Dossier : Le populisme de gauche.

Présentation du dossier

Le populisme de gauche. À tort ou à raison ?

Le populisme n’a pas souvent bonne presse. Il est vu comme une façon complaisante de faire de la politique, jouant sur les plus bas instincts de la population, sur les émotions premières et irréfléchies, simplifiant les enjeux autant que possible, s’ouvrant aux grossières manipulations de l’électorat. Mais cette vision ne fait pas l’unanimité. Certain·e·s penseur·e·s et personnalités politiques considèrent que le populisme s’attaque en fait à l’élitisme, à une classe dominante qui se sert de la politique pour consolider ses privilèges.

Au Québec et dans les pays occidentaux, ce courant est surtout associé à l’extrême droite. Des radios privées de Québec à Donald Trump aux États-Unis, en passant par Jair Bolsonaro au Brésil, le Front national en France et la Ligue en Italie, le recours à un discours manichéen et très émotif, alimenté par la haine et le ressentiment, a semblé donner des résultats concrets lors d’élections.

Si bien que la gauche se pose la question : et s’il fallait emprunter un ton plus frondeur, mais avec une nette préoccupation pour la justice sociale ? Et si l’approche générale de la gauche, ces dernières années, était trop inaccessible, coupée du « vrai monde » ? Et si le populisme de gauche était tout simplement la meilleure réplique au populisme de droite ?

Nous n’avons certes pas l’intention de donner une réponse définitive à ces questions complexes dans ce dossier. Mais il nous semblait essentiel de bien nourrir la réflexion. Paradoxalement, le populisme a beaucoup intéressé des intellectuel·le·s qui essaient de le comprendre et de s’en approprier, quitte à ce que ce discours s’éloigne de celles et ceux qu’il concerne. Il est aussi vécu au quotidien par les personnes qui font de la politique et qui en voient les avantages et les inconvénients.

Chose certaine, il peut sembler tout aussi difficile à rejeter en bloc qu’à adopter sans réserve. Nous espérons que les textes de ce dossier puissent vous permettre de jeter un regard différent sur un phénomène parfois difficile à circonscrire en raison de la multiplicité des formes dans laquelle il se présente.

Dossier coordonné par Anne-Marie Le Saux, Ricardo Peñafiel et Claude Vaillancourt

Illustrations par Sébastien Marchal

Avec des contributions de Benoit Coutu, Jean-Pierre Couture, Marc-André Cyr, Catherine Dorion, Ludvic Moquin-Beaudry, Roxana Paniagua Humeres, Dominique Payette, Federico Tarragoni, Élisabeth Vallet et Frédérique Verreault

Vous avez aimé cet article?
À bâbord! vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.
Partager sur        

Articlessur le même thème