No 67 - déc. 2016 / janv. 2017

Nilüfer Göle

Musulmans au quotidien

Nilüfer Göle, Musulmans au quotidien, Paris, Éditions La Découverte, 296 p.

Cet été, la France a été secouée par la chasse au burkini, une tenue de bain qui couvre le corps et la tête des musulmanes qui la portent. Différentes villes ont émis des arrêtés afin de proscrire le port du vêtement sur leurs plages. La justice française s’est finalement emparée du débat et a mis fin à l’interdiction du burkini. Cet événement est emblématique de la rencontre mouvementée entre deux cultures au sein du Vieux Continent.

Dans l’ouvrage Musulmans au quotidien, Nilüfer Göle fournit des outils pour mieux comprendre les défis que posent les grandes vagues d’immigration des dernières décennies. La sociologue, directrice d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, synthétise de manière extrêmement accessible les résultats d’une vaste enquête de 4 ans dans 21 villes européennes. L’originalité de Göle réside notamment dans l’intérêt qu’elle porte à la présence et au point de vue des musulmans « ordinaires », ceux-là mêmes qui tentent de concilier leur foi au quotidien avec un vécu européen. Nilüfer Göle s’attache à tracer la généalogie de certaines controverses publiques autour de l’islam, tels la prière de rue, la construction de mosquées, le foulard féminin, la charia, les styles de vie halal, etc.

Göle et son équipe sont allées à la rencontre de musulman·e·s et de non-musulman·e·s qui se sentent concernés par ces différentes polémiques afin de rendre compte de nouveaux regards sur les réalités des manifestations publiques de l’islam. Ce faisant, Göle rompt avec le ton pessimiste de la théorie du choc des civilisations – largement diffusée par les médias – et met au jour l’émergence d’une nouvelle culture publique européenne cosmopolite, initiée par les musulman·e·s ordinaires. Bref, le livre fournit un nouveau paradigme pour repenser les modalités du vivre ensemble en Europe, lequel semble être au centre des préoccupations politiques au cours des dernières années.

Vous avez aimé cet article?
À bâbord! vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.
Partager sur        

Articlessur le même thème