Accueil du site > No 60 - été 2015 > Comme si nous étions déjà libres

David Graeber

Comme si nous étions déjà libres

Yannick Delbecque

Comme si nous étions déjà libres, David Graeber, Lux éditeur, 2014, 278 p.

Le titre de cette traduction française de l’ouvrage The Democracy Project  : A History, a Crisis, a Movement n’indique pas aussi bien que le titre original les différents angles que l’auteur – l’anthropologue activiste David Graeber – prend pour critiquer et analyser la notion de démocratie, son histoire de même que la place et la forme qu’elle a prise dans le mouvement des indigné·e·s et d’Occupy Wall Street. Cependant, le titre choisi en français exprime beaucoup plus clairement l’optimisme général se dégageant des notes et analyses présentées dans cet ouvrage, ainsi que sa conclusion centrale.

Graeber souscrit à la thèse de l’historien Immanuel Wallerstein selon laquelle le succès des mouvements révolutionnaires ne se trouve plus dans la prise de contrôle des gouvernements, mais dans leur effet à long terme sur la société. On retrouve dans son analyse, sous de multiples formes, cette idée qu’il est encore possible de provoquer des révolutions qui réussissent à transformer les idées dominantes. L’action directe est le mode d’action central étudié dans cet ouvrage ; l’auteur la définit de la manière suivante : « s’obstiner à agir comme si l’on était déjà libre. »

Graeber commence par nous livrer sa version des événements qui sont à la base du mouvement Occupy Wall Street. Étant lui-même un des protagonistes principaux ayant initié ce mouvement, ce récit montre dans le détail comment un mouvement d’une telle ampleur a pu débuter. L’auteur propose une analyse des résultats de la mobilisation et des causes de sa réussite. Le succès du mouvement se constate aisément dans la faveur générale qu’il suscite : campements dans plusieurs centaines d’autres villes d’Amérique du Nord et à travers le monde, couverture médiatique étendue et rare pour un mouvement de contestation. L’auteur identifie certains éléments ayant favorisé le succès du mouvement, notamment le niveau d’endettement record et l’usage de la démocratie directe. Un des succès les plus importants du mouvement Occupy est d’avoir montré qu’il est possible de s’organiser par la base selon un mode participatif, tout en rappelant que des alternatives au néolibéralisme sont possibles.

Dans le chapitre « La foule commence à raisonner », Graeber se consacre ensuite à l’histoire du concept de démocratie. La lecture qu’il en fait est similaire à celle de Francis Dupuis-Déri dans Démocratie : histoire politique d’un mot : la « démocratie » n’a pas toujours été une idée désirable et maintes dispositions ont été mises en place pour limiter les possibilités de participation directe aux décisions.

Enfin, la dernière partie du livre se veut une forme de guide pratique pour l’action et la démocratie directes basé sur l’expérience de l’auteur et sur sa connaissance des différents mouvements de résistance. Une section intéressante est consacrée à la prise de décisions par consensus et donne un certain nombre de principes de fonctionnement visant à éviter les possibles dérives tout en s’assurant que tous et toutes puissent prendre part aux discussions.

| Liste de diffusion | Plan du site | Visites : 1149329 | Site réalisé avec SPIP | Crédits : [ ZAA.CC ] www.zaa.cc