Dossier : Partenariats public-privé

Partenariats public-privé

Quand le public devient privé

Un dossier coordonné par Gaétan Breton, Nicole de Sève et Claude Rioux

Qu’ont en commun la sous-traitance, la fiducie d’utilité sociale, le contrat « clé en mains », les partenariats public-privé ou la privatisation proprement dite ? Ce sont différents degrés d’un même processus : la transformation des biens et des services publics en biens et services privés.

Au Québec, les écoles privées sont subventionnées à 60 % et les dépenses du secteur de la santé sont déjà privées à près de 40 %. Dans les hôpitaux, tous les services auxiliaires sont déjà privatisés sous une forme ou une autre et les patients reçoivent une nourriture infecte qui ne contribue en rien à améliorer leur état de santé. Cette vente de feu des lambeaux des services publics s’opère sous de fallacieux principes proclamant, en dépit de tous les exemples que nous avons, la supériorité de la gestion de l’entreprise privée.

Ce dossier présente une série de cas où la prise en charge des services publics par l’entreprise privée s’est avérée onéreuse, voire désastreuse, pour les citoyennes et les citoyens. Car au-delà du discours idéologique sur le bien-fondé des PPP, nous ne connaissons pas d’exemple de réussite dans ce domaine. Il porte une attention particulière aux conditions de travail résultant de ces transactions et à l’importance de restaurer la qualité des emplois des salariés du secteur public lors des négociations qui s’amorcent.

Ce dossier s’enrichit de la contribution de personnes impliquées à plusieurs niveaux dans le secteur communautaire et de syndicalistes de toutes les provenances, couvrant assez bien toutes les facettes de notre monde syndical. Enfin, il donne la parole à des chefs syndicaux sur leur vision de cette réingénierie qui s’ingénie à détruire ce que les citoyens du Québec avaient mis 30 ans à construire : un État moderne, des services publics universels et accessibles sur tout le territoire québécois et une fonction publique indépendante des pouvoirs politiques et des ingérences extérieures.

Vous avez aimé cet article?
À bâbord! vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.
Partager sur        

Articlessur le même thème