire la lutte contre les radios-poubelles au Saguenay, nous aborderons dans ce texte trois principes élémentaires pour nous dans cette bataille.

  • No 51 - oct. / nov. 2013

    Féminisme

    Debout

    Le 25 juin 2013, la sénatrice texane Wendy Davis enfilait une paire de chaussures de course roses pour pouvoir tenir le coup pendant un filibuster historique : treize heures sans s’asseoir ou prendre appui, sans boire ni manger, sans quitter sa place ni le fil d’un discours écrit en opposition à un projet de loi dont l’objectif était non seulement de réduire aux vingt premières semaines de grossesse le droit des femmes à l’avortement (et encore, dans des circonstances quasi exceptionnelles), mais de limiter radicalement leur accès à des cliniques (dont le nombre sera ramené, puisque le projet a finalement été adopté le 13 juillet, de 42 à 5).

  • No 51 - oct. / nov. 2013

    Sommaire du no 51

    En kiosque le 11 octobre

    Actualité
    Le coût du capital / Philippe Hurteau
    Souveraineté alimentaire à la sauce PQ / Pierre-Mathieu Le Bel
    Éthique consommée / François Doyon
    Luttes à Val-Jalbert / Collectif
    Un cas grave de censure / Hortense Lachute
    Debout / Martine Delvaux
    La communication assistée. Une farce cruelle / Normand Baillargeon
    Négos du secteur public. Un iceberg à éviter / Yvan Perrier
    Club Med. Miroir aux alouettes ! / Léa Fontaine
    Dossier : En plein corps
    Ceci (n’)est (pas) mon corps / Diane (...)

  • No 51 - oct. / nov. 2013

    Éditorial du no 51

    Élections municipales

    En kiosque le 11 octobre

    Le 3 novembre prochain, des élections sont prévues dans toutes les municipalités du Québec. Règle générale, le taux de participation à ce type d’exercice est très faible (environ 45 % pour l’ensemble du Québec en 2009, 38 % à Montréal) et plusieurs candidates et candidats sont même élus par acclamation (56 % des élu·e·s, maires et conseillers, en 2009). Au cours des derniers mois, dans la foulée des « révélations » dont la commission Charbonneau a rendu compte sur la collusion, les malversations et les prévarications dans diverses municipalités québécoises, les maires de Montréal et de Laval ont dû démissionner. Ce fut ensuite le tour de leurs substituts. D’autres maires québécois, faisant face à des accusations criminelles, se sont également vus dans l’obligation de quitter leur poste, dans la tourmente. Or, cette désolante suite de révélations et d’abdications ne semble pas avoir suscité de regain d’intérêt pour la politique municipale ou de mobilisations d’importance. Elle a plutôt alimenté un cynisme généralisé, qui, croyons-nous, peut s’expliquer par la dépolitisation des enjeux municipaux.

  • No 51 - oct. / nov. 2013

    11 septembre

    Chili 1973-2013

    Quarante ans de luttes pour la démocratie

    Il y a 40 ans, le 11 septembre 1973, une junte militaire dirigée par le général Augusto Pinochet, appuyée par la bourgeoisie nationale et l’administration états-unienne, renversait dans le sang le gouvernement élu de Salvador Allende. Débutait alors une féroce dictature, qui a assassiné ou fait disparaître plus de 3 200 personnes, en a détenu plus de 500 000, en a torturé plus de 38 000, et a transformé le pays en un vaste camp de discipline visant à imposer une nouvelle société néolibérale.

Dossier : En plein corps

  • 11 juin 2014

    Dossier : En plein corps

    Ceci (n’)est (pas) mon corps

    Le corps a toujours constitué un enjeu féministe, d’autant plus que durant des siècles, les « politiques sur notre ventre » se sont longtemps faites sur notre dos. Si des hommes pratiquent de longue date (et encore aujourd’hui) l’échange de femmes en raison des capacités productives et reproductives de leur corps, il n’est pas étonnant que les mouvements et les réflexions féministes aient fait du corps des femmes un enjeu. Cela est d’autant plus important que les mouvements féministes se sont développés à une époque où, si l’on en croit Foucault, les mécanismes de domination passent largement par le biopouvoir.

  • 11 juin 2014

    Néomédicalisation

    La marchandisation de la santé

    Dossier : En plein corps

    La médicalisation est le processus qui consiste à transformer des expériences normales de la vie en « maladies » pour lesquelles un traitement médical est alors proposé. De la naissance à la mort, des menstruations au vieillissement, de l’humeur au désir sexuel, ce qui était auparavant considéré comme normal devient de plus en plus souvent un « problème » qui doit être soigné. Et on demande à celles et ceux qui sont lésés de changer au lieu de chercher à modifier le contexte social qui crée ces problèmes. Bref, on utilise des traitements médicaux et des pilules comme des modes ou des instruments de contrôle social.

  • 11 juin 2014

    Dossier : En plein corps

    L’arme du corps

    Faut-il vraiment en arriver là ?

    Le corps est un espace dans lequel s’inscrivent notre condition sociale, notre travail, les violences et les discriminations subies. Tout cela a un impact sur son apparence, sa longévité, sa bonne ou mauvaise santé. Mais c’est aussi un espace de liberté, de jouissance, de transgression, d’émancipation et de revendication. Le corps peut devenir outil politique.
    Outil d’affirmation, dans le cas où des corps discrédités et socialement invisibles s’affichent dans l’espace public : marche des salopes, (...)

  • 11 juin 2014

    Dossier : En plein corps

    Masculinité et féminité imposées

    Le corps trans, au Québec, est pathologisé, médicalisé, normalisé, stérilisé. Ce dernier ainsi que l’être qui l’habite subissent les impacts extrêmes de la normalisation genrée, sans pour autant être les seul·e·s. C’est pourquoi nous souhaitons ici ouvrir le dialogue et mettre de l’avant l’importance d’aborder l’enjeu de leur stérilisation forcée comme exemple vécu d’une normalisation extrême de nos corps. Cette normalisation et cette légalisation du corps trans passent par l’imposition d’une féminité et d’une masculinité standardisées. De celles dont nous souhaitons nous éloigner ou de celles dont nous souhaitons nous rapprocher.

  • 11 juin 2014

    Dossier : En plein corps

    La reine et le saumon

    Résistance innue à la colonisation

    Mani-Utenam, octobre 2012. Nous sommes sur la route 138 qui mène au chantier de La Romaine, le dernier grand projet hydro-électrique québécois qui consiste à harnacher une rivière à saumon du territoire traditionnel innu, le Nitassinan. Un groupe de militant·e·s bloque le passage des camions en direction du chantier d’Hydro-Québec, poursuivant les actions politiques menées à l’encontre de ce projet par les Innu·e·s depuis 2008. Des enfants, des dames âgées, des adolescent·e·s, quelques hommes ont établi un (...)

  • 15 avril 2014

    Dossier : En plein corps

    Le corps des femmes de couleur

    Lieu de lutte pour un nouveau féminisme

    L’instrumentalisation du corps des femmes comme symbole politique par les systèmes patriarcaux a rapidement été repérée par les féministes comme un enjeu majeur dans la lutte pour l’émancipation des femmes. Les féministes ont rappelé comment l’appropriation du corps des femmes par le système patriarcal constitue un enjeu central pour comprendre la domination des femmes, mais aussi pour mieux penser la résistance. En d’autres mots, le corps est conçu comme lieu de pouvoir, en tant qu’objet mais aussi sujet de pouvoir. Aujourd’hui, au sein même du mouvement féministe, le corps des femmes immigrantes et racisées devient objet de débat et sujet de résistance.

  • 15 avril 2014

    Dossier : En plein corps

    Peut-on consentir à la prostitution ?

    La question de la prostitution est complexe, car elle implique un ensemble de considérations économiques, sociales, politiques et éthiques. Elle est marquée par des rapports sociaux de pouvoir liés à la classe sociale, à l’appartenance ethnique et, bien entendu, au sexe ; les femmes constituant la très forte majorité des personnes prostituées et les hommes, des clients.

  • 15 avril 2014

    Dossier : En plein corps

    Quand le corps des femmes donne chair au conflit

    Corps voilé, dévoilé, marchandé ; corps conspué, vendu, réclamé ; corps auto­déterminé... Le corps des femmes, au sein même des féminismes, demeure un outil et un terrain de tensions, de conflits et de résistances. Les enjeux entourant le port du voile et la prostitution/travail du sexe en sont les illustrations les plus actuelles et les plus déchirantes. Mais au-delà de l’enjeu fondamental qui divise les différentes approches féministes – à savoir : est-il possible qu’une femme qui porte le hijab ou le (...)

  • 8 décembre 2013

    Dossier : En plein corps

    Prêter le flanc

    Que penser du nu militant féminin ? Et comment le penser en tant que féministe ?

    Les exemples de nudité militante sont nombreux. Dans certains cas ils sont mixtes, dans d’autres cas ils sont spécifiquement le fait de femmes militantes. Toutefois, dans tous les cas, c’est le corps nu de la femme qu’il faut interroger, à cause de l’histoire qui lui colle à la peau, parce qu’un corps féminin dénudé sur la place publique, ça ne va pas de soi.

  • 1er octobre 2013

    Présentation du dossier du no 51

    En plein corps

    En kiosque le 11 octobre

    Dans sa chronique féministe en nos pages, Martine Delvaux traite du filibuster de Wendy Davis, représentante au Sénat du Texas qui a occupé le plancher du Sénat pendant plus de dix heures consécutives, debout, sans pause ni repas. En livrant un long discours visant à bloquer l’adoption d’un projet de loi menaçant les possiblités d’avorter au Texas, elle infligeait une épreuve à son propre corps, dans le but de stopper une atteinte aux droits des femmes de disposer du leur. Nous ne pouvions trouver meilleure illustration des questions que nous avons cherché à soulever dans ce dossier, à savoir que le corps est non seulement l’enjeu de plusieurs batailles actuelles, mais est aussi directement mobilisé dans le cadre de luttes sociales.

La revue

dans votre poche

Depuis 2013, la revue est disponible au format numérique. Que vous utilisiez un téléphone, une tablette, une liseuse Kindle ou un ordinateur, vous pourrez lire la revue sur le support qui vous convient.

Téléchargez gratuitement une application pour lire la revue À bâbord !

Le module EPUBReader permet de lire les fichiers ePub dans le navigateur Firefox (MAC, PC)

Le logiciel FBReader (MAC, PC, Linux, Android, Blackberry)

Le logiciel Calibre (MAC, PC, Linux)

Le logiciel Adobe Digital Editions (MAC, PC)

Le site Google Play Livres permet de téléverser la revue dans l’onglet "Mes livres". Vous pourrez ensuite lire la revue sur tous les navigateurs (Chrome, Firefox, Internet Explorer, Safari) ou sur votre téléphone intelligent via l'application Google Play Livres (MAC, PC, iPad/iPhone, Android).

Le site Google Play Livres permet de téléverser la revue dans l’onglet "Mes livres". Vous pourrez ensuite lire la revue sur tous les navigateurs (Chrome, Firefox, Internet Explorer, Safari) ou sur votre téléphone intelligent via l'application:
Google Play Livres pour Android
Google Play Livre pour iPhone/iPad

Kindle pour liseuse Kindle

iBooks pour iPhone/iPad

Le logiciel FBReader pour Blackberry