Dossier : femmes inspirées, femmes inspirantes

Pour Hélène Pedneault

Pol Pelletier

En 1999, à la demande de la maison de la culture Mont-Royal qui désirait honorer le 10e anniversaire de Polytechnique, j’ai écrit et joué un texte de théâtre qui était un long hurlement d’indignation  : Cérémonie d’adieu. En 2001, j’ai failli mourir. De 2002 à 2004, j’ai retravaillé le texte en me disant  : je dois dire ce que j’ai vu avant de mourir.

Le spectacle raconte l’histoire de l’humanité en se posant la question  : qu’avons-nous fait des femmes ? Le spectacle interroge ensuite l’histoire du Québec des 30 dernières années ; il nomme la longue marche vers la mort de notre peuple et les innombrables mises à mort de nos femmes.

J’ai été la première à faire un spectacle sur le massacre de Polytechnique. Je l’ai retravaillé et rejoué en 2004 (sous le titre Nicole, c’est moi), à Espace Go, grâce à l’aide d’Hélène Pedneault. Je dois beaucoup à Hélène Pedneault, comme tant d’autres artistes du Québec. Elle m’avait aidé à faire connaître le Théâtre expérimental des femmes aujourd’hui effacé de la mémoire collective.

Il est temps de parler d’une autre tragédie, inconnue celle-là. Voici un extrait du spectacle.

(L’actrice appelle des femmes qui l’ont précédée  : Gabrielle Roy, Anne Hébert, Simone de Beauvoir…) Hélène ?

Hélène, je te demande pardon !

Hélène Pedneault a été ma contemporaine. Une authentique écrivaine publique (journaliste, essayiste, chroniqueuse, scénariste, auteure de chansons, dramaturge) et aussi organisatrice de spectacles, agente d’artistes, metteure en scène, attachée de presse, critique culturelle, intervieweuse, grande gueule et militante infatigable. Elle est selon moi la plus grande Mère nourricière de la culture québécoise. Sans relâche, elle nous a fait voir qui nous sommes au Québec ! Et elle crie ! Elle CRIAIT !

Un de mes buts dans la vie, disait-elle, c’est de préserver à tout prix mon capital d’indignation.

Hélène Pedneault a écrit un livre sur Clémence Desrochers, personnage auparavant banalisé, qui nous a permis de comprendre que Clémence était un pilier de notre identité.

Hélène la visionnaire a aussi sorti de l’oubli une dramaturge de génie, Françoise Loranger, qui écrivait des pièces de théâtre dans les années 60. Françoise est la seule dramaturge d’ici qui a su représenter toute la collectivité québécoise, tous les âges et toutes les classes sociales, sur une scène. Ses textes étaient d’une telle puissance, d’une telle pertinence, que l’action se passait autant dans la salle que sur la scène. Les gens du public se levaient, criaient, invectivaient ! Oh mon Rêve !

Françoise Loranger est, selon moi, la plus grande dramaturge du Québec et ses pièces ne sont jamais montées.

En 1994, Hélène Pedneault a eu l’idée de faire un collage et une lecture publique des œuvres de Françoise Loranger, à la maison de la culture Mont-Royal. Françoise était âgée et malade. Six mois plus tard, elle est morte. Elle a demandé à être exposée dans la salle de spectacle de la Maison de la culture, qui était, disait-elle, le lieu de sa « résurrection ». (En fait, cette salle était à l’origine une espèce de garage qui a été ajouté à un ex-couvent. La Salle Fred Barry aussi était un garage à l’origine, le saviez-vous ? Et voilà en condensé la culture au Québec : un garage attaché à un ex-couvent de sœurs !)

Après la mort de Françoise, Hélène, la mère nourricière, a proposé à Radio-Canada de reprendre un téléroman écrit par Françoise Loranger dans les années 60, Sous le signe du Lion. Cela a été fait en 1997 avec un immense succès. C’était totalement d’actualité. Françoise avait des visions avant-gardistes. Hélène, elle-même auteure et amie de Françoise Loranger, était responsable de l’adaptation.

Pour écrire une suite à ce téléroman dont tout le monde parlait et qui a gagné un Gémeau, Radio-Canada a demandé à Hélène d’écrire de nouveaux épisodes, pendant neuf mois, de septembre 1997 à mai 1998. Pour lui annoncer finalement que le projet lui est retiré. Radio-Canada a ensuite donné le bébé à un monsieur très connu qui n’a aucune affinité avec l’univers de Françoise Loranger : Guy Fournier.

C’est Hélène qui a fait renaître Françoise.

Françoise est morte.

Hélène est exclue.

La chaîne est cassée.

Guy Fournier hérite du travail d’Hélène.

Non content de bénéficier d’un gros contrat, il se met à insulter Hélène et Françoise dans les journaux (La Presse du 23 mai et du 7 juin 1999).

La misogynie. Ça veut dire haine des femmes.

Personne ne se porte à la défense d’Hélène.

Soixante-dix personnes impliquées dans cette aventure télévisuelle à succès, tous et toutes comblées de participer à un téléroman qui enfin était « intelligent » ! Pas un mot n’a été prononcé pour exiger que la mère du projet reste à son poste !!!

J’ai honte.

Le texte qui précède a été écrit et joué initialement en 1999. Je tremblais, je frappais le sol avec de gros bâtons ! Pouvais-je imaginer plus grande indignation ? Hélène était vivante à l’époque. « Je ne veux pas que tu parles de moi. Je ne veux pas faire pitié  », disait-elle. Je l’ai vue arriver en coulisse après mon spectacle en 1999, très perturbée, fumant, fumant… Je ne comprenais pas. Hélène qui défendait toutes les malheureuses et malheureux opprimées injustement traitées… ne voulait pas qu’on la défende ? Sa pudeur, son cœur brisé. Son immense cœur.

Je n’ai jamais raconté ce qui suit.

En 1998, je ne connaissais pas l’histoire de Radio-Canada qui venait de se produire. Je n’avais pas vu Hélène depuis des années et je la rencontre par hasard. J’ai vu, bouleversée, que son énergie vitale fuyait de partout. J’ai un don : je vois ce qui est dedans et ce qui entoure le corps des gens, avant que cela soit apparent dans la matière. Ce jour où j’ai vu Hélène perdant son sang, une voix en moi a dit : Hélène va mourir dans la cinquantaine. Le plus grand rêve d’Hélène, c’était d’être écrivaine, écrivaine du peuple écrivant pour le peuple. Écrire pour la télévision, c’était sa place, sa mission, son rôle. Elle avait travaillé au nouveau téléroman pendant neuf mois. Le temps d’une grossesse. Son destin a été piétiné. Elle n’en a parlé à personne. Elle a nié, banalisé, refoulé. J’ai été horrifiée. Et puis j’ai oublié ma vision et la voix prophétique. C’est un autre monde. J’ai même travaillé avec Hélène en 2004. Elle s’est mise complètement au service de mon œuvre de l’indignation, Nicole, c’est moi, qui a été jouée à Espace Go pendant neuf jours grâce à son intervention. Et cette fois-ci, elle a accepté que je parle d’elle avec fureur et amour. J’étais scandalisée par ce qui se passait au Québec, et par les mensonges d’Espace Go qui récupérait le passé du Théâtre expérimental des femmes tout en abandonnant sa mission au service des femmes. En 2005, j’ai décidé d’aller vivre en France, persuadée que si je restais au Québec, je me ferais assassinée, symboliquement ou réellement. Quand je suis revenue trois ans plus tard, Hélène agonisait. Elle est morte le 1er décembre 2008, à 56 ans. D’un cancer des ovaires. Dix ans après que Radio-Canada lui eut arraché son bébé, qui était aussi le bébé de Françoise, avec une brutalité et une hargne meurtrières. Ses ovaires n’ont pas supporté.

J’accuse Radio-Canada d’avoir assassiné Hélène. De la même façon qu’ils ont assassiné Judith Jasmin. Les deux femmes sont mortes à 56 ans. Je m’accuse, je nous accuse, tous et toutes, d’avoir assassiné Hélène. Radio-Canada est une manifestation puissante de notre inconscient collectif. Le grand phallus dans la plaine qui devient rouleau compresseur impitoyable. En biologie totale, une méthode d’analyse de la signification des maladies, le cancer des ovaires est le résultat d’un conflit qui se définit ainsi : un projet est avorté dans l’œuf. Les ovaires d’Hélène portaient d’autres rêves. « Préserver à tout prix mon capital d’indignation, être une arme de réparation massive, faire l’indépendance du Québec. Voilà mes trois buts dans la vie. » Hélène était devenue très grosse. Elle portait littéralement dans son corps le rêve de son peuple. Un peuple de femmes qu’elle mettait en valeur avec une finesse, une générosité, une justesse exquises. Le projet d’indépendance de ce peuple était dans ses ovaires, il était tout son corps démesuré, enflé, souffrant. Il est mort avec le corps d’Hélène. Dans 20 ans, le peuple québécois n’existera plus. Réparer ma pauvre Hélène ? Il est trop tard. Le mal est trop grand. Mais il restera une chose de ce peuple sacrificiel  : l’essence du féminin. Ce sera son legs à l’humanité. Nous ne serons plus là, mais l’essence du féminin transformera l’humanité. D’ici à ma mort, je travaillerai pour que l’œuvre d’Hélène soit connue et honorée, comme elle a permis à l’œuvre de Françoise de ressusciter. Je raccommoderai la chaîne, maillon par maillon. Le 6 décembre 2011, portée par l’urgence, j’ai refondé le Théâtre des femmes sous un nouveau nom : Le Sauvage théâtre des femmes et des hommes qui sont assez sauvages pour faire une femme d’eux-mêmes. Chaque année, dans ce théâtre, le 1er décembre, date de la mort d’Hélène, il y aura une soirée consacrée à son œuvre. Le 3 décembre, date de la mort de Louky Bersianik, une soirée consacrée à l’œuvre de Louky. Et le 6 décembre, anniversaire de Polytechnique, une soirée intitulée « Quatorze femmes rapatriées ». Le seul problème, c’est que je n’ai pas trouvé le lieu qui logera ses activités. Et que je n’ai pas d’argent. Oh gens qui me lisez, aidez-moi ! Un garage, un ex-couvent de sœurs, j’accepte toutes les propositions. Tout est bon pour la résurrection.

Hélène je t’aime. Je t’aime tellement.

ARTICLE ÉCRIT PAR
Pol Pelletier

Femme de théâtre, auteure, actrice, metteure en scène, pédagogue

P.-S.

Il s’agit d’une version légèrement modifiée du texte paru d’abord dans la revue Relations en mars 2011. Voir : http://cjf.qc.ca/fr/relations/artic...)

| Liste de diffusion | Plan du site | Visites : 1151110 | Site réalisé avec SPIP | Crédits : [ ZAA.CC ] www.zaa.cc