Sincèrement vôtre. Petite introduction épistolaire aux philosophes

No 78 - février / mars 2019

Sincèrement vôtre. Petite introduction épistolaire aux philosophes

René Bolduc, Sincèrement vôtre. Petite introduction épistolaire aux philosophes, Montréal, Poètes de brousse, 2018, 232 pages.

L’ouvrage de René Bolduc, enseignant de philosophie au cégep, porte bien son titre. Il s’agit de vingt-sept courtes lettres dans lesquelles l’auteur se met dans la peau d’un philosophe et s’adresse à des personnages publics contemporains. Ainsi, Hannah Arendt interpelle les grandes compagnies, Charles Taylor questionne ceux et celles qui désirent devenir célèbres et Diogène s’adresse à Nadine de Rothschild.

L’ouvrage, créatif dans les choix parfois surprenants des personnages auxquels les philosophes s’adressent, présente une vision de la philosophie comme un art de vivre et non pas comme une discipline savante, rebutante et inaccessible. En effet, les lettres sont plutôt présentées comme des conseils de vie et sont accompagnées de très courtes notes biographiques. Par exemple, cet extrait où Épictète s’adresse à l’enragé du volant : « Sache d’abord que tout ce qui se produit dans la réalité arrive pour une certaine raison que tu ne maîtrises pas. Ce qui s’est produit devait survenir, c’est tout. Convaincs-toi que tout ce qui arrive dans l’univers arrive par nécessité ; ça t’aidera à faire la paix  ».

L’ouvrage ne s’adresse pas à des initiés et rend la philosophie accessible par son style limpide et concis. L’ouvrage est tout de même dense en contenu. Le choix des philosophes est convenu. L’auteur a retenu seulement deux femmes philosophes et présente les visions d’hommes occidentaux. Les problématiques soulevées sont inégales dans leur portée. Certaines sont plus fondamentales que d’autres et certaines lettres évoquent des questions individuelles ou politiques. La rédaction de lettres à la deuxième personne du singulier crée un climat de proximité qui favorise la réflexion individuelle. Bref, il s’agit d’une tentative réussie d’actualisation de la philosophie à des contextes et des situations contemporaines alors que notre monde en a grand besoin.

Vous avez aimé cet article?
À bâbord! vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.
Partager sur        

Articlessur le même thème