Dossier : Racisme au Québec. (...)

Présentation du dossier du no 67

Racisme au Québec. Au-delà du déni

Pourquoi est-ce difficile de parler de racisme au Québec ? Pourquoi cette crispation et cette levée de boucliers lorsque les mots « islamophobie », « blackface » ou « racisme structurel » sont prononcés ? D’où vient cette réticence à interroger sa part de responsabilité face à la colère et la dignité bafouée de l’autre ? Il y a des mots, semble-t-il, qu’il n’est pas de bon ton d’employer en public au Québec. On l’a vu dernièrement avec l’expression « culture du viol » ; manifestement, le mot « racisme » fait aussi partie du lot.

Est-ce le statut historique de conquis des Québécois et Québécoises francophones d’ascendance européenne qui fait oublier leur propre héritage colonial ? Qui empêche certaines personnes de voir que la majorité qu’elles forment a suffisamment de pouvoir pour assujettir des communautés minoritaires ou les Premières Nations ? L’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis nous rappelle pourtant que l’expansion du racisme est une tendance lourde à l’échelle occidentale. En cela, le dossier se concentre sur le Québec afin d’appuyer les mouvements sociaux locaux, mais révèle également des problèmes beaucoup plus vastes et profonds.

Les articles qui suivent abordent principalement les réalités des communautés autochtones, noires et musulmanes du Québec. Certains sont plus théoriques, d’autres, plus personnels, mais tous clament haut et fort cette idée toute simple : « Oui, ça existe !  » Pour plusieurs des auteur·e·s sollicités, même à gauche, on se ferme les yeux depuis trop longtemps sur la prégnance du racisme au Québec, au sein de nos propres espaces. C’est pourquoi le dernier tiers des textes est consacré spécifiquement à cet aspect : comment créer, développer et renforcer nos liens avec les batailles antiracistes qui sont menées à l’heure actuelle ? Avec ce dossier, À bâbord ! a souhaité, au meilleur de ses capacités, se placer en allié de celles et ceux qui luttent sur ce front, et ajouter sa voix à cet effort d’interpellation du Québec en général et des milieux de gauche en particulier.

Dossier coordonné par Valérie Beauchamp, Philippe de Grosbois et Amélie Nguyen.

Avec des contributions de Mostafa Henaway, Sipi Flamand, Valérie Beauchamp, Leila Bdeir, Mouloud Idir, Natacha Lafontaine, Amélie Nguyen, Gabriella Kinté, Michèle Asselin et Philippe de Grosbois. Le dossier est illustré par la bédéiste D.Mathieu Cassendo et l’artiste Fanny Aïshaa.

Vous avez aimé cet article?
À bâbord! vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.
Partager sur        

Articlessur le même thème