Articles

  • No 57 - déc. 2014 / janv. 2015

    #AgressionNonDénoncée

    Un spectre hante le Canada, celui de l’agression sexuelle ! Il aura suffi du congédiement d’un animateur vedette de CBC et de la suspension de deux députés libéraux pour que les langues se délient et que la twittosphère soit agitée par les gazouillis de ces agressions non dénoncées qui volent soudainement la vedette au « terrorisme islamiste ». Alors que nos gouvernements se targuent d’avoir réalisé l’égalité entre les femmes et les hommes et que certains auraient même voulu y voir une valeur québécoise (...)

  • No 57 - déc. 2014 / janv. 2015

    Le Parti libéral au pouvoir

    Plan de communication 2.0

    C’est avec une assurance tranquille que le Parti libéral a pris le pouvoir le printemps dernier. Notre premier ministre serait un bon docteur, qui nous éloignerait des éclats causés par la charte des valeurs et un éventuel référendum sur l’indépendance du Québec. Profitant d’une belle majorité au Parlement, il gouvernerait en appliquant ses principes très chers de démantèlement progressif de l’État auquel il n’a jamais cessé de croire. Mais il apprendrait des erreurs du passé. Avec un bon plan de communication, la population ne pourrait pas s’empêcher de le suivre.

  • No 57 - déc. 2014 / janv. 2015

    Politiques d’austérité

    Une fausse analogie

    Pour nous faire avaler leurs politiques d’austérité, les gouvernements ne cessent de nous répéter qu’il est impensable d’emprunter pour « payer l’épicerie », ce qui établit une analogie entre l’économie d’un ménage et l’économie d’un État. Cette fausse analogie nous a également été servie de manière plus colorée par les « saco­ches » de Margaret Thatcher et de Monique Jérôme-Forget.

  • No 57 - déc. 2014 / janv. 2015

    Autochtones

    Déclaration de souveraineté atikamekw

    Entrevue avec Constant Awashish, Grand chef de la nation Atikamekw

    Dites-leur que nous n’avons jamais cédé notre territoire, que nous ne l’avons jamais vendu, que nous ne l’avons jamais échangé, de même que nous n’avons jamais statué autrement en ce qui concerne notre territoire [1]. - César Newashish

    Les Atikamekw Nehirowisiw ont proclamé le 8 septembre dernier leur Déclaration de souveraineté sur Nitaskinan, un vaste territoire de 80 000 km2 situé au nord de Trois-Rivières et englobant les communautés de Manawan, Opitciwan et Wemotaci. L’objectif de la nation atikamekw est de « maintenir et exercer sa gouvernance territoriale sur l’ensemble de Nitaskinan. Pour ce faire, Atikamekw Nehirowisiw a la volonté de faire de son peuple une instance politique et économique incontournable [2] ». Le grand chef de la nation atikamekw, Constant Awashish, a bien voulu partager avec nous ses réflexions sur cette Déclaration de souveraineté.

    Propos recueillis par Julie Depelteau

  • No 57 - déc. 2014 / janv. 2015

    Projet Énergie Est au Québec

    Vers l’engluement bitumineux

    À Cacouna, dans le Bas-du-Fleuve, la société TransCanada ambitionne de bâtir un terminal pétrolier, tête de pont au Québec de son projet Énergie Est. Un port qui serait alimenté par le plus gros pipeline d’Amérique du Nord, capable de transporter 1,1 million de barils de pétrole par jour. Au Québec, depuis plusieurs mois, citoyen·ne·s, défenseur·e·s de l’environnement et scientifiques se mobilisent et dénoncent les risques environnementaux considérables qu’un tel plan fait peser sur la région de Cacouna, sa « pouponnière » de bélugas et, plus largement, sur le bassin versant du Saint-Laurent. Face à l’offensive des compagnies pétrolières, le gouvernement du Québec tarde à réagir.

  • No 57 - déc. 2014 / janv. 2015

    Éducation

    Sur la culture générale au Québec

    J’ai participé à la confection du questionnaire du sondage CROP/La Presse sur la culture générale des Québécois·es dont les résultats ont été publiés par ce journal en novembre 2014. J’ai été très heureux de prendre part à cet exercice. C’est que la question de la culture générale m’intéresse depuis longtemps, comme elle doit intéresser quiconque se préoccupe d’éducation, et que je trouvais donc fort intéressante cette idée de tenter ce modeste coup de sonde sur le sujet.

  • No 57 - déc. 2014 / janv. 2015

    Politique

    Être anarchiste dans une société hiérarchique

    Entretien avec Serge Roy

    Serge Roy a été fonctionnaire au ministère du Revenu du Québec pendant près de 30 ans, président du Syndicat de la fonction publique du Québec de 1996 à 2001, président de l’Association québécoise pour un contrat mondial de l’eau et trois fois candidat pour Québec solidaire. Il a également signé plusieurs textes sur et autour de l’anarchisme depuis les années 1970. Entretien avec un libertaire qui a su concilier ses idéaux et son engagement politique.

    Propos recueillis par Gabriel Arsenault

  • No 57 - déc. 2014 / janv. 2015

    Féminisme

    À qui appartiennent les femmes ?

    « Le corps de Jennifer Lawrence est devenu celui de toutes les femmes. » Cet extrait du titre d’un article de Tracy Clark-Flory sur le site Salon saisit en quelques mots le sens du « celebgate » du mois de septembre dernier. La diffusion, sur le web, de nus volés d’actrices et de chanteuses populaires a fait couler beaucoup d’encre au cours des semaines qui ont suivi. Ces photos, selfies ou autres, étaient la propriété privée des stars, piquées à même leur stockage informatique.

  • No 57 - déc. 2014 / janv. 2015

    Travail

    Démolition des services publics

    Si, lors de leur campagne, les libéraux prônaient le dialogue et la concertation, il n’en est plus rien aujourd’hui. Bien au contraire, ils coupent à la hache dans les services publics. Les organisations syndicales réagissent et proposent de mener des actions originales, qui pourraient constituer de nouveaux moyens de pression s’ils demeuraient dans les limites de la légalité.

  • No 57 - déc. 2014 / janv. 2015

    International

    La France sur le fil

    Une atmosphère de fin de règne, voilà la France en cet automne. Les gouvernants sont dénigrés, rejetés, parfois avec dépit, parfois avec haine. Eux-mêmes apparaissent désemparés, mais bien décidés tout de même à approfondir la politique qui a produit ce climat. Drôle de situation, mais qui n’a rien de drôle en fait avec une extrême droite en pleine ascension.

  • No 57 - déc. 2014 / janv. 2015

    France

    Une réforme scolaire mal venue

    Dans le contexte politique pour le moins chaotique qu’on sait, le milieu scolaire français traverse un grand chamboulement. Promise par François Hollande durant sa campagne de 2012, la réforme des rythmes scolaires est censée constituer le premier pas d’une transformation de l’école primaire (qui inclut la maternelle) de l’Hexagone. Alors que les effets sont importants, les collectivités locales n’ont pas toutes les mêmes moyens pour y faire face.

  • No 57 - déc. 2014 / janv. 2015

    État islamique

    La stratégie du chaos

    L’État islamique (EI), parfois connu comme le « Califat », a fait une entrée spectaculaire dans l’histoire en juillet dernier. Selon son chef, Abou Bakr al-Baghdadi, ce mouvement qui contrôle une grande partie de la Syrie et de l’Irak dispose de plusieurs dizaines de milliers d’hommes en armes. Il combat les régimes syrien et irakien, mais aussi l’opposition syrienne, l’Iran et l’Arabie saoudite. Il affirme également vouloir porter la guerre contre les puissances impérialistes, notamment les États-Unis. Tout un programme…

  • No 57 - déc. 2014 / janv. 2015

    Nation, huis clos avec Lucien Bouchard

    Un politicien présomptueux

    Quoi qu’on en dise, Lucien Bouchard a été l’un des politiciens québécois les plus marquants au cours des 25 dernières années, principalement en raison du rôle majeur qu’il a joué dans le camp du « Oui » durant la campagne référendaire portant sur la souveraineté du Québec en 1995. Toutefois, les avis qu’on entretient au sujet de sa contribution sociopolitique nationale demeurent très partagés au sein de la population québécoise.

  • No 57 - déc. 2014 / janv. 2015

    La littérature et la vie

    1937 : l’Histoire trébuche

    En janvier 1937, Trotsky débarque à Tampico, au Mexique, après des années d’errance sur le continent européen, grâce à une intervention de Diego Rivera auprès du président Lazaro Cardenas qui lui accorde l’asile politique. Au même moment, le météorologue Alexeï Vangengheim, prisonnier dans un camp des îles Solovki, avant d’être liquidé au mois de novembre de la même année, écrit une dernière lettre au camarade Staline, en qui il a toujours confiance, lui demandant d’intervenir en faveur de la révision de l’instruction au terme de laquelle il a été condamné à la déportation au printemps 1934. La révolution mondiale dans sa forme stalinienne les a rattrapés tous les deux dans son emballement, le leader historique comme le cadre obscur, et ils n’en sortiront pas indemnes, acteurs et victimes d’une machine infernale qui va les broyer. C’est cette tragédie terrible qu’évoquent, chacun à leur manière, les livres récemment publiés par Patrick Deville et Olivier Rolin.

  • No 57 - déc. 2014 / janv. 2015

    Entretien avec Jérémie Zimmermann

    Plaidoyer pour un Internet libre, ouvert et décentralisé

    Issu de la culture hacker, Jérémie Zimmermann est cofondateur et ancien porte-parole de l’association française La Quadrature du Net, un groupe de défense des droits et libertés des citoyen·ne·s sur Internet. Cette organisation « promeut une adaptation de la législation française et européenne qui soit fidèle aux valeurs qui ont présidé au développement d’Internet, notamment la libre circulation de la connaissance ». Elle fait des interventions dans les débats remettant en cause la liberté d’expression, le droit d’auteur, la régulation du secteur des télécommunications ou encore le respect de la vie privée. Zimmerman est aussi coauteur, avec Julian Assange notamment, de Menace sur nos libertés : Comment Internet nous espionne. Comment résister paru chez Robert Laffont en 2012.

  • No 57 - déc. 2014 / janv. 2015

    Oh mon Charlie ! Ils ont assassiné Jaurès !

    Dans quelques années, on dira peut-être que ce sont des Martin Luther King qui sont morts le 7 janvier 2015. Mais ça n’en prend pas le chemin. J’ai peur qu’ils n’aient plutôt assassinés des Jaurès. Je m’explique : Martin Luther King était un non violent, mort assassiné, alors que sa cause principale avait été, pour l’essentiel, gagnée. On ne peut pas en dire autant de Jaurès. Son assassinat, le 31 juillet 1914, s’accompagne de la défaite de la cause pour laquelle il meurt. Avec lui le pacifisme s’éteint. Et (...)

  • No 57 - déc. 2014 / janv. 2015

    Sommaire du no 57

    Actualité
    #AgressionNonDénoncée / Diane Lamoureux
    PLQ. Plan de communication 2.0 / Claude Vaillancourt
    Austérité. Une fausse analogie / Diane Lamoureux
    Souveraineté atikamekw - Entrevue avec Constant Awashish / Julie Depelteau
    Vers l’engluement bitumineux / Abel Uga
    Sur la culture générale au Québec / Normand Baillargeon
    Anarchiste dans une société hiérarchique. Entretien avec Serge Roy / Gabriel Arsenault
    À qui appartiennent les femmes ? / Martine Delvaux
    Démolition des services (...)

Dossier : Vivre en démocratie autoritaire

  • 9 juin 2015

    Dossier : Vivre en démocratie autoritaire

    Notre démocratie du petit nombre

    Un parlement québécois votant, par une imposante majorité d’élu·e·s, l’adoption d’une loi d’exception restreignant les droits fondamentaux d’association, d’expression et de réunion. Un gouvernement péquiste appuyant l’application d’un règlement municipal brimant tout autant ces mêmes droits, sur un territoire plus restreint, mais à perpétuité. Un gouvernement canadien bâillonnant la recherche scientifique autant que l’expression de la critique au sein de tout ce que pouvait subventionner l’État auparavant. Un gouvernement états-unien se dotant du pouvoir d’épier toutes les communications dans le monde et poursuivant, telle une police politique internationale, le courageux dénonciateur de cette situation inacceptable. Un peu partout sur la planète, une criminalisation de l’action collective et une banalisation de lois d’exception décrétées par des gouvernements « démocratiquement » élus (ou non).

  • 9 juin 2015

    Dossier : Vivre en démocratie autoritaire

    L’austérité comme stratégie de classe

    Néolibéralisme tardif

    Alors qu’elle est de plus en plus contestée comme orientation générale des politiques économiques et fiscales, l’austérité demeure l’orientation principale du gouvernement du Québec. L’objectif de la Commission permanente de révision des programmes présidée par Lucienne Robillard est de réduire de manière durable et permanente la taille de l’État et le poids des dépenses publiques dans l’économie québécoise.

  • 9 juin 2015

    Dossier : Vivre en démocratie autoritaire

    Les sorcières ont toujours soif

    Ces dernières années, en Occident, on remarque une plus grande visibilité des idées féministes dans les grands médias, l’espace public, la culture, les actions des mouvements sociaux, etc. À titre d’exemple, pour la première fois depuis des décennies, la pièce de théâtre Les fées ont soif de Denise Boucher, qui avait fait tant scandale au Québec en 1978, était de retour sur les planches cet automne au théâtre La Bordée à Québec. Nous émettons ici l’hypothèse que ces idées, et ces féministes, plus visibles et plus présentes, sont une directe conséquence de l’imposition de l’austérité budgétaire en Occident, de la montée des conservatismes et des fondamentalismes tous azimuts et surtout de la « moralisation » du rôle et de la place que les femmes devraient occuper.

  • 9 juin 2015

    Dossier : Vivre en démocratie autoritaire

    Extractivisme et criminalisation

    La criminalisation de la protestation sociale est un mécanisme de répression parmi d’autres, telles les pratiques de surveillance ou les interventions musclées. La criminalisation de l’opposition à l’extractivisme fait référence au fait que, très souvent, les personnes et mouvements qui protestent contre l’exploitation de ressources naturelles et pour défendre leur économie, leur mode de vie, leur culture, leur existence sont poursuivies devant les tribunaux, voire amenées en prison à la suite d’accusations criminelles. En outre, dans le contexte de conflits armés, les personnes visées par des accusations criminelles sont plus susceptibles d’être victimes d’autres violations des droits humains qui peuvent aller jusqu’à leur assassinat, et ce, en toute impunité.

  • 9 juin 2015

    Dossier : Vivre en démocratie autoritaire

    Démocratie policière

    « Notre boulot, à la police, c’est la répression. Nous n’avons pas besoin d’un agent sociocommunautaire comme directeur, mais d’un général. Après tout, la police est un organisme paramilitaire, ne l’oublion pas. » – Yves Francoeur, président de la Fraternité des policiers de Montréal, en 2009

    À la suite de l’arrestation de masse lors du Sommet du G20 à Toronto, en 2010, un étudiant en théâtre de l’Université de Toronto pris dans le coup de filet s’insurgeait, à la télévision : « Je n’en reviens pas que cela puisse arriver au Canada !  » À le voir, on le savait de descendance européenne et probablement de classe moyenne. Ce qui expliquait son étonnement devant des policiers le traitant sans respect et bafouant ses droits. Plusieurs ont eu la même réaction lors des arrestations de masse pendant le Printemps de la matraque en 2012.

  • 9 juin 2015

    Dossier : Vivre en démocratie autoritaire

    Le spectre de la peste brune

    Lors des élections européennes du 25 mai 2014, l’incroyable poussée de l’extrême droite a déstabilisé l’équilibre politique de plusieurs pays. Celle-ci est pour la première fois arrivée en tête en France, au Danemark et au Royaume-Uni, où elle a obtenu respectivement 24,85 % (Front national, FN), 26,7 % (Parti du peuple danois, DF) et 27,5 % (Parti pour l’indépendance du Royaume-Uni, UKIP) des suffrages. Plusieurs autres pays ne sont pas en reste puisque, par exemple, le Parti de la liberté d’Autriche (FPÖ) a obtenu 20,5 %, tandis que le Mouvement pour une meilleure Hongrie a raflé 14,7 %.

  • 9 juin 2015

    Dossier : Vivre en démocratie autoritaire

    Anonymous, ennemi public mondial

    Gabriella Coleman, professeure en anthropologie à l’Université McGill, a publié chez Verso en novembre dernier l’ouvrage Hacker, Hoaxer, Whistleblower, Spy : The Many Faces of Anonymous, fruit de plusieurs années d’enquête sur le mouvement. En voici un court extrait, remanié par l’auteure aux fins de ce dossier.

  • 9 juin 2015

    Dossier : Vivre en démocratie autoritaire

    Repérer les angles morts

    Démocratie restreinte et autoritarisme arabe

    L’histoire maghrébine et proche-orientale des 20 dernières années regorge d’exemples historiques nous donnant à voir l’irruption du peuple dans l’arène politique dans des sociétés où le politique a toujours été une affaire de rapports de force bruts que les possédants et dominants faisaient subir à des masses qu’ils méprisaient largement. Les récentes révoltes, à appréhender sous un temps long et discontinu, donnaient à voir une appropriation des espaces publics et des formes de mobilisation inédites. C’est le politique qui se libère et s’autonomise dans des sociétés où nous avons tendance à penser que c’est face au seul pôle religieux qu’il faut s’affranchir. Autonomie du politique face au religieux, mais aussi et surtout face au militaire, au policier et à l’arbitraire de l’injustice des possédants.

  • 9 juin 2015

    Dossier : Vivre en démocratie autoritaire

    Pour ne pas conclure...

    « What we loved was not enough. Kiss it quick and rise again », Silver Mt. Zion
    Le portrait d’ensemble qui émerge de ce dossier est indéniablement sombre. Néanmoins, les grotesques démons­trations de puissance, dont on retrouve quelques exemples au fil des pages qui précèdent, masquent bien mal la rapide perte de légitimité du système. Si le capitalisme prend un tel virage autoritaire, c’est aussi parce que sa reproduction est de plus en plus difficile. Les inégalités sociales croissantes et le bilan (...)

  • 2 décembre 2014

    Présentation du dossier du no 57

    Vivre en démocratie autoritaire

    Au Québec, tout comme au Canada et ailleurs dans le monde, la démocratie est de plus en plus réduite à ses formes les plus rudimentaires ou à ses pratiques procédurales dont le sens a été systématiquement vidé de tout contenu significatif. Pendant que subsiste un squelette d’État de droit que la doctrine libérale s’entête à vouloir confondre avec la démocratie, les différents mouvements de dissidence et de résistance sont férocement attaqués, révélant du même coup la brutalité d’un virage autoritaire et répressif de moins en moins subtil.

La revue

dans votre poche

Depuis 2013, la revue est disponible au format numérique. Que vous utilisiez un téléphone, une tablette, une liseuse Kindle ou un ordinateur, vous pourrez lire la revue sur le support qui vous convient.

Téléchargez gratuitement une application pour lire la revue À bâbord !

Le module EPUBReader permet de lire les fichiers ePub dans le navigateur Firefox (MAC, PC)

Le logiciel FBReader (MAC, PC, Linux, Android, Blackberry)

Le logiciel Calibre (MAC, PC, Linux)

Le logiciel Adobe Digital Editions (MAC, PC)

Le site Google Play Livres permet de téléverser la revue dans l’onglet "Mes livres". Vous pourrez ensuite lire la revue sur tous les navigateurs (Chrome, Firefox, Internet Explorer, Safari) ou sur votre téléphone intelligent via l'application Google Play Livres (MAC, PC, iPad/iPhone, Android).

Le site Google Play Livres permet de téléverser la revue dans l’onglet "Mes livres". Vous pourrez ensuite lire la revue sur tous les navigateurs (Chrome, Firefox, Internet Explorer, Safari) ou sur votre téléphone intelligent via l'application:
Google Play Livres pour Android
Google Play Livre pour iPhone/iPad

Kindle pour liseuse Kindle

iBooks pour iPhone/iPad

Le logiciel FBReader pour Blackberry