Dossier : Changements climatiques

Présentation du dossier du no 56

Changements climatiques - L’urgence d’agir

L’hiver 2014 nous a semblé interminable, l’été pas si chaud que ça, l’automne s’annonce frisquet et on nous promet un hiver rigoureux. Pourquoi en ce cas un dossier sur le réchauffement climatique ?

Il faut savoir que si les concepts de climat et de météo sont souvent confondus, ils diffèrent crucialement. Les conditions météo que nous observons localement ne sont qu’une des nombreuses variables incluses dans l’étude du climat global et se fier à elles pour juger du climat serait une profonde erreur. Une hirondelle ne fait pas le printemps, mais un printemps froid ne fait pas que le réchauffement du climat aurait cessé.

Car la Terre se réchauffe, c’est désormais un fait indéniable, et ce réchauffement est substantiellement dû à l’activité humaine : la Terre connaît ce qu’on appelle pour ces raisons un Réchauffement Climatique Anthropique. Cela, il faut le comprendre ; il faut le communiquer ; il faut agir et contraindre les décideurs à l’action ; et il faut aussi, déjà, nous adapter à cette nouvelle réalité. Le dossier que nous vous proposons veut contribuer à cet important débat.

Tout d’abord, dans une perspective historique, Dominique Bernier nous propose un survol des évènements marquants de notre connaissance des changements climatiques et des actions et des politiques mises en oeuvre sur cette question.

Par la suite, Isabelle Duchesne vous présente, sous une forme qu’on espère accessible à chacun, ces données de base que tout.e citoyen.ne devrait minimalement connaître pour comprendre ce qui se dit sur la science des changements climatiques, à tout le moins dans les grands médias.

Vous le savez : on y entend (trop) souvent des gens qui, soit nient l’existence du changement climatique anthropique, soit se déclarent sceptiques sur sa réalité. Normand Baillargeon dresse de son côté le portrait de sept figures exemplaires de ces climato-sceptiques et climato-négationnistes et il examine les arguments qu’ils avancent.

Jean-Patrick Toussaint rappelle ensuite les positions du Canada et du Québec sur l’échiquier climatique : le Canada — on le sait mais il est des vérités qu’il faut dire et redire — est littéralement considéré comme un pays voyou dans la lutte aux changements climatiques. Sa participation à l’exploitation des sables bitumineux représente en outre une grave menace pour le Québec, et la mobilisation sur cette question est essentielle, comme le rappelle Patrick Bonin de Greenpeace Canada.

Les changements climatiques ont et continueront d’avoir des effets différenciés sur les populations du globe et Diego Creimer, de Greenpeace, évoque à ce propos la réalité des autochtones de l’Arctique.

Michel Duguay, de l’Université Laval, dresse quant à lui les portraits énergétiques comparés du nucléaire et des énergies renouvelables, tandis que Marylène Ricard, collaboratrice à la Chaire de recherche du Canada en biodiversité nordique, expose quelques exemples de réfugiés du climat qui se présentent aux portes du Québec.

Dans son plus récent opus, Naomi Klein soutient que les changements climatiques « changent tout », parce qu’ils nous contraignent à repenser globalement notre monde et nos institutions. Susan George, dans Leur crise, nos solutions, va dans le même sens : « Voici, écrit-elle, ce que le réchauffement de la planète va transformer : la sécurité personnelle et la santé, l’accès à l’alimentation, à l’eau et à la médecine, l’équilibre géopolitique et stratégique, la cohésion sociale et la paix elle-même. Dans ses conditions, pourrions-nous s’il vous plaît, cesser de parler des "générations futures ? Avec l’accélération du changement du climat, nous parlons de notre propre génération, ici et maintenant. Nous devrions d’ailleurs cesser de parler. Il faut hurler. Jusqu’à présent, les dirigeants ne nous ont pas entendus.

Le 23 septembre dernier, au moment de rendre ce texte, se tenait justement à New York un sommet de l’ONU visant à donner un nouvel élan aux négociations internationales sur le réchauffement climatique auquel 120 chefs d’État étaient conviés. Doit-on rappeler que Stephen Harper ne s’est pas déplacé et à plutôt délégué son ministre de l’environnement ?
Voici en tout cas ce qui y est préconisé pour limiter l’effet des changements climatiques, selon le dernier rapport synthèse publié en septembre 2014 via l’ONU par la Global Commission on the Economy and Climate.

1 - Prendre des engagements contraignants immédiats – et non des engagements volontaires – pour maintenir l’augmentation de la température globale en deçà de 1,5ºC d’ici la fin du siècle, en réduisant les émissions de gaz à effet de serre en deçà de 38 gigatonnes d’ici 2020.

2 - Laisser reposer la Terre en prenant des engagements contraignants pour maintenir plus de 80 % des réserves connues d’énergies fossiles dans le sol et sous le plancher des océans.

3 - Abandonner les logiques extractivistes en imposant des interdictions sur toute nouvelle exploration et exploitation de pétrole, de sables bitumineux, d’hydrocarbures de schiste, de charbon, d’uranium et de gaz naturel, y compris sur la construction de nouvelles infrastructures comme le pipeline Keystone XL.

4 - Accélérer le développement et la transition vers des énergies alternatives renouvelables comme l’éolien, le solaire, la géothermie et l’énergie marémotrice basées sur une propriété et un contrôle collectifs et citoyens.

5 - Promouvoir la production et la consommation de produits locaux et durables pour répondre aux besoins fondamentaux des populations et éviter le transport de marchandises qui peuvent être produits localement.

6 - Transformer les agricultures industrialisées et orientées à l’exportation vers des productions agricoles répondant aux besoins alimentaires locaux basés sur la souveraineté alimentaire.

7 - Adopter et appliquer des stratégies de zéro déchet pour le recyclage et l’élimination des déchets ainsi que pour la rénovation des bâtiments dans le but de réduire les consommations d’énergie liées au chauffage.

8 - Améliorer et développer les transports en commun pour le déplacement des personnes et des marchandises dans les centres urbains et entre les villes des régions urbanisées par des lignes ferroviaires efficaces.

9 - Développer de nouveaux secteurs de l’économie visant à créer de nouveaux emplois qui rétablissent l’équilibre du système Terre, tels que des « emplois favorables au climat » (climate jobs) pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et restaurer la planète.

10 - Démanteler l’industrie de l’armement et l’infrastructure militaire dans le but de réduire les émissions de gaz à effet de serre générées par la guerre, et de récupérer les budgets militaires pour promouvoir une paix véritable.

Vous avez aimé cet article?
À bâbord! vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.
Partager sur        

Articlessur le même thème