Nous sommes toutes et tous des organisateurs.trices de la grève sociale du 1er mai contre l’austérité

No 59 - avril / mai 2015

Manifeste de solidarité

Nous sommes toutes et tous des organisateurs.trices de la grève sociale du 1er mai contre l’austérité

Nous sommes toutes et tous des organisateurs.trices de la grève sociale du 1er mai contre l’austérité !

Nous réclamons la levée des sanctions contre les enseignants.e.s du Cégep de Rosemont !

Six enseignants.es du Cégep de Rosemont ont été suspendus.es pour avoir défié l’ordonnance de la Commission des relations du travail (CRT) leur demandant de se soustraire de leur mandat de grève sociale. Ces enseignants.tes connaîtront leur sentence sous peu.

La grève sociale du 1er mai a été votée démocratiquement par des centaines d’organismes communautaires, d’associations étudiantes et de syndicats. Les protestations contre les politiques d’austérité du gouvernement ont également été soutenues par des milliers de travailleurs.euses et qui ont manifesté leur opposition dans toutes les régions du Québec.

La grève sociale est légitime et doit même être considérée légale !

Avec la décision Saskatchewan prise en janvier dernier, la Cour suprême du Canada l’a reconnue comme droit constitutionnel fondamental. En outre, la Cour suprême dit accorder une très haute valeur interprétative aux décisions du Comité de la liberté syndicale (CLS) de l’OIT. Et celui-ci a rappelé le principe suivant : « les syndicats devraient avoir la possibilité de recourir aux grèves de protestation, notamment en vue de critiquer la politique économique et sociale du gouvernement. » (ex : Cas no 3011 (Turquie), 2014). « Une interdiction des grèves sous prétexte qu’elles ne sont pas liées à une mésentente liée à la négociation d’une convention collective est contraire aux principes de la liberté syndicale.  » (Cas no 2473 (Royaume-Uni), 2008).

Nous avons le droit de protester et de refuser les politiques qui nous sont imposées !

Aucune sanction ne doit être prise contre les enseignants.es du Cégep de Rosemont. Nous n’acceptons pas que l’on fasse des exemples !

Nous les signataires, membres de groupes communautaires, d’associations étudiantes et de syndicats s’étant doté d’un mandat de grève sociale pour la journée du 1er mai, nous nous déclarons co-organisateurs.trices de cette journée de protestation contre les mesures d’austérité du gouvernement libéral. Nous réclamons la levée de toutes sanctions pour celles et ceux en grève le 1er mai. Nous dénonçons la judiciarisation en cours des conflits, qui vise à réprimer les luttes sociales et à museler l’opposition démocratique à des politiques qui accroissent les inégalités, s’attaquent aux plus démunis et remettent en cause l’existence d’une santé et d’une éducation de qualité et accessibles à toutes et tous.

Signé par les organismes communautaires, associations syndicales et étudiantes qui ont voté la grève sociale le 1er mai, dont

Collectif d’enseignants contre l’austérité

La Collectif pour un Québec sans pauvreté

l’R des centres de femmes du Québec

Front commun des personnes assistées sociales du Québec

Front d’action populaire en réaménagement urbain

Vous avez aimé cet article?
À bâbord! vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.
Partager sur        

Articlessur le même thème