Programmer le désastre - La politique israélienne à l’oeuvre

No 26 - oct./nov 2008

Michel Warschawski

Programmer le désastre - La politique israélienne à l’oeuvre

Lu par Rachad Antonius

Michel Warschawski, Programmer le désastre - La politique israélienne à l’œuvre, Paris, La Fabrique, 2008, 76 p.

Programmer le désastre rappelle que le Hamas n’a pas usurpé le pouvoir, mais qu’il a été élu dans des élections sous haute surveillance dont la communauté internationale a salué la transparence ; que c’est le Fatah de Mahmoud Abbas qui a mis fin au gouvernement d’union nationale sous la pression américaine ; que c’est Mahmoud Abbas qui, avec l’aide de l’armée israélienne, a fait une tentative de coup d’État avorté dans la bande de Gaza...

Évoquant le discours médiatique occidental qui attribue au Hamas la responsabilité de tous les maux des Palestiniens, Warschawski ajoute : « Si cette propagande mensongère trouve une oreille réceptive, […] c’est parce qu’elle entre en résonance avec l’idéologie du choc des civilisations […] Souvent enrobée de féminisme et de laïcité, l’islamophobie est venue prendre la place de l’ancien antisémitisme, passé de mode. »

Certaines de ses remarques les plus intéressantes concernent les nouvelles formes de lutte contre l’occupation, qui sont l’occasion d’une collaboration entre les Palestiniens et les Israéliens sur des bases fort différentes de celles que sa génération a connues. Il ne cache pas son admiration pour les jeunes « Anarchistes contre le mur », dont il dit : « S’ils n’ont pas lu les classiques, ils possèdent en revanche une boussole éthique d’une grande précision. Ils identifient l’injustice sans jamais se tromper, qu’elle concerne l’oppression d’un peuple, les sans-abri des quartiers sud de Tel-Aviv ou les conditions de vie inhumaines des travailleurs immigrés. » Mais surtout, ils militent avec les Palestiniens sans paternalisme, et c’est ce qui explique en partie leur succès à Bil’in, succès dont Warschaski n’idéalise d’ailleurs pas l’importance.

Chacun des 13 petits chapitres explore ainsi des aspects peu connus des actions israéliennes qui ont bel et bien programmé le désastre que vit le peuple palestinien ainsi que les méthodes qui ouvrent des perspectives nouvelles pour la lutte contre l’occupation.

Vous avez aimé cet article?
À bâbord! vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.
Partager sur        

Articlessur le même thème