Le défi végane 21 jours

No 69 - avril / mai 2017

Élise Desaulniers

Le défi végane 21 jours

Élise Desaulniers, Le défi végane 21 jours, Montréal, Trécarré, 2016, 182 pages.

De plus en plus, le régime alimentaire végane émerge en concordance avec d’autres pratiques résistantes citoyennes. Si ce type d’alimentation existe pourtant depuis presque toujours, et particulièrement dans des pays plus frugaux, il importe de disposer d’une documentation de base solide pour effectuer le passage ou en apprendre davantage sur elle. Surtout que la résistance aux changements reliés à la bouffe est liée à des habitudes tenaces, à l’industrie agroalimentaire nord-américaine qui règne sur la planète (et la massacre) autant qu’à leurs lobbies qui nous feraient avaler n’importe quoi à titre de vérité alimentaire.

Ce livre, qui s’adresse résolument aux néophytes, a le grand mérite de commencer par le commencement en appelant un produit animal par son nom. En outre, il présente les nombreuses alternatives que contiennent le garde-manger et le frigo véganes de même qu’il suggère le simple et pratique « défi végane » pour opérer une transition alimentaire en proposant également des recettes abordables et réalistes à faire au quotidien. Les forces de ce livre sont certes de rester pragmatique et accessible, d’aller droit au but en collant à la réalité du Québec, d’offrir des réponses à l’argumentaire négatif susceptible d’être entendu dans l’entourage d’une personne devenant végane.

Élise Desaulniers, qui a également écrit Je mange avec ma tête et Vache à lait, a visiblement cheminé dans ses réflexions et on sent qu’elle a su ici synthétiser le travail pédagogique de certains cercles, dont celui du Festival Végane de Montréal et de gens préoccupés d’éthique animale. À cet égard, la proposition documentaire sur l’élevage, l’abattage, l’expérimentation, etc., relève d’une saine curiosité face à tout ce que la société de consommation commerciale nous apporte avec beaucoup de naturel, un emballage glamour et l’aveuglement publicitaire.

Par ailleurs, ce document d’introduction des plus efficaces pour passer à l’action en ayant un impact sur sa santé, celle de l’environnement et qui modifie notre rapport aux animaux aurait mérité une facture un peu plus colorée… Le strict noir et blanc et l’absence d’illustrations évoque un certain ascétisme qui n’est aucunement le propos de l’auteure. La brièveté de cet écrit autant qu’une mise en page aérée facilitent tout de même de s’introduire à un univers vital et d’apprendre une base que l’école évite.

À écouter en complément de ce livre,la chanson végane d’un jeune de 15 ans qui s’affirme.

Vous avez aimé cet article?
À bâbord! vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.
Partager sur        

Articlessur le même thème