Waati Seraa. La voix du temps ou l’appel des incompris

No 78 - février / mars 2019

Waati Seraa. La voix du temps ou l’appel des incompris

Samba Diakité, Waati Seraa. La voix du temps ou l’appel des incompris, Saguenay, Différence pérenne, 2018, 162 pages.

« Le temps est arrivé, le temps est maintenant arrivé, le temps est encore arrivé, le temps est quand même arrivé, le temps est vraiment arrivé, le temps est enfin arrivé  ». C’est sur ces mots de Waati Seraa que s’achève l’essai philosophique de Samba Diakité. L’auteur, originaire de la Côte d’Ivoire et aujourd’hui enseignant au Département de philosophie du cégep de Jonquière, nous invite à écouter le temps. C’est le temps, Waati Seraa, qui s’adresse aux lecteurs et lectrices. Le temps, justement parce qu’il est éternel et immuable, propose des leçons s’adressant tour à tour aux philosophes, aux enseignantes et enseignants, aux peuples d’Afrique et aux politiciennes et politiciens.

Par exemple, il s’adresse aux philosophes, à ceux qui prétendent l’être. Il leur demande de cesser de répéter et de reproduire les idées des sages et de se mettre à la seule tâche philosophique authentique : créer des concepts pour rendre compte du monde tel qu’il devrait être. « Dites aux philosophes que la philosophie doit permettre l’éveil des consciences et que le philosophe doit être la rosée du matin qui mouille les habits du planteur courageux à l’aube du jour.  »

L’auteur s’adresse de manière directe et sans aucune condescendance aux peuples de l’Afrique à partir du Québec et invente une nouvelle science : l’Africanalogie. Cette méthode permet au philosophe de juxtaposer trois regards sur l’Afrique : celui de la philosophie, celui des sciences humaines et, de manière inattendue, celui des sciences expérimentales. De ces regards critiques, l’auteur propose une série de solutions qui ultimement permettraient à l’Afrique de développer sa propre volonté de puissance au sens nietzschéen : « Ô vous peuple ! Cessez de vous marginaliser ! Cessez encore plus de vous mésestimer ou de vous auto-flageller ! »

Dans un style poétique efficace, qui manie les aphorismes et les analogies colorées, Diakité porte un regard radical et militant tant sur l’Afrique qu’à propos de la philosophie moderne. J’y ai découvert un frère d’émancipation là où avant il n’y avait qu’un collègue.

Vous avez aimé cet article?
À bâbord! vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.
Partager sur        

Articlessur le même thème