Dossier : Cultiver la résistance

Présentation du dossier

Cultiver la résistance agricole

Le numéro 88 et son dossier Cultiver la résistance agricole seront lancés le 26 juin, 16h, en partenariat avec la revue Relations ! En raison de la pluie, ça se passera en ligne. Tous les détails ici !

Au printemps 2020, la question de la production alimentaire était sur toutes les lèvres, alors que la pandémie fragilisait la capacité des grands réseaux d’approvisionnement à fournir les épiceries du Québec en produits frais, en plus de compromettre l’entrée au pays de travailleur·euse·s migrant·e·s temporaires, essentiel·le·s à la culture et à la récolte. Ce dossier s’inscrit dans le souci, de plus en plus exprimé, de mieux comprendre et reconnaître les enjeux environnementaux, sociaux, économiques et politiques qui structurent le milieu agricole, en plus de faire une place aux agriculteurs et agricultrices, de faire entendre leur voix et de faire connaître leurs expériences, leurs préoccupations et leurs espoirs.

Les ramifications de l’industrie agroalimentaire s’étendent dans toutes les directions et il est difficile de leur échapper pour retrouver un équilibre dans notre relation au territoire. En ce sens, certaines des contributions à ce dossier montrent comment notre rapport au vivant a été marqué par sa marchandisation, perturbant notre relation à la terre et la capacité de cette dernière à nous nourrir. En plus de diminuer la qualité des aliments et d’appauvrir les conditions de vie des personnes les produisant, cette logique de marchandisation repose sur une hiérarchisation anthropocentriste du monde, selon laquelle l’être humain serait le gestionnaire du vivant, s’autorisant à organiser et exploiter la vie pour son unique bénéfice. Cette place octroyée dans les imaginaires à l’être humain comme centre d’un monde qui lui appartient vient à son tour légitimer le saccage des écosystèmes et l’épuisement de la biodiversité dans le cadre de la production des denrées alimentaires.

Ce dossier est divisé en trois axes. Le premier se veut une mise en contexte des principaux enjeux liés à l’hégémonie de l’industrie agroalimentaire, tandis que le deuxième s’attarde principalement aux conditions de vie et de travail des personnes impliquées directement dans la production agricole. Bien qu’il soit difficile d’échapper à cette logique marchande dans la production alimentaire, plusieurs solutions de rechange émergent pour tendre vers une agriculture de proximité respectueuse des personnes et de l’environnement – ce sur quoi s’attarde notre troisième axe. Espérons que ces poches de résistance, portées par des militant·e·s engagé·e·s à cultiver la terre et à reconstruire nos relations avec elle jour après jour, sauront s’enraciner et ébranler les assises de ce système alimentaire toxique porté par le lourd appui des grandes entreprises de l’agrobusiness.

Dossier coordonné par Valérie Beauchamp, Miriam Hatabi et Amélie Nguyen, illustré par Rémi Leroux

Avec des contributions de Valérie Beauchamp, Elsa Beaulieu Bastien, Noémie Beauvais, Christian Bégin, Donald Dubé, Marie-Joëlle Brassard,Véronique Bouchard, Sylvie Courchesne, Nicole Davies, Christine Gingras, Patrick Mundler, Amélie Nguyen, Alain Olivier, Caroline Poirier Thibault Rehn, Louis Robert, Colombe Saint-Pierre, Manuel Salamanca Cardona et Cheolki Yoon 
 

Vous avez aimé cet article?
À bâbord! vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.
Partager sur        

Articlessur le même thème