S’indigner, oui, mais agir

No 57 - déc. 2014 / janv. 2015

Serge Mongeau

S’indigner, oui, mais agir

S’indigner, oui, mais agir, Serge Mongeau, Montréal, Écosociété, 2014, 92 p.

Simple sans être simpliste, Serge Mongeau, père de la simplicité volontaire au Québec, fait un bref mais complet bilan des secteurs où nous nous devons d’agir maintenant pour le bien de la planète et des humains qui l’habitent. Comme d’autres l’ont écrit avant lui d’un continent à l’autre, le constat est limpide. L’urgence d’agir n’est plus à démontrer, alors pourquoi hésitons-nous ? Comment expliquons-nous l’immobilisme ambiant ? Pensons seulement aux changements climatiques, à la perte de la biodiversité, à l’acidification des océans, etc.

Individuellement, Mongeau nous appelle à reprendre le contrôle de notre alimentation, à nous libérer de l’automobile, à limiter nos déplacements en avion, à ranger le téléviseur, à passer à un mode de vie sans crédit et à nous affranchir du salariat à tout prix. Simple ? En théorie, bien sûr ! Mongeau donne quelques pistes de réflexion pour y parvenir. L’essentiel du message est l’implication politique et communautaire, et ainsi retrouver le sens du collectif.

Vous avez aimé cet article?
À bâbord! vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.
Partager sur        

Articlessur le même thème