Dossier : femmes inspirées, femmes inspirantes

Simonne Monet-Chartrand

La grande battante

Régine Laurent

Heureusement qu’il y a eu des femmes comme Simonne Monet-Chartrand. Des femmes, comme elle, qui nous ont servi d’exemples. Elle nous a démontré qu’il était possible, en s’unissant, de combattre les injustices et de vivre en harmonie avec des valeurs inclusives

Le vieil adage disant que derrière chaque grand homme se cache une femme prend tout son sens lorsque l’on pense au défunt couple qu’ont formé Michel Chartrand et Simonne Monet-Chartrand. L’engagement indéfectible envers les travailleuses et les travailleurs de monsieur Chartrand est connu et reconnu, mais l’héritage laissé par Simonne Monet-Chartrand aux mouvements syndical et féministe est tout aussi remarquable. Son parcours de femme, d’épouse, de mère et de militante est inspirant non seulement pour nous, mais également pour les générations futures.

Si son histoire me touche et m’inspire profondément, c’est sans aucun doute parce que j’ai l’impression d’appartenir à la même famille. Nos vies se déroulent à des époques bien différentes, mais force est de constater que les similarités sont fascinantes. Ses propres batailles ou celles qu’elle a menées aux côtés de son mari doivent encore aujourd’hui être poursuivies.

Simonne Monet-Chartrand a grandement contribué aux avancés du mouvement féministe. Portée par des valeurs d’égalité, de justice et de solidarité, ses luttes se situent à un moment de l’histoire où les femmes étaient confinées au foyer et leurs droits, presque inexistants.

Nous partageons les mêmes valeurs et nous aspirons aux mêmes idéaux. Ce qu’il y a de changé, ce sont les paradigmes et les acteurs, mais les enjeux, eux, restent les mêmes. Les attaques contre les féministes et les syndicalistes sont toujours présentes. Les fermetures sauvages d’usines, les tentatives indues pour sabrer les conditions de travail et le non-respect du travail des travailleuses et des travailleurs sont d’actualité. Contrer la mainmise du patronat sur nos vies est encore un combat quotidien. L’égalité entre les hommes et les femmes n’est pas chose faite.

À son époque, la religion dictait les conduites. Aujourd’hui, c’est le monde de la finance qui joue ce rôle. À son époque, les syndicats devaient continuellement prouver leur légitimité en démontrant qu’ils avaient l’appui de la majorité de leurs membres. Aujourd’hui, plusieurs voudraient voir l’adoption d’une loi limitant le champ d’action des organisations syndicales à la négociation et les empêcher d’intervenir sur le plan politique. À son époque, le droit de vote des femmes et leur implication dans la société relevaient du rêve. Aujourd’hui, les lieux décisionnels sont toujours majoritairement occupés par des hommes et le droit à une autonomie économique d’un trop grand nombre de femmes n’est pas respecté. À son époque, les semaines de travail interminables et les conditions de travail inhumaines étaient répandues. Aujourd’hui, des milliers de professionnelles en soins entrent quotidiennement au travail et ne savent pas à quelle heure elles pourront rentrer chez elles.

Heureusement qu’il y a eu des femmes comme Simonne Monet-Chartrand. Des femmes, comme elle, qui nous ont servi d’exemples. Elle nous a démontré qu’il était possible, en s’unissant, de combattre les injustices et de vivre en harmonie avec des valeurs inclusives. Elle nous a appris que rien n’est gagné, que rien n’est acquis.

Aujourd’hui, avec l’aide de femmes et d’hommes qui partagent les mêmes valeurs et aspirations, je suis déterminée à poursuivre le travail de Simonne Monet-Chartrand. Ensemble, nous réussirons à atteindre notre but commun, soit de vivre dans une société juste, solidaire et égalitaire.

ARTICLE ÉCRIT PAR
Régine Laurent

Présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ)

| Liste de diffusion | Plan du site | Visites : 1151196 | Site réalisé avec SPIP | Crédits : [ ZAA.CC ] www.zaa.cc