Arianna Huffington

L’amérique qui tombe

Comment les politiques ont trahi le rêve américain et abandonné la classe moyenne

Yvan Perrier

Arianna Huffington, L’amérique qui tombe ; comment les politiques ont trahi le rêve américain et abandonné la classe moyenne, Paris, Fayard, 2011, 371p.

Arianna Huffington dénonce ici sans ménagement ceux qui, à ses yeux, ont engagé les États-Unis sur une voie qu’elle qualifie de « dangereuse » (p. 10), c’est-à-dire : la tiers-mondialisation des USA. Rien de moins ! À ce sujet, elle écrit : « L’objectif de ce livre est de donner l’alerte pour nous épargner de devenir un État du tiers-monde  » (p. 11) ; «  Si nous ne revenons pas à la raison et ne révisons pas nos priorités chamboulées, l’Amérique pourrait perdre son rang de superpuissance et se voir reléguée à celui de pays du tiers-monde […] » (p. 59). Par pays du tiers-monde elle entend : « un endroit où n’existent que deux classes sociales : les riches… et tous les autres » (p. 16).

Le déclin qu’elle anticipe est imputable « à la cupidité de son élite économique et à l’indifférence de ses dirigeants élus » (p. 16). De manière plus précise, elle avance que les responsables du fiasco actuel sont les « flexiens », c’est-à-dire : « Les acteurs principaux qui passent d’un rôle à l’autre au sein du gouvernement, dans le monde de l’entreprise et dans celui des groupes de réflexion, collectant des informations confidentielles à chaque étape et exploitant ce privilège à leur profit et à celui de leurs alliés  » (p. 205). Bref, ce sont les membres de cette « ténébreuse élite » (p. 205) économique et politique qui sont à l’origine de l’adoption de différentes mesures ayant eu pour effet de saper les assises économiques d’un trop grand nombre de membres de la classe moyenne américaine. Classe moyenne qui s’apparente à une « espèce en danger » (p. 17) de « disparaître complètement » (p. 36).

Qu’on se le dise, le livre de cette journaliste ne corres­pond pas aux exigences d’un ouvrage scientifique. Il s’agit d’un long brûlot qui se divise en cinq chapitres (il n’y a ni introduction ni conclusion). Elle présente un nombre assommant de données quantitatives puisées ici et là à différentes sources. Cette longue présentation de données empiriques a pour effet de nous dresser un tableau très sombre de ce qui se passe aux États-Unis. L’absence d’une analyse rigoureuse des phénomènes qui ont eu (et qui ont toujours) pour effet d’éroder les effectifs de la classe moyenne (pensons ici à la financiarisation de l’éco­nomie, à la relocalisation d’entreprises et au désengagement de l’État accompagné «  d’une baisse d’impôts au profit de l’élite possédante  » (p. 73), etc.), débouche sur une présentation franchement alarmiste. Le plan d’action qu’elle met de l’avant «  pour éviter la chute » (chapitre 5) comporte certaines mesures qui relèvent de la naïveté crasse. Sans blague, elle invite, entre autres choses, les victimes de la crise économique à faire preuve de « résilience  » (p. 280), à garder « la foi  » (p. 282), à adopter «  une bonne attitude  » (p. 284) et à faire « du bénévolat  » (p. 285). Ce livre s’adresse au lecteur lambda et aux personnes qui aiment les démonstrations simplistes.

ARTICLE ÉCRIT PAR
Yvan Perrier

Politologue, professeur au Cégep du Vieux-Montréal

Chercheur-asssocié, Centre de recherche en droit public (CRDP), Université de Montréal

| Liste de diffusion | Plan du site | Visites : 1147538 | Site réalisé avec SPIP | Crédits : [ ZAA.CC ] www.zaa.cc