Dossier : Changements climatiques

Dossier : Changements climatiques - L’urgence d’agir

Sceptiques et négationnistes

Qui donc doute du réchauffement climatique ? Quels arguments invoquent ces gens ? Quelles actions mènent-ils ? Pour aider à y voir plus clair, je suggère qu’il est sage de distinguer entre, d’une part, des sceptiques et, d’autre part, des négationnistes du réchauffement climatique anthropique (dorénavant RCA).

Parmi les sceptiques, on trouvera d’abord ces scientifiques qui ne sont pas (entièrement ou partiellement) convaincus de la thèse admise par l’immense majorité des scientifiques et qui disent pourquoi.

Il y a ensuite, et c’est tout à fait différent, ces personnes du grand public, peu ou pas du tout scientifiquement formées, mais qui, pour diverses raisons typiquement entendues dans les médias, doutent que le réchauffement climatique soit réel ou fasse consensus parmi les scientifiques.

Les négationnistes, eux, nient le RCA, parfois en invoquant des arguments : mais ceux-ci, à l’examen, se révèlent peu convaincants, voire frauduleux. Ils et elles ont souvent peu de véritables connaissances du domaine. Leur négationnisme cherche délibérément à entretenir le doute. Il est souvent motivé par des raisons idéologiques et, en certains cas au moins, il est financièrement intéressé.

Pour les besoins de la cause, je propose ici les portraits, sous forme de types idéaux, des sept figures les plus courantes du climatoscepticisme et du climatonégationnisme. (On gardera en mémoire qu’une personne peut fort bien combiner les traits de plus d’une de ces figures.)

Jean, le scientifique climatosceptique

Jean est parfois un scientifique œuvrant dans un domaine qui procure une expertise sur le RCA, mais qui remet en question ou les conclusions, ou les méthodes, ou les données et leur interprétation admises par les autres expert·e·s.

Un portrait de la situation a récemment été dressé dans un article paru dans Environmental Research Letters, qui a examiné tout près de 12 000 articles sur le RCA parus sur 20 ans (1991-2011) dans des revues scientifiques avec comité de lecture. De ce nombre, on a retenu ceux qui tiennent le RCA pour une donnée scientifique établie : c’est le cas de 97,1 % d’entre eux. Seulement 0,7 % de ces scientifiques rejettent cette idée ; les autres sont indécis.

Jean peut aussi être, et c’est le cas la majorité du temps, un scientifique qui œuvre dans un domaine qui ne procure pas une expertise sur le RCA. Reynald Duberger, sismologue, en est un exemple au Québec. Il arrive que les idées de ces personnes relèvent du débat scientifique légitime ; cependant, certaines sont des salariées, payées par des entreprises pour entretenir le doute sur le RCA, voire le nier.

Ce qui nous amène au deuxième des sept cas de figure que je veux distinguer.

Daphnée, la salariée

Daphnée est, littéralement, payée pour entretenir le doute sur le RCA, voire pour en nier l’existence. Elle œuvre pour l’un ou l’autre de ces nombreux « groupes de réflexion », lobbies, think tanks et ainsi de suite mis sur pied typi­quement par les industries pétrolières, minières, gazières et d’autres groupes apparentés – les milliardaires frères Koch sont très actifs sur ce plan. Ces groupes sont généreusement financés par ces industries.

Les salarié·e·s du climatoscepticisme emploient et actualisent notamment les techniques de désinformation éprouvées lors des campagnes des tabagistes pour nier que le tabac soit cancérigène.

Parmi les principaux et les plus actifs des groupes ainsi créés, notons les suivants : American Enterprise Institute, Americans for Prosperity, Beacon Hill Institute at Suffolk University, Cato Institute, Competitive Enterprise Institute, Heartland Institute, Heritage Foundation, Institute for Energy Research, Manhattan Institute for Policy Research. Au Canada, les frères Koch financent l’Institut Fraser, instrument de propagande climatosceptique, lequel finance à son tour le Réseau Liberté Québec.

Martin, le libertarien

Martin emploie certes parfois des arguments puisés ici et là pour mettre en doute ou nier le réchauffement climatique anthropique. Mais son point de départ est la croyance au marché autorégulé. Pour lui, admettre le RCA serait admettre une formidable défaillance du marché : les externalités négatives. Il nie donc que le RCA existe, ou qu’il soit d’origine humaine, ou qu’il soit dramatique, et il ajoute que s’il existe bel et bien et est dramatique, le marché trouvera la solution.

Un parfait exemple de cette attitude, au Québec, est Nathalie Elgrably-Lévy, liée à l’Institut économique de Montréal et chroniqueuse au Journal de Montréal et au Journal de Québec.

Matthieu, le fondamentaliste religieux

Mathieu lui aussi invoque parfois des arguments, mais on se rend vite compte que sa position, sceptique ou négationniste, est d’abord et avant tout idéologique. Plus précisément, Mathieu et ses semblables adoptent l’une ou l’autre des trois postures religieuses suivantes.

La première : Dieu étant infiniment bon, un réchauffement climatique aux conséquences dramatiques pour sa créature est une chose impossible.

La deuxième : le réchauffement climatique est bien réel, mais c’est la punition que Dieu nous inflige pour nos péchés. Parmi les péchés les plus souvent invoqués par les fondamentalistes états-uniens qui défendent cette position, on trouvera de façon récurrente l’avortement et le mariage homosexuel.

La troisième : le réchauffement climatique et d’autres phénomènes naturels extrêmes comme les ouragans, les tornades ou les éruptions volcaniques sont d’excellentes choses puisqu’elles annoncent, conformément aux Écritures, l’imminence de la fin des temps et de ce moment tant espéré où le Seigneur reviendra pour enlever les élus et les Saints – parmi lesquels Mathieu se compte sans doute…

P­hyllis, la climatosceptique conspirationniste

Phyllis pense que le RCA est une sombre conspiration ourdie par les scientifiques en mal de subventions et, ou par des écologistes et, ou par des gauchistes et, ou par l’ONU (j’en oublie sans doute…) désirant détruire le libre marché, voire la civilisation occidentale elle-même.

Des groupes et sites internet comme An Englishman’s Castle ou The Nongovernmental International Panel on Climate Change (ce dernier financé par le Heartland Institute) propagent ces idées.

Keanu, l’électron libre

Keanu semble n’appartenir entièrement à aucune des catégories précédentes, mais puise à la plupart d’entre elles pour diffuser, dans le public, l’idée que le RCA n’existe pas.

Au Québec, Jacques Brassard est un parfait exemple de Keanu. Ne disposant d’absolument aucune compétence scientifique, il répète ce qu’il a lu sur des blogues ou des publications négationnistes ou sceptiques et se prononce avec assurance sur un sujet qu’il ne comprend manifestement pas. Son propos est ponctué d’insultes à ses adversaires, parmi lesquels on trouve bien entendu les plus de 97 % d’expert·e·s déjà évoqué·e·s, qu’il regarde de haut.

Échantillon de la prose du monsieur : « Depuis l’échec de Copenhague, les Grands Messes vertes planétaires consacrées au bavardage réchauffiste et vouées au sauvetage d’une Terre soi-disant « aux portes du néant », sont devenues des séances de défoulement pour les écolos radicaux du monde entier et des occasions, pour les politiciens occidentaux, de « faire le jars » en faveur du développement durable. Ce fut le cas du dernier Sommet de Rio, 20 ans après le premier en 1992. Déconfiture totale ! Ça s’est terminé par une déclaration ennuyeuse pleine de vœux pieux et d’objectifs fumeux et sans portée réelle. Ouf ! Savez-vous quoi ? Je me bidonne de satisfaction ! Comme c’est réjouissant de voir le clergé vert trépigner et hurler de rage devant les gesticulations grandiloquentes et les postures «  poudre aux yeux  » des chefs d’État de la Planète et des mandarins de l’ONU. Oui, vraiment, je me tiens les côtes ! »
Nous, on ne rit pas du tout…

Éric, le citoyen climatosceptique

Éric est une cible particulièrement visée par la plupart des gens décrits jusqu’ici. C’est chez lui qu’il faut instiller le doute sur la réalité du RCA. Éric finit parfois par se dire, après les avoir lus, qu’il ne faut finalement pas prendre ces mesures importantes qu’il faudrait prendre si on était certain que le RCA est avéré. Cela fonctionne parfois très fort : aux États-Unis, selon un sondage Gallup de 2012, seulement 52 % des gens pensent que le réchauffement climatique est réel (ils étaient 63 % à le penser quelques années plus tôt) et de ce nombre seulement 53 % pensent qu’il est anthropique.

Terminons toutefois sur une très bonne nouvelle. Un sondage CROP-L’Actualité révélait en effet en 2010 qu’au Québec 84 % des gens pensent, comme la quasi-totalité des scientifiques, que le climat se réchauffe bel et bien, et cela en raison de l’activité humaine : seulement 15 % des Québécois·es ne le pensent pas.

Le Québec serait donc, en Amérique du Nord, l’endroit où on trouve le moins de sceptiques ou de négateurs du RCA. Ce qui ne doit bien entendu pas nous faire relâcher notre vigilance.

Une lecture : Naomi Oreskes et Erik M. Conway, Merchants of Doubt, Bloomsbury, London, 2010.

Vous avez aimé cet article?
À bâbord! vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.
Partager sur        

Articlessur le même thème