La philosophie à l’abattoir : réflexions sur le bacon, l’empathie et l’éthique animale

No 79 - avril / mai 2019

Christiane Bailey et Jean-François Labonté

La philosophie à l’abattoir : réflexions sur le bacon, l’empathie et l’éthique animale

Christiane Bailey et Jean-François Labonté, La philosophie à l’abattoir : réflexions sur le bacon, l’empathie et l’éthique animale, Atelier 10, Collection Documents, 2018, 97 pages.

L’éthique animale est devenue un sujet à la mode, principalement dans les milieux de gauche. Ce court essai de 94 pages résume l’évolution du débat et les tenants et aboutissements actuels de cet enjeu. Les auteur·e·s répondent de belle façon aux critiques, notamment celles de Paul Ariès ou Christian Rioux, qui prétendent que les végan·ne·s sont des anti-humanistes. Le livre couvre aussi tous les différents courants de l’éthique animale : véganisme, végétarisme, végétalisme, utilitarisme, animalisme, abolitionnisme, welfarisme, éthique du care et zoopolis (citoyenneté animale). Ce livre ne peut être vu comme un ouvrage de référence sur le sujet, mais plutôt comme une courte introduction et un ajout intéressant dans le débat qui sera, selon certains, un des plus importants du 21e siècle. Il contient plusieurs statistiques intéressantes démontrant le concept de dissonance cognitive. Par exemple, près de 20 % de la population canadienne pensent qu’il est mal de manger des animaux alors que 7 % de cette population est végétarienne et 2,3 % végane. En somme, il s’agit d’un bon livre, tellement court, qu’il n’y a pas de raison de ne pas le lire.

Vous avez aimé cet article?
À bâbord! vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.
Partager sur        

Articlessur le même thème