Le droit à l’alimentation

No 04 - avril / mai 2004

Jean Ziegler

Le droit à l’alimentation

lu par Abdirahman Ahmed

Jean Ziegler, Le droit à l’alimentation, Éd. Mille et une nuits, Paris, 2003

Chaque jour, devant l’indifférence la plus totale, plusieurs dizaines de milliers d’êtres humains meurent de faim tandis que plus de 800 millions de gens souffrent de malnutrition. Le plus révoltant,c’est que cette situation chronique et meurtrière n’est pas le résultat de facteurs externes infranchissables tel la famine ou le manque de terre pour l’agriculture. Au contraire, la force et la technologie associées à la production agricole de la planète aujourd’hui peuvent nourrir plus de 12 milliards d’êtres humains, soit le double de la population mondiale actuelle. Qu’est-ce qui empêche alors des êtres humains comme vous et moi de sortir du cycle de la faim et d’une mort certaine ?

L’ouvrage de Jean Ziegler, rapporteur spécial pour le droit à l’alimentation aux Nations Unies, arrive à point pour nous rappeler à quel point cette situation est surtout le résultat des choix politiques de libéralisation, de privatisation et d’échanges commerciaux inégaux imposées durant les dernières décennies aux pays du Sud par l’actuel ordre mondial. Même si la lecture du livre est un peu alourdie par l’inclusion de deux rapports déposés aux Nations Unies, il faut souligner le courage de Ziegler qui a choisi de porter à l’attention du public des documents concernant l’état de l’alimentation dans le monde. Et Ziegler ne fait pas que partager l’information, il nous interpelle directement sur notre responsabilité comme pays, institutions ou simples citoyens de souscrire d’urgence au Droit à l’alimentation que les Nations Unies ont créé récemment pour assurer à tout être humain et surtout aux affamés l’accès régulier à une nourriture décente.

C’est aussi un appel à se concerter rapidement pour trouver les actions et les moyens de défaire un ordre économique et politique qui impose la mort par la faim dans un monde d’abondance. Un livre à lire et à partager.

Vous avez aimé cet article?
À bâbord! vit grâce au soutien de ses lectrices et lecteurs.
Partager sur        

Articlessur le même thème