Dossier : femmes inspirées, (...)

Dossier : femmes inspirées, femmes inspirantes

Françoise David

Il faut du courage pour faire cela de nos jours. A fortiori lorsqu’on est une femme. Et pour tout dire, je crois qu’il faut une sacrée dose d’amour pour son pays et ses gens.

J’ aimerais vous parler de ma voisine. Je pourrais bien vous décrire ses allées et venues du troisième étage au composteur du jardin, lorsqu’elle s’arrête sur chaque palier pour échanger quelques mots et prendre des nouvelles. Ou alors faire l’inventaire de toutes ces soirées où je la vois partir sur son vélo après le souper, pour une énième réunion… Je pourrais vous parler de ce sourire toujours franc, malgré la petite fatigue que je devine dans le coin de ses yeux. On serait épuisé à moins, croyez-moi. Ma voisine est une battante.

Je voudrais surtout vous dire pourquoi cette femme m’inspire. Pourquoi j’ai le sentiment que nous devrions tous la suivre là où elle veut nous amener. Ma voisine est de ceux et celles qui voient le chemin clairement, même dans la tempête.

La première fois que j’ai entendu son nom, c’était à la radio de Radio-Canada, en 1995. J’étais loin de me douter que j’aurais un jour le privilège de la côtoyer, d’échanger avec elle sur le palier de ma maison. Je me souviens, elle avait alors du pain et des roses plein les bras. J’avais été frappée par la limpidité de sa pensée, par cette lucidité tellement essentielle à notre époque pour démêler le vrai du faux. Cette femme avait un don pour expliquer des enjeux complexes avec une parole simple et vraie. Je trouvais ses propositions pragmatiques et audacieuses. Elle nous invitait à construire un Québec où «  tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits [1] ». Et c’est ce qu’elle n’a cessé de faire depuis que je la connais, avec une intelligence et une intégrité remarquables.

Elle avance aujourd’hui sur le chemin le plus tortueux que l’on puisse choisir  : celui de la politique active. Elle a cofondé Québec solidaire, un parti progressiste, féministe, écologiste et souverainiste. Un parti comme il n’y a en avait pas dans le paysage québécois. Il faut du courage pour faire cela de nos jours. A fortiori lorsqu’on est une femme. Et pour tout dire, je crois qu’il faut une sacrée dose d’amour pour son pays et ses gens. Parce que les irritants et les risques sont nombreux. Ce respect, cette estime pour les citoyens du Québec et leur avenir, il est inscrit entre chaque ligne de son carnet De colère et d’espoir publié en 2011 chez Écosociété.

Le Québec, comme la planète, fait face à des défis sans précédent. Nous avons besoin de gens intègres, de gens ouverts sur le monde et sur le quotidien des gens du nombre pour nous gouverner en ce début de troisième millénaire. Pour nous entendre, nous guider. Des gens pour exprimer ce que nous sommes et ce que nous voulons être. Des gens au-dessus des corporatismes en tous genres, libres des intérêts personnels ou pécuniaires qui gangrènent la démocratie. Françoise est de ce nombre.

Il me semble parfois que l’humanité a perdu le nord. Que nos dirigeants cherchent le pôle au fond des mines, dans les agences de cotations. Je trouve difficile de ne pas craindre le pire en écoutant le discours des partis au pouvoir à Québec et à Ottawa en ce moment. J’ai bien peur que derrière les portes closes de nos parlements, ils nous bradent l’âme et le corps, encore et encore… Pas même aux plus offrants !

Le temps est venu de mettre l’économie au service des gens dans le respect de l’environnement. Il a mainte fois été démontré que nous avons les moyens de le faire, grâce à une panoplie d’outils démocratiques, capables de nous faire changer de cap pendant qu’il en est encore temps. Élu dans Mercier, Amir Khadir a fait la preuve que Québec solidaire pouvait faire une grande différence. À Françoise, il ne manquait pas beaucoup de voix. Imaginez si on les avait les deux à l’Assemblée nationale !

Le poète Václav Havel, devenu président de la République tchèque disait ceci  : «  La vraie politique, la seule digne de ce nom, et d’ailleurs la seule que l’on devrait consentir à pratiquer, est la politique au service du prochain. Au service de la communauté. Au service des générations futures. Son fondement est éthique puisqu’elle est la réalisation de la responsabilité de tous envers tous.  » Voilà qui décrit bien la politique que pratique Françoise.

Avant de commencer la rédaction de ce petit texte, j’ai demandé à mon fils de 9 ans, tout absorbé qu’il était dans la construction d’un vaisseau spatial : « Qu’est-ce que tu trouves qu’il est important de dire à propos de Françoise ? » Il a répondu  : « Il faut voter pour elle et ça ira bien mieux !  » Comme quoi la vérité sort souvent de la bouche des enfants.


[1Article premier de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

Thèmes de recherche Féminisme, Mémoire des luttes
Vous avez aimé cet article?
À bâbord! vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.
Partager sur        

Articlessur le même thème