Duplessis, son milieu, son époque

No 39 - avril / mai 2011

Xavier Gélinas et Lucia Ferretti (dir.)

Duplessis, son milieu, son époque

Xavier Gélinas et Lucia Ferretti (dir.), Duplessis, son milieu, son époque, Québec, Septentrion, 2010, 513 p.

Dans sa préface, Denis Vaugeois, président de Septentrion, lave plus blanc que le blanc, en faisant de Duplessis le génial précurseur de René Lévesque. Cette préface pourrait nous inciter à attribuer cet ouvrage à la nouvelle droite conservatrice et nationaliste qui croit trouver les solutions aux problèmes du présent en renouant avec le clérico-nationalisme qui a dominé le Québec, de l’échec de la rébellion des Patriotes à la mort de Duplessis. Et, effectivement, on y retrouve des auteurs de la «  nouvelle sensibilité conservatrice  », dont Charles-Philippe Cour­tois, Stéphane Savard, Éric Bédard (je dois reconnaître la subtilité de son analyse de la série télévisée par Radio-Canada, en 1978, sur Duplessis) et Mathieu Bock-Côté, courant auquel se rattachent sans doute Xavier Gélinas et, peut-être, Lucia Ferretti. De plus, ce livre ne fait qu’effleurer deux des domaines les plus critiquables de cette période  : l’opposition duplessiste à l’État social ou providentiel ; la connivence du gouvernement duplessiste avec la hiérarchie catholique.

Mais cet ouvrage, qui regroupe les contributions à un colloque organisé, à l’automne 2009, principalement par Lucia Ferretti, se veut multidisciplinaire et ouvert à «  diverses sensibilités  ». On y retrouve d’ailleurs les textes d’un certain nombre d’auteurs (Yvan Carel, Frédéric Boily, Yves Lever, Suzanne Clavette…) qui critiquent la «  Grande noirceur  » transformée en «  Lumière  » par ceux qui présentent mollement leur conservatisme comme une sensibilité et non comme une idéologie.

Ce livre pourrait donc rejoindre les lecteurs qui s’intéressent à la période duplessiste, mais également tous ceux qui voudraient mieux connaître un courant intellectuel néoconservateur de plus en plus influent.

Thèmes de recherche Politique québécoise, Livres, Histoire
Vous avez aimé cet article?
À bâbord! vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.
Partager sur        

Articlessur le même thème