À votre santé !

Un cocktail toxique pour le fleuve

Ève-Marie Lacroix

Au milieu des années 1990, les médias ont alerté le public en rapportant la présence de médicaments dans l’eau. En janvier dernier, une étude révélait la présence de produits de chimiothérapie et de certains médicaments traitant l’hypertension et le cholestérol dans les eaux du fleuve Saint-Laurent, en aval de la station d’épuration des eaux usées de la Ville de Montréal.

Une pharmacie dans le fleuve

Malgré le traitement par des stations d’épuration, plusieurs produits pharmaceutiques et de santé personnelle (PPSP) sont persistants, car ils ne se décomposent pas facilement. Ils franchissent le processus d’épuration. Ils se retrouvent donc intacts ou peu dégradés dans le Saint-Laurent.

Au moins 80 PPSP ont été identifiés dans les affluents des stations d’épuration des eaux usées municipales et dans les eaux de surface de partout dans le monde : des analgésiques, des pilules anticonceptionnelles, des antibiotiques, des antiépileptiques, des antidépresseurs pour n’en nommer que quelques-uns.

Danger, produits toxiques !

Bien qu’ils ne se retrouvent pas en concentration suffisante pour causer des effets de toxicité aiguë chez les organismes aquatiques, il y a lieu de s’inquiéter. Les risques pour les humains sont peu connus et aucune étude sur les effets à long terme n’a été réalisée. On soupçonne cependant qu’ils induisent la résistance aux antibiotiques et le dérèglement du système endocrinien (système hormonal). Les malformations observées dans le système reproducteur de poissons montrent clairement que les PPSP ne sont pas inoffensifs. La bioaccumulation de ces produits chimiques dans les tissus des organismes vivants a des conséquences à long terme sur la santé de ceux-ci. Plusieurs études réalisées sur la faune aquatique du fleuve Saint-Laurent, proche de l’émissaire de la station de Montréal, ont montré les effets délétères de la pollution sur le cycle reproducteur et hormonal. Malheureusement, la consommation sans cesse grandissante de médicaments ne fera qu’accentuer la contamination de l’environnement !

Pour en savoir plus :

• Centre Saint-Laurent d’Environnement Canada, Un cocktail de médicaments dans le Saint-Laurent loin de soulager les organismes aquatiques. (www.qc.ec.gc.ca/csl/inf/inf0...)

• Kleywegt, S., Smyth, S.-A., Parrott, J., Schaefer, K., Lagacé, E., Payne, M., Topp, E., Beck, A., McLaughlin, A. et K. Ostapyk (sous la dir. de), Produits pharmaceutiques et produits d’hygiène personnelle dans l’environnement canadien : recherches et directives, Série de rapports d’évaluation scientifique de l’INRE, No 8, 2007, 61 p. (www.ec.gc.ca/inre-nwri)

• Lacoursière, Ariane, « Des médicaments de chimiothérapie dans le fleuve. Des chercheurs s’inquiètent de la qualité de l’eau aux abords de la station d’épuration de Montréal », La Presse, 2009-01-27, Actualités, p. A11.

P.-S.

Édith Lacroix, biol. m. sc.

Coalition Eau Secours

| Liste de diffusion | Plan du site | Visites : 1146933 | Site réalisé avec SPIP | Crédits : [ ZAA.CC ] www.zaa.cc