Diviser pour mieux régner

No 94 - Hiver 2022/2023

Éditorial du numéro 94

Diviser pour mieux régner

Numéro en kiosque le 9 décembre

Le Collectif de la revue À bâbord !

Le lancement du numéro 94 et de son dossier « Financiarisation du logement : Champ libre au privé » se déroulera le Jeudi 15 décembre à 18h00 au Bâtiment 7 (salle polyvalente) à Montréal. Détails ici !

Avez-vous remarqué que la CAQ a sans cesse recouru à un discours clivant pour gagner des votes durant la dernière élection ? Plusieurs fois pendant la campagne, nous avons entendu François Legault prétendre que Montréal, son apparente hantise, méprisait les résident·es de la ville de Québec et des régions en général. « Les gens de Montréal », comme il les appelle, en donnant l’impression qu’il s’agit d’étranger·es. Au lendemain des élections, la carte électorale semblait néanmoins rendre compte de cette segmentation politique selon le lieu d’habitation.

Il serait alors tentant de croire que cette opposition entre Montréal et le reste du Québec se reflète réellement dans les valeurs politiques des électeurs et électrices. Plusieurs grands médias ont également relayé ce constat au lendemain des élections. Plus on le dit, plus ça existe. Ce type de discours est une stratégie qui impose une vision qui ne reflète pas la réalité et alimente les clivages, la marginalisation de certaines pensées et les préjugés.

Pendant la campagne, ce discours s’est aussi fait entendre lors de nombreuses prises de parole de la part de plusieurs partis au sujet de l’immigration. La venue de nouveaux et nouvelles arrivant·es sur le territoire a souvent été présentée comme une menace à la cohésion sociale et à la survie de la nation. Même le ministre sortant responsable de l’immigration a tenu des propos révoltants sur les personnes immigrantes, en suggérant qu’elles ne souhaitent ni s’intégrer ni travailler ou parler français. Il y a longtemps qu’une campagne électorale québécoise avait donné dans les attaques aussi gratuites et violentes à l’endroit de personnes qui ont d’abord et avant tout besoin de notre accueil et de notre soutien.

Aucune région du Québec n’est un bloc monolithique. À Montréal, le Parti conservateur du Québec est arrivé deuxième ou troisième dans dix circonscriptions. Ailleurs au Québec, Québec solidaire a fait des gains importants en termes de pourcentage de votes dans plusieurs régions, obtenant le deuxième ou troisième rang dans plusieurs circonscriptions. L’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS) a d’ailleurs démontré que les questions identitaires comme l’immigration, la langue ou la laïcité orientent peu le choix électoral des électeur·rices. Associer des courants politiques à des régions du Québec en se basant uniquement sur le résultat du vote est une forme de raccourci intellectuel. Les forces progressistes sont actives partout au Québec, bien que le résultat des élections tende à le masquer.

Ne nous laissons pas piéger par une interprétation du vote de la dernière élection qui simplifie les enjeux. Il sera essentiel de nous concentrer sur les attaques contre le filet social qui nous attendent avec le gouvernement caquiste. Sans oublier les projets néfastes dont il faudra se défendre, son capitalisme vert entre autres. Peu importe où on habite au Québec, de l’Abitibi à la Gaspésie en passant par les grandes villes, il faudra compter sur la force des mouvements sociaux, sur leurs capacités à s’organiser et résister, pour former une véritable opposition au gouvernement hors des partis politiques.

Comme média indépendant de gauche, À bâbord ! en appelle à ne pas se laisser contaminer par une politique partisane qui cherche à diviser pour mieux régner. Ne perdons pas de vue que ce qui nous unit est plus important que ce qui semble parfois nous séparer. Une grande force progressiste existe toujours au Québec et œuvre quotidiennement, dans ses mouvements sociaux, dans ses syndicats, dans ses organismes communautaires, à protéger les acquis et à améliorer les conditions de vie de tou·tes dans une visée de réelle justice sociale et environnementale.

Vous avez aimé cet article?
À bâbord! vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.
Partager sur        

Articlessur le même thème