Petite vélorution en cours

No 84 - été 2020

Coup d’oeil

Petite vélorution en cours

La pandémie a, pour un temps du moins, modifié nos habitudes de déplacement, décongestionné les centres-villes, libéré les rues. Distanciation physique oblige, on a vu apparaître des « corridors sanitaires » qui ont élargi les trottoirs, réduisant du même coup l’espace démesuré accordé aux automobiles. Des services de livraison à vélo pour desservir les petits commerces fermés au public ont également été mis sur pied dans certains arrondissements de la métropole. Combiné avec le retour du printemps, tout était en place pour voir les pistes cyclables et les rues prises d’assaut par les cyclistes. Au point où les ateliers de réparation de vélo ont été classés « services essentiels » dès le 1er avril pour leur permettre de rouvrir. Et les ventes de montures ont grimpé en flèche partout dans la province.

À Montréal, avec l’ajout de 327 km de voies aménagées pour le transport actif ces prochaines semaines, on assiste à une petite révolution dans l’aménagement urbain particulièrement bienvenue pour l’été. Parce que lorsqu’elle est protégée adéquatement, la pratique du vélo permet une expérience conviviale et jubilatoire de la ville, à rebours du rythme effréné des flux de voitures et de l’économie qui ont durablement façonné nos municipalités, pour le pire. Il faudra maintenant s’assurer qu’au moins une partie de ces aménagements temporaires soient pérennisés. Parce que, faut-il le rappeler, la rue est à nous !

Vous avez aimé cet article?
À bâbord! vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.
Partager sur        

Articlessur le même thème