Dossier : Cégeps – 50 ans d’existence

Dossier : Cégeps. 50 ans d’existence

Sexe, handicap et éducation. Les mots qui changent tout

Lorsque j’étais étudiant au cégep, les élèves devaient s’ajuster aux particularités de l’enseignement, alors que le contraire était rarement vrai. Quelques professeurs avaient des idylles, parfois connues, avec des étudiantes, et celles-ci devaient se méfier d’enseignants qui contrôlaient mal certaines pulsions.

Les enseignant·e·s qui occupent un emploi au collégial depuis plusieurs années se font régulièrement demander ce qui a changé dans le milieu. Avec comme propos souvent sous-entendu que les étudiant·e·s seraient toujours un peu moins bons et un peu plus compliqués que lors des années précédentes.

Certes, leur « qualité » se maintient, il y en aura toujours des forts et des faibles, dans un équilibre inévitable qui ne peut que se reconduire. Les changements se trouvent ailleurs, dans une éducation qui se veut plus axée sur le marché du travail, suivant un pragmatisme dangereux vaillamment combattu dans le milieu. Les nouvelles technologies se sont bien sûr imposées – TIC [1] en classe, ordinateurs omniprésents, téléphones intelligents –, technologies qui développent un lien différent avec le savoir. D’autres parlent d’enfants rois, de familles de plus en plus dysfonctionnelles.

Mais en tant qu’enseignant au collégial, la réalité qui semble avoir le plus transformé mon milieu, en toute subjectivité, ce sont les mots que l’on accole à certaines réalités qui restaient inévitablement floues, voire presque inexistantes parce qu’on ne les nommait pas.

C’est dans l’identification beaucoup plus claire de deux phénomènes – les élèves en situation de handicap et les liens d’ordre sexuel entre professeurs et élèves –, que se trouve à mon avis l’un des changements les plus importants dans les cégeps. Dans les deux cas, l’attention est portée sur des difficultés vécues par les élèves et sur leur vulnérabilité : celles-ci ne doivent plus être traitées à la légère.

Les implications syndicales sont alors importantes. Dans le premier cas, les conséquences considérables sur la tâche des enseignant·e·s nécessitent de nouveaux réaménagements. Le second entraîne des questionnements complexes sur l’éthique, la limite à établir entre la vie intime et la vie professionnelle, l’exigence de défendre un membre au comportement possiblement blâmable.

L’ère du diagnostic

Les enseignant·e·s au collégial se sont désormais familiarisés avec des mots tels dyslexie, dysorthographie, trouble déficitaire de l’attention, syndrome d’Asperger… Au début de chaque semestre, ils reçoivent une liste « d’étudiants et étudiantes en situation de handicap » (EESH) à qui l’on a diagnostiqué un trouble d’apprentissage, avec le traitement particulier qu’on doit leur accorder lors des évaluations. Selon SOCRATE, un système de gestion de données mis en place par le ministère de l’Éducation, le nombre d’EESH a connu une hausse de 385% de 2007 à 2012. On peut difficilement imaginer que ces difficultés aient à ce point augmenté ; ce qui a changé, c’est leur reconnaissance et la capacité de les intégrer.

Cette problématique est davantage connue par la façon dont elle touche les enseignant·e·s du primaire et du secondaire. Puisque l’école est obligatoire jusqu’à 16 ans, il est nécessaire d’accompagner tous les élèves dans leur cheminement, même celles et ceux qui font face à de grandes difficultés. Ce qui n’est plus le cas au collégial. Confrontés à un handicap qui rend beaucoup plus difficile ce que les autres font sans difficulté, ces élèves abandonnaient tout simplement leurs cours. Seuls certains jeunes particulièrement motivés, ou très bien entourés, parvenaient à vaincre les nombreux obstacles devant eux.

La connaissance des troubles d’apprentissage s’est beaucoup développée ces dernières années, de même que les solutions pour combattre les handicaps. Si bien que de nombreux élèves qui auraient été auparavant largués peuvent désormais très bien réussir au collégial et à l’université. Il s’agit donc d’une importante avancée pour rendre les études supérieures plus accessibles.

L’accueil de ces EESH reste cependant un défi que celles et ceux qui travaillent dans les cégeps doivent relever tous les jours. Il faut des budgets supplémentaires afin d’offrir l’encadrement nécessaire, notamment du personnel qualifié comme des orthopédagogues. Il est important de déterminer clairement quel doit être l’accommodement nécessaire pour les différents troubles d’apprentissage.

Plusieurs de ces accommodements touchent la tâche des enseignant·e·s et entraînent un important questionnement : faut-il limiter le nombre de EESH par classe ? Jusqu’où doit aller l’accommodement ? Faut-il, par exemple, aller jusqu’à transmettre les notes de cours à un élève incapable de les prendre correctement, reprendre une partie d’un cours parce que le handicap en a empêché la compréhension ? Il est important aussi que les diagnostics soient justes, précis, standardisés et ne coûtent pas cher.

Chose certaine, il existe actuellement dans les cégeps un important dialogue qui permet aux élèves, enseignant·e·s, spécialistes et directeurs·trices d’établissements d’avancer de façon significative sur cette question. Mais il reste encore de nombreux efforts à accomplir et de nouveaux ajustements seront nécessaires.

Consentement et enseignement

La question des liens sexuels entre les enseignant·e·s et les élèves – dans la très forte majorité des cas, entre un professeur et une étudiante – est encore plus délicate. Les relations de ce type ont d’ailleurs alimenté nombre de films et de romans, ce qui démontre à quel point ces liens demeurent complexes et se déclinent de multiples façons, allant de l’agression sexuelle pure et simple à de véritables histoires d’amour. Comme ces liens relèvent de l’intimité, on a longtemps cherché à les couvrir de silence, malgré certains malaises qui subsistaient.

Au cégep, ce ne sont pas les rapports entre des individus majeurs et mineurs qui posent des difficultés, puisqu’ils sont carrément interdits. Tout se complique dans le cas d’étudiantes qui viennent tout juste d’obtenir leur majorité. Si elles sont adultes selon la loi, elles demeurent en situation de plus grande vulnérabilité que des personnes plus expérimentées.

Une jurisprudence identifie désormais les situations vécues et parvient à baliser les comportements qui doivent en découler. Celle-ci permet de constater qu’il existe un rapport d’autorité entre un enseignant et son élève, ce qui affecte grandement la liberté de jugement de cette dernière, même dans le cas où elle pourrait sembler prendre l’initiative de la relation. De plus, la capacité pour un professeur d’évaluer dans ses examens et ses travaux l’étudiante avec laquelle il a une liaison est gravement compromise.

Plutôt que de voir l’enseignant séduisant une étudiante comme un coq ou un don Juan, des mots différents apparaissent et décrivent autrement la réalité : harcèlement, absence de consentement et même culture du viol. Désormais, le besoin se fait sentir de mieux baliser ces relations, tout en demeurant conscient de la grande difficulté de la tâche, du danger d’aborder le problème avec une attitude trop moralisatrice et celui encore plus grand de ne pas soutenir suffisamment les victimes. Plusieurs questions se posent : faut-il adopter un code de conduite en cette matière ? Faut-il déterminer un laps de temps précis après la fin d’un cours où il sera acceptable d’entreprendre une relation ? Comment intervenir le plus justement et le plus efficacement possible ?

Des élèves au coeur des préoccupations

Les nouvelles préoccupations que soulèvent les élèves en situation de handicap et les liens sexuels entre étudiantes et professeurs montrent à quel point une certaine conception de l’enseignement s’est modifiée, et cela pour le mieux. Il ne s’agit plus désormais de désigner ce qui est bon pour les jeunes de façon unilatérale, sans tenir compte de l’effet des choix effectués et de la responsabilité que le système d’enseignement se doit de maintenir envers eux.

Tout doit être pensé pour que les élèves puissent continuer leur cheminement scolaire dans les meilleures conditions, sans réduire pour autant les exigences académiques. Les cégeps ont ainsi suivi la société québécoise dans son ensemble, qui se préoccupe désormais davantage des victimes – même s’il en reste encore beaucoup à accomplir – et qui accepte difficilement que des catégories de citoyen·ne·s soient négligées. Cela en dépit de notre système économique qui va dans le sens contraire, qui manque totalement d’écoute et de compassion.


[1Technologies de l’information et de la communication.

Vous avez aimé cet article?
À bâbord! vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.
Partager sur        

Articlessur le même thème